Accueil » Actualité » Une puce nanophotonique en 2011

Une puce nanophotonique en 2011

Image 1 : Une puce nanophotonique en 2011IBM vient de présenter une puce communiquant grâce à de la lumière au lieu de charges électriques. Elle sera commercialisable dès 2011.

« Que la lumière soit… »

Cette technologie, appelée par IBM silicium nanophotonique (CISN ou CMOS Integrated Silicon Nanophotonics), repose sur le même principe qu’un circuit classique utilisant un langage binaire véhiculé par un courant électrique qui passe ou pas suivant la valeur que l’on souhaite transmettre. Utiliser de la lumière offre un système plus rapide accélérant grandement les performances et IBM anticipe des supercalculateurs mille fois plus rapides que ceux d’aujourd’hui.

La nanophotonie à l’intérieur des processeurs d’ici 2016

Les technologies conçues par IBM sont déjà offertes à ses partenaires sous forme de licence. Elles permettent la création de puces nanophotoniques grâce à un procédé utilisant du germanium comme première étape de fabrication. Généralement, c’est la dernière étape, mais cette modification permet une réduction par 10 de la taille du die, permettant d’obtenir une puce d’une surface raisonnable. Gravés en 65 nm, les premiers modèles permettront d’abord de relier plusieurs machines entre elles. IBM espère ensuite pouvoir connecter plusieurs puces d’une même machine et continuer son travail de miniaturisation pour relier les cores d’un processeur entre eux d’ici 2016.