Accueil » Dossier » Vidéos : SSD ou disque dur ? » Page 3

Vidéos : SSD ou disque dur ?

1 : Introduction 2 : Configuration de test et benchmarks 4 : Enregistrement avec Fraps 5 : Transcodage de plusieurs vidéos (Intel Quick Sync) 6 : Transcodage de plusieurs vidéos (CPU) 7 : Lecture vidéo 8 : Édition vidéo avec Adobe Premiere Pro 9 : Exportation avec Adobe Premiere Pro 10 : Conclusion

Acquisition vidéo

Image 1 : Vidéos : SSD ou disque dur ?

Statistiques
Acquisition vidéo
Temps écoulé
10:35
Opérations de lecture
330
Opérations d’écriture
7043
Volume de données lu
8,56 Mo
Volume de données écrit
487,85 Mo
Temps d’occupation du lecteur
1,88 s
Débit moyen
262,65 Mo/s

Beaucoup de gens utilisent encore une carte d’acquisition pour transférer les vidéos de leur caméra ou pour enregistrer la télévision sur leur ordinateur. Elles servent également aux joueurs console qui souhaitent garder une trace de leurs exploits.

Notre analyse se base sur la tâche de travail susceptible de se présenter lors de l’utilisation d’une carte d’acquisition récente telle que la Black Magic Intensity Pro ou la Hauppauge Colossus (deux modèles dont nous disposons en laboratoire).

On pourrait légitimement penser que l’écriture d’un flux vidéo sur un support de stockage se fait de manière séquentielle, mais ce n’est en réalité pas le cas. La carte qu’acquisition doit en effet d’abord mettre en mémoire tampon la vidéo provenant de la source, raison pour laquelle environ 40 % des transferts de données sont aléatoires. La mise en mémoire tampon explique également pourquoi, durant la majeure partie du tracé, le nombre d’opérations d’E/S en suspens est supérieur à un : la carte accède au tampon en même temps qu’elle écrit le fichier vidéo.

Nous avons constaté les tendances suivantes en matière d’opérations d’entrée/sortie :

  • 34 % des opérations s’effectuent à une profondeur de file égale à un ;
  • 55 % des opérations s’effectuent à une profondeur de file comprise entre deux et huit ;
  • 59 % des transferts de données sont séquentiels ;
  • 20 % des opérations s’effectuent sur des blocs de 4 Ko ;
  • 49 % des opérations s’effectuent sur des blocs de 128 Ko.

Image 2 : Vidéos : SSD ou disque dur ?

Image 3 : Vidéos : SSD ou disque dur ?

Image 4 : Vidéos : SSD ou disque dur ?

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Configuration de test et benchmarks
  3. Acquisition vidéo
  4. Enregistrement avec Fraps
  5. Transcodage de plusieurs vidéos (Intel Quick Sync)
  6. Transcodage de plusieurs vidéos (CPU)
  7. Lecture vidéo
  8. Édition vidéo avec Adobe Premiere Pro
  9. Exportation avec Adobe Premiere Pro
  10. Conclusion