Accueil » Dossier » Vidéos : SSD ou disque dur ? » Page 7

Vidéos : SSD ou disque dur ?

1 : Introduction 2 : Configuration de test et benchmarks 3 : Acquisition vidéo 4 : Enregistrement avec Fraps 5 : Transcodage de plusieurs vidéos (Intel Quick Sync) 6 : Transcodage de plusieurs vidéos (CPU) 8 : Édition vidéo avec Adobe Premiere Pro 9 : Exportation avec Adobe Premiere Pro 10 : Conclusion

Lecture vidéo

Image 1 : Vidéos : SSD ou disque dur ?

Statistiques
Lecture vidéo
Temps écoulé
43:58
Opérations de lecture
198 597
Opérations d’écriture
6521
Volume de données lu
12,12 Go
Volume de données écrit
60,76 Mo
Temps d’occupation du lecteur
47,06 s
Débit moyen
264,91 Mo/s

On ne considère généralement pas la lecture vidéo comme une tâche de « création de contenu », mais il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’une activité fondamentale : pour éditer un fichier vidéo, il faut en effet savoir ce que l’on édite. Pour ce test, nous avons donc lu un segment rippé d’un Blu-ray non protégé (environ 30 Go).

La charge de travail se compose ici presque exclusivement d’opérations de lecture séquentielle à une profondeur de file égale à un. Pourtant, 96 % des opérations s’effectuent sur des blocs de 64 Ko, ce qui est intéressant car toutes les autres activités multimédia s’effectuent essentiellement sur des blocs de 128 Ko.

Nous avons constaté les tendances suivantes en matière d’opérations d’entrée/sortie :

  • 99 % des opérations s’effectuent à une profondeur de file égale à un ;
  • 98 % des transferts de données sont séquentiels ;
  • 96 % des opérations s’effectuent sur des blocs de 64 Ko.


Image 2 : Vidéos : SSD ou disque dur ?

Image 3 : Vidéos : SSD ou disque dur ?

Image 4 : Vidéos : SSD ou disque dur ?

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Configuration de test et benchmarks
  3. Acquisition vidéo
  4. Enregistrement avec Fraps
  5. Transcodage de plusieurs vidéos (Intel Quick Sync)
  6. Transcodage de plusieurs vidéos (CPU)
  7. Lecture vidéo
  8. Édition vidéo avec Adobe Premiere Pro
  9. Exportation avec Adobe Premiere Pro
  10. Conclusion