Accueil » Actualité » Test : Zalman ZM-K700M, premier clavier mécanique gaming du coréen » Page 4

Test : Zalman ZM-K700M, premier clavier mécanique gaming du coréen

1 : Introduction 2 : Tour du propriétaire 3 : Logiciel ZKeyFormation 5 : Tests et performances 6 : Conclusion

Démontage

La première étape du démontage consiste à retirer les quatre vis cruciformes situées sous le clavier. Précisons que l’une d’entre elles est cachée sous un autocollant certifiant la réalisation du contrôle qualité : le fait d’endommager cet autocollant annule tout simplement la garantie du ZM-K700M. Une fois les vis retirées, on peut alors retourner le clavier à l’endroit pour retirer les attaches maintenant les deux parties de la coque. Pour y arriver, nous avons utilisé un petit tournevis à tête plate et un peu de patience pour ne rien endommager. Il y a une attache de chaque côté du clavier, ainsi que quatre à l’arrière.

Après avoir retiré la façade, il faut à nouveau retirer deux vis cruciformes situées entre la rangée des touches F et la rangée de chiffres, ainsi qu’une troisième plus imposante juste à côté du pavé directionnel.

Une fois la visserie démontée, on peut tirer la plaque de maintien ainsi que le PCB de la coque arrière. Cette étape demande de la délicatesse sachant que le câble de connexion est encore relié au bas du PCB. Après avoir dégagé ce dernier, le câble peut être débranché de manière à achever le démontage complet du clavier.

L’implémentation des interrupteurs comme la soudure des composants sur le PCB est proprement réalisée. Notons que le câble de connexion est solidement maintenu dans la coque inférieure du clavier, ce qui est appréciable : on évite ainsi d’endommager la fragile connexion avec le PCB si jamais le câble est tiré de manière brusque. Après avoir soigneusement examiné la conception interne du clavier, nous n’avons pas de trouvé de motifs d’inquiétude quant à sa longévité.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Tour du propriétaire
  3. Logiciel ZKeyFormation
  4. Démontage
  5. Tests et performances
  6. Conclusion