Accueil » Dossier » Tuto et tests : fabriquez votre console « mini » rétrogaming Raspberry

Tuto et tests : fabriquez votre console « mini » rétrogaming Raspberry

Plutôt que d’acheter une console rétro « officielle », nous vous invitons à fabriquer la vôtre.

1 : La mode des consoles « mini » de rétrogaming 2 : Nano-ordinateur et Raspberry Pi 3 Model B+ 3 : De quel matériel a-t-on besoin ? 5 : Bien refroidir son Raspberry Pi 6 : Choisir le bon logiciel 7 : Quelques accessoires bien pratiques 8 : Nos astuces et recommandations diverses

Installation pas à pas de notre console « mini »

Vous avez réuni tout le matériel nécessaire ? Il ne nous reste donc plus qu’à procéder à l’installation – simplissime – du Raspberry Pi dans son boîtier. Notez au passage que les boîtiers Retroflag ont le bon goût d’être accompagnés d’un petit tournevis évidemment adapté à la visserie disponible pour fixer l’ensemble.

Pour notre montage, nous avons pris l’exemple de notre chouchou, le MegaPi Case, mais la procédure est globalement la même pour les autres boîtiers de la marque. En principe, les six vis du MegaPi Case ne sont pas en place à sa réception et l’ouverture se fait donc simplement en séparant les deux parties du boîtier.

Image 1 : Tuto et tests : fabriquez votre console « mini » rétrogaming Raspberry

Ceci fait nous vous invitons à revenir sur le Raspberry Pi afin de lui adjoindre le « minimum vital » pour son refroidissement : trois éléments qui viendront prendre place sur les principaux composants du nano-ordinateur. Le plus gros radiateur se place sur le puce principale du Raspberry Pi, le CPU/GPU Broadcom. Le petit radiateur est à coller sur la puce en charge de l’USB / Ethernet. Enfin, la fine plaque de cuivre est à placer au dos du Raspberry Pi, sur la puce mémoire d’1Go.

ATTENTION. Si vous optez pour un refroidissement plus « musclé » (voire page dédiée), modifiez en conséquence cette étape.

Image 2 : Tuto et tests : fabriquez votre console « mini » rétrogaming Raspberry

Une fois le boîtier ouvert, on découvre – normalement – un sachet contenant le tournevis et huit vis : deux petites pour la fixation du Raspberry Pi et six, plus longues, pour fermer le MegaPi Case. Notons également la présence d’une petite carte électronique destinée à conduire le courant jusqu’à une seconde carte rassemblant divers connecteurs. Cette seconde carte gère ainsi le bouton de mise sous tension, celui de réinitialisation, l’alimentation d’un éventuel ventilateur, le safe shutdown et les ports USB en façade.

Le montage du Raspeberry Pi ne pose en lui-même aucun problème. La première étape consiste à remarquer qu’il va prendre place « à l’envers » dans le boîtier. L’essentiel des puces se retrouvent « tête en bas » alors que l’on voit le dessous de la carte. Il faut alors connecter en premier lieu la prise dix fiches du boîtier sur ce que l’on appelle le GPIO du Raspberry Pi. Rien de difficile, la prise doit aller sur les broches les plus à gauche, sur le bord du Raspberry Pi : le câble rouge de la prise juste à côté du trou de fixation du Raspberry Pi. Nous commençons par celle-ci, car c’est le câble le plus court.

Image 3 : Tuto et tests : fabriquez votre console « mini » rétrogaming Raspberry

Ensuite, il s’agit de connecter les deux ports USB du boîtier sur deux des quatre USB du Raspberry Pi. Là encore, aucun moyen de se tromper, il suffit de prendre les ports les plus proches. L’opération effectuée, vous êtes à même d’enficher complètement le Raspberry Pi dans son emplacement. Le seul conseil que l’on peut donner ici est de bien aligner les connecteurs du Raspberry Pi avec les trous à l’arrière du MegaPi Case. Ceci fait, on pousse très légèrement le Raspberry Pi vers l’arrière du boîtier pour que ses connecteurs s’ajustent avec les trous. Voilà, il ne reste plus qu’à visser les deux vis de fixation – les courtes – du MegaPi.

Image 4 : Tuto et tests : fabriquez votre console « mini » rétrogaming Raspberry
Image 5 : Tuto et tests : fabriquez votre console « mini » rétrogaming Raspberry

Avant de refermer le boîtier, deux petites précautions d’usage : veillez pour le moment à ce que les boutons « safe shutdown » et « power » soient bien sur OFF. Veillez également à ce que le poussoir « power » du couvercle du MegaPi soit lui aussi sur OFF. Enfin, dernière mise en garde : si vous avez déjà une carte microSD, attention à ce qu’elle ne soit PAS dans le logement du Raspberry. De manière générale, n’ouvrez jamais un boîtier RetroFlag avec une microSD dans le Raspberry, vous l’endommageriez immanquablement.

Image 6 : Tuto et tests : fabriquez votre console « mini » rétrogaming Raspberry
Image 7 : Tuto et tests : fabriquez votre console « mini » rétrogaming Raspberry

Voilà, il ne vous reste plus qu’à placer les six vis de fermeture du boîtier. Notez que l’une d’entre elles est masquée par le petit cache de protection qui rend l’ensemble plus élégant, mais masque également l’accès aux deux autres ports USB et au connecteur RJ45 : sans doute le plus gros défaut de ce MegaPi Case.

Sommaire :

  1. La mode des consoles « mini » de rétrogaming
  2. Nano-ordinateur et Raspberry Pi 3 Model B+
  3. De quel matériel a-t-on besoin ?
  4. Installation pas à pas de notre console « mini »
  5. Bien refroidir son Raspberry Pi
  6. Choisir le bon logiciel
  7. Quelques accessoires bien pratiques
  8. Nos astuces et recommandations diverses