Accueil » Actualité » Une image de développement de webOS sur PC

Une image de développement de webOS sur PC

Plusieurs architectures pour un même OS ?

Oui, c’est assez courant. Dans le monde des PC, Linux fonctionne sur énormément d’architecture, Mac OS X est passé des Power PC aux x86 et Windows NT a fonctionné sur MIPS, PowerPC, IA-64 et Alpha. Dans les mobiles, Android fonctionne sur ARM mais aussi sur MIPS et x86 et Apple propose l’iPhone OS sur ARM mais aussi sur x86, dans le simulateur. Ici, avec webOS, on est exactement dans le même cas : l’appareil final est en ARM et la simulation en x86. Notons que Microsoft a changé son fusil d’épaule avec Windows Mobile : les premiers systèmes PocketPC fonctionnaient en ARM/MIPS/SH avec un simulateur en x86 alors que les versions actuelles sont totalement en ARM, avec un émulateur de processeur ARM pour les tests sur PC.

Image 1 : Une image de développement de webOS sur PCUn développeur d’applications pour webOS a eu une idée saugrenue : utiliser le logiciel de simulation du SDK de Palm sur un véritable PC. Et, surprise, ça fonctionne. En effet, et contrairement à d’autres OS mobiles, le logiciel de simulation webOS est en fait un système compilé pour une architecture x86 et pas pour une architecture ARM, comme sur les terminaux Pre et Pixie. Le développeur a simplement copié l’image sur le disque dur d’un ancien PC portable (un Dell C600), doté d’un disque dur en IDE, et l’ensemble démarre. Petits problèmes, seul le clavier est supporté (pas de trackpad ni — évidemment — d’écrans tactiles) et la définition de l’écran se limite à celle des machines « réelles », soit du 320 x 480. De plus, et c’est assez logique, les (rares) applications destinées au Palm Pre ne fonctionnent évidemment pas sur cette bidouille, car elles ont été compilées pour de l’ARM et pas du x86.

webOS sur PC

En pratique, on remarque surtout que webOS, comme Android et iPhone OS, est multiplateforme et ne se limite pas à l’architecture ARM. Et on peut aussi supposer que si HP veut porter webOS sur une tablette à base d’Atom, une partie du travail semble déjà fait.