Accueil » Dossier » Tuto : fabriquez votre console « mini » rétrogaming Raspberry

Tuto : fabriquez votre console « mini » rétrogaming Raspberry

1 : La mode des consoles « mini » de rétrogaming 2 : Nano-ordinateur et Raspberry Pi 4 Model B 4 : Installation pas à pas de notre console « mini » 5 : Bien refroidir son Raspberry Pi 6 : Choisir le bon logiciel 7 : Quelques accessoires bien pratiques 8 : Nos astuces et recommandations diverses

De quel matériel a-t-on besoin ?

Maintenant que nous avons retenu la pièce maîtresse de notre console rétro, il faut passer en revue tous les éléments qui viendront compléter la bête. Un Raspberry Pi ne se suffit effectivement pas à lui-même et l’engouement autour des machines rétro a fait venir sur le marché de nombreuses sociétés et quantités d’accessoires.

Une société comme Retroflag s’est par exemple fait un nom dans le domaine des boîtiers. Depuis que les Raspberry Pi existent, on trouve des boîtiers capables d’accepter le nano-ordinateur, mais Retroflag est allé bien plus loin que de nombreux concurrents en fabricant de reproductions miniatures des boîtiers de la NES, la Super NES ou, plus récemment, la Megadrive.

Hélas, si Retroflag s’est montré particulièrement actif sur le Raspberry Pi 3 Model B+, il est beaucoup plus timoré depuis : peut-être les ventes n’ont-elles pas suivi ? Toujours est-il qu’aujourd’hui, il n’existe qu’un seul boîtier Retroflag officiellement conçu pour accueillir le Raspberry Pi 4 Model B et il y a beaucoup moins d’alternatives que par le passé. Heureusement, ce NESPi 4 CASE est excellent.

Des fois que vous lorgnez plutôt un Raspberry Pi 3 Model B+, nous listons toujours les autres modèles de boîtiers qui nous semblent les plus intéressants, mais retenez bien que du fait de la disposition des composants / des connecteurs, seul le NESPi 4 CASE est compatible avec le Raspberry Pi 4 Model B.

Nous ne revenons pas sur le choix du nano-ordinateur, il faut en revanche de quoi l’alimenter et dans le cas du Raspberry Pi 4 Model B, il convient d’être prudent. Il semble être un peu plus exigeant que ses prédécesseurs et si nous listons toujours un modèle « chinois » afin de faire des économies et profiter d’un bouton de mise sous tension, nous vous suggérons plutôt une alimentation officielle Raspberry.

Pour compléter la liste des éléments nécessaires au bon fonctionnement de notre petite machine, il convient d’ajouter un câble HDMI, le Raspberry ne dispose d’aucune autre sortie qu’un port HDMI. Il est bien sûr indispensable de disposer d’un périphérique d’entrée telle qu’une manette, un clavier et/ou une souris. Nous y reviendrons car, à ce niveau, le choix est pléthorique.

Vous l’avez sans doute remarqué, le Raspberry Pi se repose principalement sur un lecteur de cartes MicroSD pour le stockage des données. Il reste possible de lui adjoindre un périphérique de stockage USB, mais pour ce dossier, nous nous limiterons aux MicroSD. Aucun problème avec les modèles dits SDHC dont la capacité va jusqu’à 32 Go. En revanche, le Raspberry semble plus sélectif dès lors qu’il est question de plus grosses capacités, les SDXC.

Vous le verrez, pour la partie logiciel de notre console, nous avons opté pour Recalbox. Sur le site de cette distribution, un tableau recense de nombreuses cartes MicroSD testées et approuvées / désapprouvées par les utilisateurs. Pour notre part, nous ne pouvons confirmer le bon fonctionnement que des trois modèles en notre possession au moment des tests. Trois modèles peu onéreux, performants et disposant du sérieux de constructeurs reconnus.

Enfin, compte tenu de l’exiguïté des boîtiers Retroflag, nous vous invitons à vous pencher sur la question du refroidissement du Rasperry Pi. Ici, il convient d’être très prudent et, d’ailleurs, le NESPi 4 CASE est souvent vendu avec un petit ventilateur : il faut effectivement savoir que si le Raspberry Pi 3 Model B+ pouvait se passer de ventilateur, c’est beaucoup moins vrai que le Raspberry Pi 4 Model B.

Cette nouvelle version chauffe beaucoup plus et s’il n’y a aucun risque technique, vous aurez toutefois la mauvaise surprise de constater les effets du throttling si votre console mini chauffe de trop : le processeur du Raspberry Pi réduit sa fréquence de fonctionnement pour rester sous sa température d’alerte. Vous vous en doutez, les performances s’en ressentent évidemment. Nous vous proposons quatre solutions pour remédier à ce problème.

Comme vous le voyez, ces quatre solutions sont plutôt bon marché, mais elles sont parfaitement inutiles si votre boîtier NESPi 4 CASE ou votre Raspberry Pi 4 Model B est livré déjà équipé. Si ce n’est pas le cas et avant de choisir entre nos trois propositions, nous vous invitons à lire la suite du dossier.

Sommaire :

  1. La mode des consoles « mini » de rétrogaming
  2. Nano-ordinateur et Raspberry Pi 4 Model B
  3. De quel matériel a-t-on besoin ?
  4. Installation pas à pas de notre console « mini »
  5. Bien refroidir son Raspberry Pi
  6. Choisir le bon logiciel
  7. Quelques accessoires bien pratiques
  8. Nos astuces et recommandations diverses