Accueil » Test » Test : GeForce RTX 2080 Ti Amp! Extreme, la carte la plus folle de Zotac » Page 3

Test : GeForce RTX 2080 Ti Amp! Extreme, la carte la plus folle de Zotac

1 : Intro et caractéristiques 2 : La carte en détail 4 : Benchmarks QHD et 4K 5 : Consommation 6 : Températures, fréquences et overclocking 7 : Ventilation et bruit 8 : Conclusion

Démontage : PCB et dissipateur

Analyse du PCB

Image 1 : Test : GeForce RTX 2080 Ti Amp! Extreme, la carte la plus folle de Zotac

Le PCB a été spécialement conçu par Zotac. Sur la gauche, les trois phases de la mémoire sont régies par un contrôleur PWM uP9512P, placé en dessous. Sur la droite, on dénombre pas moins de 16 circuits de conversion du courant. Évidemment, cela ne correspond pas à 16 phases dédiées, il n’existe de toute façon pas de contrôleur PWM capable d’en gérer autant.

Image 2 : Test : GeForce RTX 2080 Ti Amp! Extreme, la carte la plus folle de Zotac

En fait, chacune des huit phases est dédoublée (ou plutôt parallélisée avec des Smart Power Stage, comme nous l’expliquons dans ce dossier) , ce qui permet de répartir la chaleur dégagée sur une plus large surface et éviter ainsi les points chauds. Le contrôleur PWM à la manœuvre est un uP9512P. Techniquement, on a donc huit phases, et le discours marketing affirmant que la carte possède 16 phases GPU est une exagération. Pour autant, c’est une solution astucieuse.

Image 3 : Test : GeForce RTX 2080 Ti Amp! Extreme, la carte la plus folle de Zotac

Le fameux système Power Boost à l’arrière de la carte est coutumier chez Zotac, mais il est très marketing, sans réel avantage par rapport à la concurrence. Il s’agit de plusieurs condensateurs SMD regroupés sur un petit PCB, le tout sous une petite capsule de métal. L’idée serait d’améliorer la qualité du courant fourni au GPU, mais rien de vraiment significatif, ni vraiment de quoi justifier le nom « power boost » à proprement parler. Notez toutefois que l’ensemble des composants du PCB sont haut de gamme et soigneusement choisis.

Dissipateur et plaque arrière

Image 4 : Test : GeForce RTX 2080 Ti Amp! Extreme, la carte la plus folle de Zotac

Zotac a opté pour un refroidissement des composants secondaires via une plaque de maintien et de refroidissement placée entre les composants et les radiateurs. Cette plaque placée en sandwich doit donc se contenter de l’air des ventilateurs à sa surface pour se refroidir. Cela ne marche pas de manière optimale, comme on le verra par la suite. Une modification de notre part a permis de nettement améliorer les températures de la carte.

Image 5 : Test : GeForce RTX 2080 Ti Amp! Extreme, la carte la plus folle de Zotac

Les ailettes du radiateur sont peu espacées, ce qui permet une plus importante surface de dissipation. Le bloc de refroidissement en cuivre pour le GPU est entouré d’un bloc en métal léger qui refroidit aussi la mémoire via l’application de pads thermiques. Nous verrons si cela suffit pour refroidir la mémoire de manière appropriée.

Image 6 : Test : GeForce RTX 2080 Ti Amp! Extreme, la carte la plus folle de Zotac

La plaque arrière en aluminium noire ne participe pas au refroidissement, elle ne possède même pas de trous d’aération. Elle n’est donc là que pour des raisons esthétiques et contribue marginalement à la stabilité de la carte.

Type de refroidissement Par air
Bloc de refroidissement Cœur en cuivre, pourtour en aluminium (VRM, mémoire)
Radiateur En aluminium, orientation verticale, lamelles peu espacées
Caloducs 5 de 8 mm, nickelés
Refroidissement VRM Via cadre de maintien
Refroidissement mémoire Via bloc de refroidissement
Ventilateurs 3 ventilateurs de 8,7 cm, neuf pales par ventilateur, arrêt au repos
Plaque arrière En aluminium, ne participe pas au refroidissement

Sommaire :

  1. Intro et caractéristiques
  2. La carte en détail
  3. Démontage : PCB et dissipateur
  4. Benchmarks QHD et 4K
  5. Consommation
  6. Températures, fréquences et overclocking
  7. Ventilation et bruit
  8. Conclusion