Accueil » Actualité » Torrenza : du concept à la réalité

Torrenza : du concept à la réalité

Après des mois de silence, AMD vient de communiquer que des designs utilisant la plateforme Torrenza ont déjà envahi le marché. La firme de Sunnyvale explique que si l’on n’a pas entendu parler de ces produits, c’est parce qu’ils sont pour l’instant destinés à un marché haut de gamme avec peu d’impact sur le marché de masse. Les produits en questions sont par exemple destinés aux courtiers de Wall Street. Si pour l’instant ces solutions émanent uniquement de compagnies tierces, AMD affirme travailler sur divers produits dont il refuse de parler pour le moment.

Seuls les idiots ne changent pas

Il est surtout intéressant de noter qu’AMD a changé de cap en raison des ingénieurs d’ATI. Il l’avoue lui-même en assurant que tout ce qui a été dit auparavant sur Torrenza reste vrai, mais continu en affirmant que « certaines choses ont changé ». Nous n’en savons pas plus, mais beaucoup supposent que le processeur graphique joue maintenant un rôle plus important.

L’œuf ou la poule

Nous pouvons aussi supposer que ce changement de cap est dû au fait qu’AMD est confronté à une situation délicate. Torrenza doit encore faire ses preuves et être présenté aux publics. Le problème est que les solutions logicielles tirant parti de cette plateforme ont besoin d’être développées, or, le manque de hardware estampillé Torrenza décourage les programmeurs. Devant le manque de logiciels, les ingénieurs ne sont tout simplement pas motivés pour concevoir du matériel Torrenza. La solution pourrait donc venir de l’alliance ATI-AMD qui aurait pour but de montrer les bénéfices de Torrenza en sortant le matériel et les logiciels qui vont bien, dans le but d’encourager les troupes. La question qui reste en suspend consiste à savoir si Torrenza est une bonne réponse à la suprématie d’Intel.

Torrenza

Cette architecture ouverte comme la décrit AMD permettra l’utilisation de ce que le fondeur nomme des « accélérateurs », un peu à l’image des cartes graphiques accélératrices 3D, mais dans n’importe quel autre domaine. Ce type de modules accélérateurs pourrait ainsi se loger dans un socket Opteron traditionnel et utiliserait alors le protocole HyperTransport pour communiquer avec le reste du système, processeur central compris, ou bien pourrait être de la forme d’une carte additionnelle PCI-Express. Le protocole HyperTransport représente néanmoins la solution la plus intéressante et la plus apte à tirer le meilleur de Torrenza. Par la suite, les accélérateurs pourront intégrer le même package que le CPU, voire le même die.