Quelle carte graphique pour jouer à Star Wars : Battlefront ?

Nous avons testé Star Wars : Battlefront sur un éventail de 45 GPU/APU. Bonne nouvelle : certaines cartes graphiques ayant déjà quelques années au compteur parviennent à faire tourner le dernier fps en date issu de la franchise que l’on ne présen...

Introduction

Star Wars : Battlefront a fait beaucoup de bruit depuis sa sortie et pas toujours pour de bonnes raisons. Le contenu proposé par EA a par exemple été sujet à critiques entre season pass vendu à prix d’or et mode solo inexistant ou presque. Nous n’allons pas débattre des avantages et inconvénients des différentes cartes ici, puisque c’est un autre aspect du jeu qui nous intéresse avant tout. Rappelons tout de même que s’il existe quelques missions solo et co-op permettant de se faire la main, Star Wars : Battlefront ne s’adresse clairement pas à ceux parmi nous désirant jouer essentiellement hors ligne.

Nous ne jugerons pas ici des qualités ludiques du jeu. Nous nous limiterons à évaluer ses performances avec un large éventail de cartes graphiques et d'APU. En matière de graphismes, EA a frappé fort : son monteur propriétaire Frostbite 3 utilise désormais le PBR (Physics Based Rendering) de manière impressionnante.

L’utilisation de la physique pour modéliser les interactions entre éclairage, structure des surfaces et matériaux est une pratique en vogue aujourd’hui. Bien que les lois de la physique soient parfois contournées, il est indéniable que le résultat se traduit par une illusion plus réaliste.

Cette approche permet aux développeurs de faire d’une pierre deux coups en simplifiant la programmation et minimisant le risque d’erreurs tout en allégeant le besoin de ressources matérielles puisque ce sont des bibliothèques optimisées qui font le gros du travail.

Autre avantage, le modèle d’éclairage (Global Illumination) sur lequel tous les éléments s’appuient donne un résultat très plaisant à l’œil, y compris sur les cartes graphiques les plus modestes.

La végétation comme la modélisation des personnages de l’univers Star Wars sont très détaillées grâce à des textures réussies ainsi qu’à une géométrie avancée.

Par opposition aux modélisations 3D traditionnelles, la photogrammétrie s’appuie sur des photos prises suivant différents angles. Un progiciel spécialisé calcule ensuite le maillage et les sommets nécessaires, représentant les coins des surfaces individuelles d’un objet complexe. Cette étape est cruciale quant à la qualité visuelle et aux performances du produit fini.

Des algorithmes supplémentaires peuvent être utilisés afin de simplifier un objet de manière automatique. Il est ainsi possible de supprimer des surfaces superflues ou incorrectes, de même que l’on peut fusionner les sommets très proches les uns des autres. Un effet collatéral bienvenu de cette approche est la possibilité de mapper les textures de manière exacte par rapport aux sommets des objets, étant donné que ces deux éléments sont générés en même temps. En conséquence, ces modèles hautement optimisés permettent de parvenir à un très bon niveau de performances quand bien même les environnements sont assez complexes.

Comme la plupart des titres actuels, Star Wars : Battlefront ne gère ni Mantle ni DirectX 12. Ceci étant dit, le moteur du jeu est soigné au point d’offrir un rendu visuel ainsi qu’une fluidité satisfaisante sur des cartes graphiques que l’on imaginait trop peu puissantes pour cela.



Choix de la scène de test

Nous avons utilisé la carte d’Endor pour nos tests car elle propose l’environnement le plus difficile à restituer pour les cartes graphiques. Les courses (à pied) dans le dédale de la jungle sont représentatives de ce que l’on fait le plus souvent dans ce jeu.

C’est tout particulièrement la mission de survie qui nous permet de répéter la même séquence indéfiniment, à condition d’utiliser au préalable un code nous rendant invisible aux yeux de l’intelligence artificielle. Le mouvement est exclusivement exécuté au clavier à l’aide d’une macro préenregistrée, ce qui nous permet de reproduire une séquence quasiment identique d’une boucle de test à l’autre. Précisons que ces boucles durent 45 secondes, durée au-delà de laquelle la macro que nous utilisons trouve ses limites. Afin de garantir la fiabilité des résultats, chaque score est obtenu en faisant la moyenne de trois boucles de test.

Dans le reste du jeu, les performances seront nettement supérieures à nos résultats, ce qui est délibéré : nous avons voulu solliciter franchement les cartes graphiques afin de présenter un cas de figure extrême.

Avant de passer aux benchmarks, voici notre configuration de test.

Configuration du test
Composants & OS
Intel Core i7-5930K @ 4,2 GHz + watercooling Alphacool
Crucial Ballistix Sport, 4 x 4 Go DDR4-2400
MSI X99S XPower AC
SSD Crucial MX200 500 Go  (Os), Corsair LS 960 960 Go (programmes + données, stockage)
be quiet! Dark Power Pro 850 Watts

AMD FX-8350, dissipateur be quiet! Dark Rock Pro 3
Kingston HyperX DDR3-1600 2 x 4 Go
MSI 970 Gaming
Corsair LS 960 960 Go
be quiet! Dark Power Pro 550 Watts

Windows 10 Pro (toutes mises à jour installées)
Pilotes
AMD: Catalyst 15.11.1 Beta
NVIDIA: ForceWare 359.00 (Game Ready)
Intel: 20.19.15.4300 (15.40.10)
Benchmarks
1920x1080, profil Ultra
3840x2160, profil Ultra

Nota bene : les débits moyens affichés sur les pages qui suivent sont exprimés sans décimales étant donné que les résultats d’une boucle de test à l’autre ne sont pas reproductibles avec le degré de précision nécessaire. En conséquence, la moyenne des trois boucles de tests est toujours arrondie vers le bas lorsque l’on ne tombe pas sur un nombre entier.

Résultats en 1080p : 45 GPU & circuits graphiques intégrés

Le profil Ultra pour tous (ou presque)

Etant donné que notre scène de test sur Endor constitue un cas de figure extrême pour les cartes graphiques, les performances moyennes devraient être nettement plus élevées sur les autres cartes. Nous verrons également sur la page suivante quelles sont les répercussions des différents profils graphiques sur les performances ainsi que le seuil de jouabilité.

Nous avons été particulièrement déçus par l’absence de compatibilité SLI/CrossFire lors du lancement de Star Wars : Battlefront, problème qui n’était toujours pas réglé lorsque nous avons commencé les benchmarks. Après avoir fait quelques essais, nous avons pu obtenir un semblant de résultat positif avec le profil de Battlefield 4. Malheureusement, cette méthode ne s’est pas avérée vraiment utilisable en conditions réelles.

Les AMD Radeon se comportent très bien quelle que soit la génération dont elles sont issues, démontrant ainsi l’intérêt d’optimiser des pilotes avant qu’un jeu ne sorte et encore mieux, être associé au processus de développement. Nous verrons plus loin comment Fiji se comporte face à la concurrence lorsque les paramètres du test se font autrement plus exigeants.

D’une manière générale, il suffit de vouloir jouer à Star Wars : Battlefront pour le faire tourner de manière fluide au moins en Full HD, y compris lorsque l’on possède une carte graphique entrée de gamme ou un APU, même s'il faudra oublier le profil Ultra avec ces derniers. Si l’on possède une carte graphique plus puissante, nous recommandons vivement de l’associer à un processeur quadricoeur pour le jeu en ligne. L’overclocking du processeur ne fait pas de mal par ailleurs. À vrai dire, le FPS d’EA ne voit pas ses performances augmenter de manière linéaire avec le nombre de coeurs du CPU, mais on note tout de même une petite amélioration en passant de quatre à six puis à huit coeurs.

Tout ceci fait de Star Wars : Battlefront un bon exemple de jeu bien optimisé parvenant à faire un compromis très appréciable entre richesse visuelle et besoins matériels.

En Ultra HD, selon les profils graphiques

Ultra HD et Ultra qualité

Puisque notre scène de test représente le pire scénario, toutes les cartes graphiques de la Radeon Fury X jusqu’aux Radeon R9 et GeForce GTX 980 délivrent des performances acceptables en pratique.

Évolution des performances en fonction du profil graphique

L’influence du niveau de détails mérite le détour si on veut augmenter la fluidité : avec le réglage le plus bas, même une Radeon R9 280X (basée sur l’architecture Tahiti) peut faire tourner Star Wars : Battlefront en 4K. A contrario, une GeForce GTX 770 à fréquence d’origine et limitée à 2 Go de GDDR5 n’offrira pas systématiquement un niveau de performances tolérable.

A quels gains de performances peut-on s’attendre en baissant le niveau de détails ? Quelle que soit la résolution choisie, le nombre d'images par seconde double lorsque l’on passe du profil Ultra au profil Bas.

L’écart subjectif entre le rendu d’un profil à l’autre est moins important qu’on ne pourrait l’imaginer en voyant les énormes gains de performances. La végétation d’Endor, notamment ses cours d’eau, semble un peu plus plate et plus statique, mais le jeu reste agréable à l’œil. Dans un genre certes différent, on se souvient d’un nivellement visuel beaucoup plus marqué dans le cas de Elder Scrolls Online.

Pour ne rien gâcher, le constat est le même sur la carte Tatooine. On remarque surtout la perte de détail au niveau des ombres de même que la sensation de profondeur moins importante. Les autres détails n’ont plus d’importance une fois que l’on se met à jouer en ligne.  

Star Wars : Battlefront est un jeu dont le gameplay est clivant, notamment parce qu’il s’agit d’un titre exclusivement multijoueur ou presque. Quoi qu’on en pense, ce ne sont donc pas ses graphismes ou ses performances sur PC qui constitueront des freins à l’achat. On ne s’étendra pas sur l’absence d’une campagne solo marquante : d’un point de vue strictement technique, DICE a fait un excellent travail.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
5 commentaires
    Votre commentaire
  • Où est la GTX 970 ?
    0
  • Elle se trouve en 13 ème position dans le premier graphique avec 67 FPS.
    0
  • Soit je suis franchement aveugle (et je peux jouer en low avec une une TNT 2 ultra, si si, elle est tout en bas du tableau ...), soit les tableaux ont été mis à jour depuis hier car je ne l'avais repéré dans aucun des 2.
    0
  • 1041348 said:
    Soit je suis franchement aveugle (et je peux jouer en low avec une une TNT 2 ultra, si si, elle est tout en bas du tableau ...), soit les tableaux ont été mis à jour depuis hier car je ne l'avais repéré dans aucun des 2.

    En low, même pas la peine d'y penser, les graphismes seront tout pourris.
    0
  • Quote:
    1041348 said:
    Soit je suis franchement aveugle (et je peux jouer en low avec une une TNT 2 ultra, si si, elle est tout en bas du tableau ...), soit les tableaux ont été mis à jour depuis hier car je ne l'avais repéré dans aucun des 2.
    En low, même pas la peine d'y penser, les graphismes seront tout pourris.

    C'était du second degré ... Car si je ne vois pas la 970 dans le tableau, c'est que je ne dois pas voir la différence entre ultra et low :-)
    0