Accueil » Actualité » Un Android open source pour un smartphone, mission impossible ?

Un Android open source pour un smartphone, mission impossible ?

Ars Technica a tenté une expérience intéressante récemment : installer un Android totalement open source sur un Nexus 4, un smartphone Google. Il faut bien comprendre que si Android lui-même est libre, les applications fournies avec un smartphone le sont rarement, et les pilotes ne le sont pas non plus.

La première chose à prendre en compte, justement, ce sont les pilotes : GPU, modem, contrôleur Wi-Fi, la majorité des composants dépend de pilotes fermés, ce qu’on appelle des blobs binaires. Les pilotes libres sont assez rares et le Nexus 4 de Google nécessite 184 fichiers contenant des données qui ne sont pas libres. Il est difficile de trouver un appareil dont les pilotes sont libres, et pour un smartphone, c’est mission impossible.

Le système Android alternatif le plus courant est CyanogenMod, qui n’est pas libre. Il contient en effet des applications Google et les fameux pilotes fermés. Replicant, un fork de CyanogenMod, essaye d’être totalement libre, mais utilise une version d’Android un peu ancienne (4.2) alors que CyanogenMod est en version 4.4.

Une fois les applications de Google supprimées, il faut utiliser le client de base d’Android pour les courriels (il est limité), le navigateur de base à la place de Chrome, se passer de Google Earth, du magasin d’applications de Google, etc. Ars Technica propose une image qui montre bien le problème.

Image 1 : Un Android open source pour un smartphone, mission impossible ?

Il existe un magasin d’applications open source (F-Droid), mais il contient peu d’applications et est assez limité. De même, il faudra généralement se passer des jeux, sauf si vous adorez 2048.

En fait, la conclusion est intéressante : un Android totalement open source n’est pas vraiment une bonne idée. D’une part, le système est moins efficace sans certaines applications de Google, et d’autre part il est compliqué de trouver des applications pour beaucoup de tâches, et c’est même souvent impossible. Une des raisons est simple : l’argent est au cœur du business des applications, avec un droit d’entrée sur certains magasins en ligne pour les développeurs, qui essayent donc généralement de gagner de l’argent.

Globalement, c’est une expérience intéressante d’un point de vue idéologique (et encore, les pilotes restent fermés), mais les contraintes sont assez nombreuses pour que ça reste… une simple expérience, pas réellement viable.

Enfin, si vous voulez un système libre pour des raisons idéologiques, il y a Firefox OS, qui est assez intéressant sur ce point.