Accueil » Actualité » Une batterie lithium-air résistante à l’eau

Une batterie lithium-air résistante à l’eau

Image 1 : Une batterie lithium-air résistante à l’eauPolyPlus vient d’annoncer le développement d’une batterie lithium air résistante à l’eau, pour le gouvernement américain. La firme espère néanmoins voir ce genre de batterie sur les marchés d’ici quelques années.

Les batteries lithium air et le challenge de l’eau

Les recherches portant sur les batteries lithium air sont de plus en plus courantes. IBM a annoncé ce mois-ci s’investir davantage dans ce domaine très prometteur puisque l’on parle, en théorie de 5 000 Wh/kg. Les défis sont néanmoins importants, car l’eau de l’air et le lithium métallique ne font absolument pas bon ménage.

La batterie de PolyPlus a donc un double intérêt. Non seulement elle permet d’utiliser cette technologie dans des environnements difficiles, mais elle répond aux craintes des scientifiques qui étudient ce genre de solution depuis très longtemps, mais n’ont jamais osé porter ce genre de batterie sur le marché grand public.

Enrober le lithium métallique pour le rendre imperméable

PolyPlus aurait résolu le problème de l’eau en « protégeant » l’électrode constituée de lithium métallique avec une couche de LISICON, un électrolyte céramique imperméable à l’eau, mais capable de laisser passer les ions de lithium. Enfin, la firme explique que l’électrode utilise un enrobage qui évite que l’électrolyte ne réagisse avec le lithium et les bords de l’électrode sont scellés avec un film en aluminium.

En principe, lorsque l’électrode en lithium métallique est placée dans l’eau, les ions de lithium s’échappent et réagissent avec l’oxygène de l’eau, offrant l’énergie nécessaire pour alimenter un appareil électrique. Pour une batterie lithium-air, une seconde électrode capture l’oxygène de l’air.

La grande question est néanmoins de savoir si l’enrobage qui protège l’électrode en lithium métallique ne se détériorera pas avant la fin de vie du produit et si les technologies de PolyPlus peuvent être fabriquées à grande échelle dans des usines existantes. Bref, si cette technologie est prometteuse, elle a encore un très long chemin à parcourir.