Accueil » Actualité » Un chipset qui chiffre chez Intel : le retour de Palladium ?

Un chipset qui chiffre chez Intel : le retour de Palladium ?

Intel a présenté une technologie intéressante à l’IDF, qui se tient en ce moment à San Francisco. Danbury, le nom de code de cette technologie, est un système de chiffrement matériel intégré dans un chipset.

Uniquement pour les versions professionnelles au départ

Cette technologie est de plus en plus populaire dans les machines professionnelles : la majorité des PC portables qui ne sont pas destinés au grand public proposent une puce TPM (Trusted Platform Module) pour assurer la sécurité des données, par exemple. Cette puce intègre notamment un générateur de nombres aléatoires et des fonctions de chiffrement avancées utilisées par des technologies comme BitLocker sous Windows Vista. En intégrant une technologie de ce type dans un chipset, Intel supprimerait en partie l’intérêt de ces puces, ainsi que des disques durs chiffrés proposés par Seagate (par exemple). De plus, il est par exemple possible d’intégrer des fonctions de décodage matérielles pour la gestion de l’AES (qui est très gourmand en puissance CPU). Notons que le projet Palladium (que les plus anciens doivent connaître) de Microsoft devait utiliser des puces de ce type pour gérer les droits (le TPM est une réminescence de la technologie Palladium).

Les chipsets professionnels qui intégreront la technologie Danbury sont attendus pour la mi-2008.