Accueil » Dossier » Tom’s Overdrive : déluge d’azote aux États-Unis

Tom’s Overdrive : déluge d’azote aux États-Unis

1 : Présentation des équipes 3 : Jour 2 4 : Résultats, scores et captures d’écran

Jour 1

Démarrage à l’aube et intervention des autorités

Image 1 : Tom’s Overdrive : déluge d'azote aux États-UnisLa première journée a débuté très tôt : nous avons ouvert le stand et accueillit les participants dès 6h45 et à 8h00, nous donnions le matériel aux équipes qui se sont alors mises à le préparer. Si vous n’avez jamais participé à un concours d’overclocking, vous serez probablement surpris du travail qu’il est nécessaire d’effectuer pour préparer un ordinateur complet à deux journées de torture. Chaque équipe a adopté une approche différente, ce qui est assez étonnant quand on sait qu’au final, elles ont toutes le même objectif.

La Team 5G, par exemple, avant d’assembler sa plateforme, a commencé par recouvrir méticuleusement sa carte-mère MSI P45 d’isolant électrique liquide afin d’en protéger toutes les surfaces contre les effets de la condensation. Elle a fait de même pour sa GeForce GTX 280 (qu’elle avait préalablement démontée) après y avoir ajouté un godet à azote liquide en cuivre. Cette phase de préparation a duré un certain temps, à tel point qu’à la fin de la première journée, l’équipe n’avait enregistré qu’un seul score, mais cette stratégie s’est avérée payante car à aucun moment la carte-mère, le processeur ou la carte graphique n’ont été affectés par la condensation. Grâce à ses efforts en début de parcours, la Team 5G n’a pas rencontré le moindre problème technique durant tout le concours.

Image 2 : Tom’s Overdrive : déluge d'azote aux États-UnisLa Team Ironmods, par contre, a opté pour une tactique complètement opposée : elle s’est dépêchée de monter son matériel et, par conséquent, pouvait déjà afficher une ligne complète de scores à la fin du premier jour. Il y a bien eu un peu de travail de préparation bien sûr : l’équipe a protégé les composants sensibles à coup de mousse néoprène, de vaseline et de sopalin, mais elle s’en est tenue au strict minimum pour assurer la sécurité du matériel, préférant consacrer son temps au benchmarking proprement dit.

L’équipe OCForums a adopté une approche semblable à celle de la Team Ironmods et a par conséquent passé la majeure partie du concours à affronter directement cette dernière. Prêt en peu de temps, le trio a rapidement commencé à obtenir les résultats de ses benchmarks et à prendre des captures d’écran qui allaient au final témoigner d’une lutte acharnée pour le titre de champion.

L’équipe 411 Overkill Extreme a malheureusement été victime d’une série de problèmes matériels qui l’ont plus ou moins empêchée d’atteindre des fréquences supérieures à 4 GHz et donc d’enregistrer les résultats minimum nécessaires pour rester dans la course. La première carte-mère du groupe ne disposait pas de la capacité suffisante pour un overclocking digne de ce nom ; après avoir passé une bonne partie de la première journée à se battre, il en a donc utilisé une autre, qui s’est révélée avoir une broche manquante sur le socket du processeur. Peut-être l’équipe aurait-elle réussi à relever le défi si la troisième carte-mère avait eu les performances attendues, mais il semble qu’il était inscrit dans les étoiles qu’elle ne battrait aucun record de vitesse ce jour-là.

Image 3 : Tom’s Overdrive : déluge d'azote aux États-UnisAvant de pouvoir réellement procéder au benchmarking, nous avons reçu la visite inopinée des pompiers de Culver City (si vous voulez les détails, c’est dans cette vidéo que ça se passe). Nous leur avons rapidement montré que notre installation était sans danger et avons donc pu continuer : nous avons donc sorti les vases de Dewar remplis d’azote liquide et nos quatre équipes ont pu commencer à refroidir leurs configuration et à traquer les bugs qui les feraient geler. Pour information, il est parfaitement possible de trop refroidir le matériel : passé un certain point, tout se bloque.

Pause-déjeuner

Sachant que la plupart de nos invités n’avaient jamais goûté les joies des burgers In-N-Out, Rachel Rosmarin et Antoine Boulin (respectivement Managing Editor chez Tom’s Guide et Directeur général de notre filiale américaine) ont fait un saut au fast-food le plus proche et en sont revenus avec un tas de Double-Double et de frites.

Non pas que ce repas raffiné ait arrêté nos concurrents plus d’une seconde : entre deux bouchées, ceux-ci continuaient à régler leurs machines, toujours à la recherche de la combinaison miracle, de l’ensemble de paramètres qui leur permettrait de réaliser tel ou tel benchmark. À ce titre, il est intéressant de noter que, comme chaque benchmark fait appel à un composant différent, l’overclocking ne consiste pas à trouver un ensemble de paramètres qui fonctionne pour tout : au contraire, il faut tout recommencer pour chaque test, atteindre l’extrême limite du matériel puis revenir un peu en arrière afin de trouver une vitesse suffisamment stable pour mener le benchmark à bien. Quand on sait cela, on se rend compte que finalement, deux jours pour tout faire, ce n’est pas tant que cela.

Le soleil se couche, on remballe… ou pas

Image 4 : Tom’s Overdrive : déluge d'azote aux États-UnisAu départ, nous avions prévu de clôturer la journée vers 17h afin de laisser le temps aux concurrents de rentrer à l’hôtel, se nourrir et se détendre avant d’entamer la deuxième journée. Il est toutefois vite apparu qu’il ne serait pas si facile de faire lâcher leur matériel à nos 12 fanatiques. C’est là que nous nous sommes dit « OK, dans ce cas on continue jusqu’à ce qu’il y en ait un qui jette l’éponge ».

Dix pizzas, une palette de Red Bull et quelques Corona plus tard, l’horloge affichait 22h00. C’est à peu près à ce moment que les concurrents ont déclaré avoir eu leur compte et que nous avons remballé notre attirail. Deux équipes affichaient un bulletin de scores complet tandis que les deux autres n’en avaient encore enregistré qu’un seul. Le vainqueur semblait tout désigné mais comme nous allons le voir, la deuxième journée allait être pleine de surprises.

Sommaire :

  1. Présentation des équipes
  2. Jour 1
  3. Jour 2
  4. Résultats, scores et captures d’écran