Accueil » Actualité » Texas Instruments pourrait quitter les smartphones

Texas Instruments pourrait quitter les smartphones

Image 1 : Texas Instruments pourrait quitter les smartphones

Selon des rumeurs, Texas Instruments pourrait quitter rapidement le monde des smartphones et des tablettes et réserver les puces de la famille OMAP au monde de l’embarqué et des voitures. Si Texas Instruments a eu quelques succès dans ce domaine avec l’OMAP3 et l’OMAP4 — qui est notamment utilisé par Samsung, Google ou Amazon —, la concurrence est de plus en plus grande.

L’OMAP4 est une bonne puce, mais Texas Instruments a un problème : la concurrence. La société est fabless et dépend entièrement de ses fournisseurs pour les OMAP : TI utilise en effet un core ARM et un GPU Imagination, et les puces sont gravées par TSMC. Ses concurrents, du moins dans une certaine mesure, ont moins de contraintes : Samsung grave ses propres puces (mais la compagnie dépend d’ARM pour le core et le GPU), Qualcomm dispose de ses propres CPU et GPU, NVIDIA s’occupe du design de ses GPU, etc. Actuellement, l’OMAP4 ne se distingue pas de la concurrence et est généralement choisi pour son prix ou comme « backup », notamment chez Samsung qui utilise la puce quand elle n’arrive pas à fournir assez d’Exynos.

L’OMAP5 est un autre problème : si le CPU semble performant, les performances graphiques de cette puce sont à peine au niveau de la concurrence actuelle, et Texas Instruments ne semble pas vouloir proposer de version à quatre cores.

Globalement, le marché des tablettes et des smartphones est difficile, et les constructeurs essayent de plus en plus de rassembler leurs expertises et de proposer des produits « maison », à la manière de Samsung. Un autre constructeur qui a été actif un temps dans les smartphones et les PDA, Freescale, a par exemple abandonné plus ou moins ce marché : les i.MX sont présents essentiellement dans le monde de l’embarqué, les voitures et les liseuses, essentiellement parce que la concurrence est moins rude.

Bien évidemment, la migration se ferra par étape : Texas Instruments met toujours en avant l’OMAP5, par exemple. Mais il semble acquis que la société va se concentrer sur des marchés plus rentables à moyen et long terme.