Accueil » Actualité » Wildstar à l’heure du free-to-play

Wildstar à l’heure du free-to-play

Image 1 : Wildstar à l'heure du free-to-play

Un an après son lancement, Wildstar se prépare au grand (et désormais traditionnel) saut dans le monde du free-to-play. Le dernier né des MMORPG du studio Carbine n’y échappera pas lui non plus. D’ici quelques mois, il ne sera donc plus nécessaire d’acheter le jeu ni de s’acquitter de l’abonnement mensuel pour pouvoir en profiter.

Ce n’est évidemment pas une surprise, puisque depuis sa parution le titre a déjà connu moult remaniements. En octobre dernier les développeurs avaient réduit la masse des 22 serveurs de jeu disponibles à quatre mégaserveurs continentaux, faute de joueurs pour les peupler. Un signe qui ne trompe pas, alourdi quelques semaines plus tard par une vague de licenciement. Un dégraissage impulsé par son éditeur NC Soft, visant plus de 60 salariés du développeur.

Pour ne rien arranger, certaines boutiques (en Australie) avaient déjà commencé à retirer les versions boites du jeu de leurs rayons en avril dernier. Vous l’aurez compris, le MMORPG de Carbine suit le désormais classique petit chemin balisé de la vie d’un MMORPG. Dans un segment vidéoludique en pleine évolution, rares sont les titres massivement multijoueurs à pouvoir encore imposer un abonnement mensuel.

Des modèles économiques en pleine mutation

Même le mastodonte World of Warcraft a du commencer à fléchir en proposant un système d’achat de temps de jeu (les jetons) via devise virtuelle. Un système d’ailleurs très fortement inspiré de celui de Wildstar (C.R.E.D.D) ou d’Eve Online (PLEX) pour ne citer que ces derniers. D’autres titres comme The Elder Scrolls Online ou The Secret World ont délaissé leur dîme mensuelle pour proposer un système de buy-to-play.

Une variante qui permet aux joueurs de s’acquitter uniquement de l’achat du jeu pour en profiter sans limitation. Wildstar a manifestement opté pour le schéma du free-to-play classique. Il suivra donc les traces de titres comme Star Wars : The Old Republic, en imposant diverses restrictions aux utilisateurs ne souhaitant pas passer à la caisse chaque mois.

Ces derniers ne pourront créer que deux personnages (contre 12 pour les abonnés) et ne pourront pas créer de guilde. En revanche et à contrario du titre de Bioware, aucune restriction sur le contenu PVE (donjons et raids) n’est à prévoir. Si aucune date précise n’est pour le moment évoqué, Carbine indique que ce changement de modèle économique devrait arriver à l’automne prochain.