Accueil » Dossier » Tuto : fabriquez votre console « mini » rétrogaming Raspberry » Page 4

Tuto : fabriquez votre console « mini » rétrogaming Raspberry

1 : La mode des consoles « mini » de rétrogaming 2 : Nano-ordinateur et Raspberry Pi 4 Model B 3 : De quel matériel a-t-on besoin ? 5 : Bien refroidir son Raspberry Pi 6 : Choisir le bon logiciel 7 : Quelques accessoires bien pratiques 8 : Nos astuces et recommandations diverses

Installation pas à pas de notre console « mini »

Vous avez réuni tout le matériel nécessaire ? Il ne nous reste donc plus qu’à procéder à l’installation – simplissime – du Raspberry Pi dans son boîtier. Notez au passage que les boîtiers Retroflag ont le bon goût d’être accompagnés d’un petit tournevis évidemment adapté à la visserie disponible pour fixer l’ensemble.

Pour notre montage, nous avons logiquement pris l’exemple du seul modèle Retroflag disponible pour Raspberry Pi 4 Model B, le NESPi 4 CASE. Reste que si vous optez pour un Raspberry Pi 3 Model B+ et pour un autre boîtier Retroflag, la procédure est sensiblement identique. En principe, les six vis de fixation du NESPi 4 CASE ne sont pas en place à sa réception et l’ouverture se fait donc simplement en séparant les deux parties du boîtier.

Image 1 : Tuto : fabriquez votre console « mini » rétrogaming Raspberry

Ceci fait nous vous invitons à revenir sur le Raspberry Pi afin de lui ajouter le « minimum vital » pour son refroidissement : quatre éléments qui prennent place sur les principaux composants du nano-ordinateur. Le plus gros radiateur se place sur le puce principale du Raspberry, le CPU/GPU Broadcom. Les deux plus petits radiateurs sont à fixer sur le contrôleur Ethernet (pour le plus haut) et sur le chip USB (pour le plus fin). Enfin, un radiateur tout en longueur est à coller au milieu du Raspberry Pi, sur la puce mémoire.

Image 2 : Tuto : fabriquez votre console « mini » rétrogaming Raspberry

Une fois le boîtier ouvert, on découvre – normalement – un sachet contenant le tournevis et huit vis : deux petites pour la fixaction du Raspberry et six, plus longues, pour fermer le NESPi 4 Case. Notons également la présence de deux cartes électroniques préalablement fixées par Retroflag. Celle de gauche est chargée de déporter le port réseau et d’embarquer le connecteur d’alimentation ainsi que les switchs des boutons de mise sous tension / réinitialisation. La seconde se focalise pour sa part sur le placement en façade de deux ports USB.

Image 3 : Tuto : fabriquez votre console « mini » rétrogaming Raspberry

Le montage du Raspberry Pi ne pose en lui-même aucun problème d’autant que, contrairement à d’autres boîtiers Retroflag, le Raspberry Pi est ici placé « à l’endroit ». Il convient simplement de faire un peu attention au moment de le glisser dans le boîtier. Ensuite, il faut connecter en premier lieu la prise dix fiches du boîtier sur ce que l’on appelle le GPIO du Raspberry. Rien de difficile, la prise doit aller sur les broches les plus à gauche, sur le bord du Raspberry : le câble rouge de la prise juste à côté du trou de fixation du Raspberry. Nous commençons par celle-ci, car c’est le câble le plus court.

Image 4 : Tuto : fabriquez votre console « mini » rétrogaming Raspberry
Image 5 : Tuto : fabriquez votre console « mini » rétrogaming Raspberry

Ensuite, il s’agit de connecter les ports USB et le port RJ45 des deux cartes électroniques du NESPi 4 CASE sur les prises du Raspberry Pi. La chose n’est pas réellement difficile, mais l’espace étant relativement exigu, il convient de prendre son temps. Enfin, il reste un dernier câble à brancher directement sur le Raspberry Pi : celui du connecteur SATA présent sur l’autre partie du boîtier. C’est en quelque sorte la surprise du chef sur le NESPi 4 CASE qui intègre un véritable port SATA pour y connecter – via la fausse cartouche livrée – un modèle 2,5 pouces. Pratique pour le stockage.

Image 6 : Tuto : fabriquez votre console « mini » rétrogaming Raspberry

Voilà, l’essentiel est pour ainsi dire terminé. Si vous avez opté pour un refroidissement actif, il peut être utile de fixer maintenant le ventilateur et de le branche sur la petite prise dédiée de l’électronique du NESPi 4 CASE. Une ultime vérification : que le switch de safe shutdown soit bien sur ON. Vous pouvez maintenant replacer la partie supérieure du boîtier et insérer les six vis, votre console rétro est prête.

Image 7 : Tuto : fabriquez votre console « mini » rétrogaming Raspberry

Maintenant que votre machine est achevée, il ne reste plus qu’à insérer votre carte microSD… encore que celle-ci n’est pas encore prête : vous n’avez aucun logiciel dessus ! Une remarque cependant, si d’aventure vous êtes contraints de modifier votre NESPi 4 CASE, faites toujours bien attention à RETIRER la microSD avant de tout démonter : en extrayant le Raspberry Pi, vous pourriez endommager la microSD si elle est toujours en place.

Sommaire :

  1. La mode des consoles « mini » de rétrogaming
  2. Nano-ordinateur et Raspberry Pi 4 Model B
  3. De quel matériel a-t-on besoin ?
  4. Installation pas à pas de notre console « mini »
  5. Bien refroidir son Raspberry Pi
  6. Choisir le bon logiciel
  7. Quelques accessoires bien pratiques
  8. Nos astuces et recommandations diverses