Accueil » Actualité » Un quatrième opérateur de téléphonie mobile avant l’été

Un quatrième opérateur de téléphonie mobile avant l’été

Image 1 : Un quatrième opérateur de téléphonie mobile avant l'étéOuf ! Les derniers bruits en provenance des couloirs gouvernementaux ne laissaient présager rien de bon quant à l’avenir de la quatrième licence de téléphonie mobile. On avait même pu lire que Didier Lombard (PDG de France Telecom) pensait cette licence « enterrée ». C’est donc avec un grand soulagement que nous accueillons la déclaration du premier ministre François Fillon, ce lundi matin :

Il y a eu des débats nourris sur cette question. J’ai choisi de favoriser la possibilité d’un nouvel entrant [car] plus il y a d’opérateurs, plus il y a de concurrence, sans déstabiliser et en permettant aux opérateurs existants d’obtenir une partie des lots. [C’est] un choix qui combine à la fois la nécessité d’aiguillonner la concurrence, qui permet, il faut le dire clairement, à l’État de faire jouer au maximum les enchères, et qui en même temps préserve les intérêts des usagers.

En pratique, l’ensemble des fréquences encore disponibles au titre de la quatrième licence ne sera pas dévolu à un seul opérateur. Le gouvernement a demandé à l’ARCEP de lancer un appel d’offres pour l’attribution de trois lots de 5 Mégahertz des fréquences restant à attribuer, l’un des trois lots étant par défaut réservé à un nouvel opérateur. Le gouvernement souhaite que ces lots soient attribués avant l’été. Il ne s’agit donc que d’une demi-victoire pour tous ceux qui souhaitent voir Free bousculer les trois opérateurs actuels : non seulement il faudra que Xavier Niel remporte l’enchère, mais en plus, le quatrième réseau sera fortement limité par rapport aux trois autres existants.

La 4G n’est pas oubliée

Outre cette décision d’attribuer les fréquences inutilisées de la 3G (bande des 2,1 GHz), le gouvernement souhaite que l’ARCEP lance dès la fin février une consultation publique sur l’attribution des fréquences de la téléphonie 4G : il s’agit de nouvelles fréquences situées dans les bandes des 2,6 GHz et aussi du « dividende numérique » soit une partie des fréquences aujourd’hui occupées par la télévision analogique, et qui seront libérées d’ici 2012, date prévisionnelle d’entrée en service des réseaux 4G. L’attribution de ces fréquences devrait avoir lieu avant la fin de l’année 2009.