Accueil » Actualité » Une alternative de 32 Gb/s au Thunderbolt

Une alternative de 32 Gb/s au Thunderbolt

Image 1 : Une alternative de 32 Gb/s au Thunderbolt

Le PCI-SIG va se pencher sur la création d’une version câblée du PCI-Express afin de concurrencer le Thunderbolt, le bus introduit par Apple et Intel en début d’année. Selon EETimes qui rapporte la nouvelle, le but est de fournir quatre lignes PCI-Express 3.0 dans un câble offrant un débit théorique maximum de 32 Gb/s sur une distance de trois mètres.

Un projet ambitieux

Selon nos confrères, une version PCI-Express 4.0 de 64 Gb/s pourrait être votés en 2015, suivi d’un standard utilisant de la fibre optique qui permettra d’améliorer les débits et les distances. Pour l’instant, le PCI-SIG envisagerait d’alimenter les périphériques consommant jusqu’à 20 W. Le standard devrait être finalisé en juin 2013. Le plus gros du travail devrait porter sur les caractéristiques techniques et sur la création d’un nouveau connecteur qui serait plus fin que celui du Thunderbolt.

Pour mémoire, le Thunderbolt fut officiellement présenté en février dernier (cf. « Thunderbolt : 10 gigabits/s, 10 W, Light Peak »). Il regroupe le DisplayPort et un port PCI-Express 4x dans un seul câble qui se connecte au port Mini DisplayPort de l’ordinateur. Il offre un débit de 10 Gb/s et permet de connecter un écran et un support de stockage haut de gamme haut de gamme, par exemple (cf. « Thunderbolt : des disques durs au réflex Nikon »). Il peut alimenter des périphériques de 10 W et connecter jusqu’à six appareils, écran inclus. Le chainage est intelligent. La bande passante n’est pas divisée de manière égale entre chaque périphérique, mais le contrôleur adapte les débits envoyés en fonction de la demande.

Selon EETimes, le PCI-SIG chercherait concevoir un connecteur concurrent au Thunderbolt qui serait intégré dans les ordinateurs et les tablettes. L’idée d’un bus PCI-Express externe n’est pas nouvelle (cf. « Un câble PCI Express »). Il existe déjà des versions PCI-Express 1.1 et 2.0 câblées, mais elles sont principalement réservées aux mondes des serveurs et centres de données ou des cartes graphiques externes (cf. « Un boîtier PCIe externe pour GPU chez MSI »). Avec ce nouveau standard, le PCI-SIG espère pénétrer le marché grand public.

Image 2 : Une alternative de 32 Gb/s au ThunderboltDes intentions louables, mais un projet qui arrive trop tard

Pour cela, il faudra que ce nouveau bus détrône le Thunderbolt. Il aura l’avantage d’être ouvert et conçu par un consortium. Il s’opposera donc au bus d’Intel qui reste un format propriétaire et qui est plus cher à intégrer. En effet, il demande la présence d’un routeur dans l’ordinateur et le périphérique. Le PCI-SIG ne compte demander qu’un routeur dans la machine hôte. Le contrôleur du périphérique sera beaucoup plus simple à produire et donc moins cher.

Néanmoins, la bataille est loin d’être gagnée. Le PCI-SIG n’aura pas de standard définitif avant 2013 et les premiers périphériques devraient être commercialisés un an après au mieux. Il arrivera donc très tard sur le marché. Le Thunderbolt aura le temps de séduire plus d’acteurs et intégrer plus de périphériques et ordinateurs. L’autre problème est celui des performances. Si le bus du PCI-SIG aura des débits trois fois supérieurs au Thunderbolt lors de sa commercialisation en 2014, Intel a déjà annoncé qu’il comptait commercialiser le Thunderbolt 2 en 2015 qui disposera de débits de 50 Gb/s. À peine sorti, le bus du PCI-SIG sera donc déjà dépassé par son concurrent.

Pour l’instant, le marché est relativement divisé. Apple, Sony et Intel soutiennent le Thunderbolt. Dell, HP et AMD, qui sont membres du PCI-SIG, ont renié le bus. Néanmoins, les deux premiers pourraient être obligés de le prendre en charge lorsqu’Intel livrera ses chipsets 7x qui apporteront la gestion du Thunderbolt par défaut. Le port Mini Display Port de la carte mère servira alors de port Thunderbolt, malgré leurs réticences.

Les périphériques Thunderbolt ont fait une apparition remarquée au Computex et il est indéniable que l’intégration de cette technologie dans les chipsets Intel va la propulser très rapidement vers des sommets. Le désir du PCI-SIG de proposer un format ouvert est louable, mais en l’espèce, il est difficile de ne pas penser qu’il arrive trop tard. À moins de retards, problèmes techniques ou revirement de situation, le Thunderbolt reste le favori de cette course.