Accueil » Dossier » Un GPU externe sur PC portable ? On a testé » Page 2

Un GPU externe sur PC portable ? On a testé

1 : Pourquoi une carte graphique externe ? 3 : La solution de Village Instruments 4 : Le chevauchement et le choix du GPU 5 : Le problème de l'allocation des ressources 6 : La gestion du démarrage 7 : Optimus & Co. 8 : Les performances 9 : Améliorer les choses ? 10 : Autre chose qu'une carte graphique ? 11 : Conclusion

Plusieurs interfaces, notre choix

Une carte graphique externe ? Oui, ça existe. Passons en revue les solutions existantes et justifions notre choix.

D’abord, il y a les cartes graphiques USB 2.0 (bientôt 3.0). Elles sont lentes, très limitées au niveau des fonctions et des performances, mais peu onéreuses — moins de 100 € — et efficaces pour de la bureautique simple. Pour ajouter un écran qui ne monte pas trop haut au niveau de la définition — les cartes limitent à 1 680 x 1 050 ou 1 920 x 1 200 en fonction des modèles — c’est correct. Si on a besoin de plus de deux écrans, la facture monte vite.

Image 1 : Un GPU externe sur PC portable ? On a testéEnsuite, il y a les boîtiers qui séparent le signal, comme les solutions de Matrox. Ils sont souvent chers, mais ont l’avantage de provoquer une perte de performances faible. Leur fonctionnement est simple : on branche deux écrans identiques (en définition) à la « carte », qui va faire croire au système qu’un écran d’une définition doublée est branché. Le principal défaut est que le tout est dépendant de l’ordinateur : une prise HDMI ou DVI Single Link ne fournit pas assez de bande passante pour deux écrans en haute définition. Il faut donc soit rester en VGA — avec les défauts classiques — soit passer en DisplayPort ou disposer d’un des rares ordinateurs portables dotés d’une sortie DVI Dual Link.

Certains constructeurs, Dell, Sony ou Toshiba, proposent aussi des réplicateurs de ports qui intègrent parfois plusieurs sorties vidéo. Soit en utilisant les fonctions de la carte graphique interne, soit en intégrant des cartes graphiques USB directement.

On trouve aussi des cartes graphiques en PC Card, un format rare dans les ordinateurs récents. Si la solution est compacte, elle pose des problèmes de performances : le PC Card est techniquement similaire au PCI et les 133 Mo/s de l’interface limitent rapidement. De plus, les GPU utilisés sont souvent lents, pour des questions de dissipation thermique et de compatibilité PCI.

Autre solution, acheter un ordinateur avec une sortie pour un GPU externe : Fujitsu ou Sony en proposent, avec des interfaces rapides — PCI-Express 8x pour le premier, 4x pour le second — et des cartes graphiques milieu de gamme. C’est efficace, mais limité dans le choix du GPU et surtout de l’ordinateur.

Image 2 : Un GPU externe sur PC portable ? On a testéUne solution plus récente est le connecteur Thunderbolt des derniers ordinateurs d’Apple : la technologie transporte du PCI-Express x4 et il est donc possible de proposer des boîtiers compatibles avec cette norme en sortie et d’y brancher une carte graphique. C’est séduisant, mais deux problèmes (encore) se posent : l’absence de boîtiers de ce type, qui restent des prototypes, et le fait que les ordinateurs compatibles soient rares.

Une des solutions, que nous avons choisi, l’ExpressCard. Si la vitesse n’est pas le point fort de cette technologie — 250 Mo/s ou 500 Mo/s en fonction des ordinateurs —, les ordinateurs portables sont couramment équipés de l’emplacement idoine et les boîtiers permettant de brancher un GPU en externe existent. Sans être la panacée, l’ExpressCard est pour nous aujourd’hui le meilleur compromis.

Terminons en évoquant une solution « DIY » (Do It Yourself) : il existe des solutions permettant de récupérer directement des liens PCI-Express dans un ordinateur portable pour brancher ensuite une carte graphique en externe. Certains récupèrent le PCI-Express de l’ExpressCard, d’autres directement en interne dans un emplacement Mini Card (utilisé pour les cartes Wi-Fi) et certains câblent même les liens inutilisés directement sur le southbridge, en soudant sur la carte mère. Le résultat final est très efficace — il est possible de récupérer deux lignes PCI-Express 2.0 —, mais y parvenir reste un exercice très complexe et qui n’est pas sans danger pour l’ordinateur.

Sommaire :

  1. Pourquoi une carte graphique externe ?
  2. Plusieurs interfaces, notre choix
  3. La solution de Village Instruments
  4. Le chevauchement et le choix du GPU
  5. Le problème de l'allocation des ressources
  6. La gestion du démarrage
  7. Optimus & Co.
  8. Les performances
  9. Améliorer les choses ?
  10. Autre chose qu'une carte graphique ?
  11. Conclusion