Accueil » Actualité » Toshiba parle d’une STT-RAM qui fait aussi processeur

Toshiba parle d’une STT-RAM qui fait aussi processeur

Image 1 : Toshiba parle d'une STT-RAM qui fait aussi processeurL’architecture STT-MRAM de ToshibaToshiba a présenté à la conférence IEDM (International Electron Devices Meeting), qui s’est tenue à Washington DC, une architecture processeur utilisant des STT-MRAM qui sont non seulement capables de calculer des opérations, mais qui servent aussi de registres et caches L1 et L2. Le but est de réduire le goulot d’étranglement qui existe entre le processeur et la mémoire centrale en regroupant le tout sur une seule et même architecture.

Une mémoire processeur

Il est important de comprendre que l’on ne parle pas d’un SoC qui combinerait un processeur et une mémoire sur un même die. En l’espèce, la mémoire est l’architecture processeur. Concrètement, la mémoire intègre un tableau contenant les résultats d’opérations réalisées sur certaines entrées prédéfinies. Lorsque l’opération est lancée, la mémoire va simplement chercher le résultat dans le tableau. Cela fait gagner des cycles d’horloges. Concrètement, une division qui demande en principe 50 cycles sur un CPU classique n’en demande que 16 avec cette méthode.

Image 2 : Toshiba parle d'une STT-RAM qui fait aussi processeurLe fonctionnement de l’architecture STT-MRAM de ToshibaUn processeur destiné à des applications précises

Il serait possible de modifier le tableau afin de s’adapter aux applications qui utiliseront cette architecture. Elle est intéressante, car du moment que l’on dispose d’une application aux entrées et opérations connues, on peut compiler un système très efficace. C’est néanmoins un système très rigide, contrairement aux CPU classiques, mais il n’est pas fait pour les applications généralistes et imprévisibles.

Une STT-MRAM en raison de sa consommation

En principe, il est possible d’utiliser n’importe quel mémoire, mais Toshiba explique que la STT-MRAM apporte le meilleur rapport performance par watt. En effet, la SRAM serait un choix classique, mais sa consommation serait trop élevée. La non-volatilité de la STT-MRAM joue en sa faveur.