Accueil » Actualité » Un ventilateur ? Non ! Un radiateur rotatif

Un ventilateur ? Non ! Un radiateur rotatif

Image 1 : Un ventilateur ? Non ! Un radiateur rotatif

Classiquement, on refroidit les processeurs à l’aide d’un radiateur dans lequel un ventilateur souffle de l’air frais. Des chercheurs ont eu l’idée de revisiter ce concept en fusionnant ventilateur et radiateur, autrement dit en créant un radiateur rotatif. Avec la promesse d’une performance hors norme.

Un chercheur des laboratoires Sandia aux États-Unis (qui possèdent quelques-uns des plus puissants supercalculateurs de la planète) a imaginé ce nouveau concept où le radiateur est composé d’une base solidaire du processeur, au-dessus de laquelle tourne une turbine en aluminium. Baptisée Sandia Cooler, cette turbine est construite comme un ventilateur radial, aspirant l’air par son centre, et le rejetant sur ses côtés. Les ailettes du ventilateur agissent comme les pales de l’hélice du ventilateur. La turbine flotte au-dessus de la base sur un coussin d’air d’épaisseur contrôlée.

Image 2 : Un ventilateur ? Non ! Un radiateur rotatifLes performances de ce prototype sont données comme excellentes avec une résistance thermique de 0,2 °C/W quand un ventirad classique atteint autour de 0,6 °C/W. La résistance thermique exprime la différence de température entre la partie froide du radiateur et sa partie chaude par Watt de chaleur à dégager. Plus est elle faible, mieux le radiateur évacue la chaleur, et donc plus la température du composant à refroidir est basse.

Selon les chercheurs, un second prototype mieux dimensionné (base plus fine, ailettes/hélices plus grandes) atteindrait facilement 0,1 °C/W. En outre, le Sandia Cooler serait naturellement peu bruyant et peu sujet à l’accumulation de poussière sur ses pales. Les chercheurs sont donc très optimistes sur les retombées que leur design pourra avoir sur la vitesse des CPU mais aussi sur tous les échangeurs de chaleurs et notamment les climatiseurs. Le laboratoire cherche maintenant des entreprises pour commercialiser des produits dérivés de cette technologie, brevetée bien évidemment.