Accueil » Actualité » [Tom’s Overdrive] Le Turbo Mode à l’épreuve de nos overclockeurs

[Tom’s Overdrive] Le Turbo Mode à l’épreuve de nos overclockeurs

Image 1 : [Tom’s Overdrive] Le Turbo Mode à l’épreuve de nos overclockeursPour mémoire et comme expliqué lors de notre test, les processeurs Core i7 sont dotés d’une protection contre une température trop élevée ou contre une consommation trop importante (réglage TDP/TDC). Cela étant, les limites fixées pour ces deux paramètres (la fréquence et la tension du processeur étant abaissées dès qu’elles sont dépassées) peuvent être outrepassées dans le BIOS si le mode Turbo du Core i7 est activé. Ce qui est donc indispensable pour l’overclocking extrême effectué lors de notre concours.

L’attaque de l’EIST

Malheureusement, le Turbo mode active obligatoirement l’EIST (Enhanced Intel SpeedsTep), qui réduit automatiquement le coefficient multiplicateur du processeur lorsqu’il n’est pas activé afin de réduire au maximum la consommation et donc la dissipation et le bruit du dissipateur. Ou à l’inverse, de monter un seul des cores du processeur à une fréquence plus élevée que celle promise, via le recours à un multiplicateur d’une valeur plus élevée de 2. Ce afin de permettre l’exécution des applications non multithreadées plus rapidement, et ce sans dépasser le TDP (la limite maximum de dissipation) du processeur.

Le problème est que l’EIST réduit le voltage dès que le système est au repos, même si le coefficient multiplicateur n’a pas été abaissé. Or un voltage trop faible induit le risque d’un plantage direct et sans sommation pour nos overclockeurs qui cadencent leurs Core i7 entre 4.7 GHz et 5.1 GHz ce qui nécessite environ 1,5 V.

Comment le Turbo Mode peut avoir l’effet inverse

Une fois que le mode Turbo est activé, il est important de s’assurer que le TDP (Thermal Design Power) et le TDC (Thermal Design Current – le voltage) sont fixés à des valeurs trop hautes pour être atteignables, vu que cette protection ne peut être supprimée. Dès lors, il est possible de dépasser les 130 W initialement prévus. Le système nous rappellera de s’occuper des valeurs du TDP et TDC dès qu’un coefficient multiplicateur élevé est atteint (par exemple 28) et qu’un benchmark sollicitera tous les cores à 100 %. Dans ce cas, la protection se mettra automatiquement en place et utilisera l’EIST pour réduire le coefficient multiplicateur d’une valeur de 2 pour protéger le processeur.

L’équipe américaine (IronMods) nous a confirmé qu’il existe un moyen d’ignorer les valeurs du TDP/TDC et de fixer le coefficient multiplicateur pour de bon. Malheureusement, toutes les cartes mères n’en sont pas aujourd’hui capables.