Accueil » Actualité » Une puce dans le bras pour travailler

Une puce dans le bras pour travailler

Citywatcher, une société spécialisée dans le RFID innove encore et toujours. Cette fois, deux de ses employés se sont porté volontaire pour se faire implanter une puce RFID dans le bras. Ils pourront ainsi accéder à des espaces sécurisés. Par cette expérience, les dirigeants de Citywatch espèrent bien convaincre les clients futurs de la sécurité et de la pertinence de tels outils. "Je ne demanderai à personne de faire quelque chose que je ne ferais pas moi-même", déclare Sean Darks, le PDG de Citywatcher. Ce dernier s'est fait poser lui aussi une puce RFID dans le bras.

Verichip de Applied Digital

Les puces sont de type Verichip, et sont fabriquées par la société Applied Digital. Elles ont la taille d’un grain de riz, et doit permettre à son porteur de pouvoir entrer dans des lieux sécurisés ou se trouve le poste de commande de caméras de surveillance. Des essais médicaux ont déjà eu lieu sur ce type de projet, mais c’est la première fois qu’une application professionnelle est testée aux Etats-Unis en grandeur nature.

Un marché mûr ?

Cette période de test sur ce qu’il faut bien appeler des cobayes devrait permettre selon la société Citywatcher de proposer à terme des produits à destination des municipalités. Mais à travers les services que proposent Citywatcher, c’est bien Applied Digital qui tire les marrons du feu. Cette société n’en est pas à son coup d’essai. Depuis 2003, et à diverses occasions, nous avons évoqué les efforts de cette société pour proposer des produits sous cutané à diverses fins (paiement de facture,…). Aujourd’hui, par le biais du marché de la sécurité mais aussi de la santé, Applies Digital espère devenir leader de ce marché en pleine expansion. Ainsi, Applied Digital propose également des puces Verichip qui contiennent les dossiers médicaux du porteur. L’idée est qu’en cas de malaise, la victime peut être immédiatement identifiée par les services de secours, qui ont en plus accès en direct à son dossier médical.

Quelles limites ?

Aussi nouveaux que puissent paraître de tels outils et de telles méthodes, elles ont reçu l’accord en 2004 de l’organisme fédéral de contrôle FDA (Food and Drug Administration). Cette dernière assure que l’implantation en sous cutané de puce RFID ne présente aucun risque pour la santé. Certaines organisations oeuvrant pour les libertés indivuduelles émettent des critiques contre ces systèmes qui pourraient nuire à la liberté de l’individu. Même si le PDG de Citywatcher assure que ces puces ne seront pas utilisées comme outil de contrôle des employés, la tentation risque d’être bien forte pour de nombreuses organisations, entreprises, et gouvernements, de mettre cette technologie au service de la surveillance et de la répression.