Accueil » Actualité » Texas Instruments parle d’innovation

Texas Instruments parle d’innovation

La semaine dernière, Texas Instruments organisait les TI Innovation Day, à Paris. La société américaine montrait ses produits, mais aussi ceux de ses partenaires. C’est là que nous avons pu jouer avec un smartphone de référence doté d’un SoC OMAP5, une puce qui contient notamment deux cores Cortex A15 de chez ARM. 

Texas Instruments est une société qui travaille dans énormément de domaines, même si pour le grand public, la seule chose qui vient à l’esprit est souvent… la calculatrice. La présentation était très intéressante et montrait l’importance des transistors dans nos vies : selon TI, chaque personne est « liée » à environ 10 milliards de transistors, à travers son smartphone, son ordinateur, ses appareils électroniques divers et variés.

Image 1 : Texas Instruments parle d'innovationUne comparaison parlante a été montrée : si un processeur de smartphone gravé en 45 nm (a priori un OMAP4) faisait la taille de Manhattan, il y aurait 900 000 km de voies sur 10 niveaux dans la ville, avec des rues de 2,5 cm de large…

TI est une société qui travaille de plus en plus dans le monde de l’analogique, que ce soit via des capteurs ou pour la transmission des données. Un exemple a été montré avec des systèmes travaillant à des fréquences très élevées (de l’ordre du THz) et permettant de transmettre des données sur des câbles à très bas prix en plastique. Il est ainsi possible de transmettre à 80 gigabits/s sur des distances moyennes (10 mètres) à un coût très faible, c’est donc une technologie intéressante pour des liaisons HDMI, Thunderbolt, etc.

Image 2 : Texas Instruments parle d'innovationTexas Instruments a aussi parlé de ses SoC et des 3P. La conférence se tenait un peu avant les rumeurs sur l’abandon du secteur mobile, mais le tout reste applicable au monde de l’embarqué. Chaque SoC doit en fait trouver l’équilibre entre 3 « P » : Price (Prix), Performances et Power Dissipation (la consommation). En fonction des marchés et des contraintes, il est possible de favoriser (ou pas) un des trois axes, mais le but de Texas Instruments est évidemment de proposer des puces homogènes.

Image 3 : Texas Instruments parle d'innovationDans les présentations des partenaires, nous en avons retenu deux, donc celle de Nemopsys. Cette société française propose en effet une interface d’entrée innovante : elle permet de contrôler un appareil en le survolant. A l’usage, le système est capable de détecter une main jusqu’à environ 10 cm de l’écran et de détecter ses mouvements, ce qui permet de guider un curseur ou d’effectuer de la reconnaissance de mouvement. La solution semble efficace et se base sur une technologie capacitive, ce qui évite d’activer le système avec des objets de la vie courante, même si bien évidemment les objets en métal font réagir l’appareil. Les applications pratiques sont nombreuses, surtout dans le domaine industriel, où il n’est pas toujours possible de toucher directement l’écran.

Nemopsys

La seconde technologie était un système permettant de scanner un objet en 3 dimensions à partir d’un simple projecteur DLP. La démonstration était très visuelle et montrait bien l’intérêt de la chose : en projetant des motifs définis, il est possible de mesurer le volume d’un objet très facilement et donc ensuite de le reproduire en temps réel en 3 dimensions sur un écran.