Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Antialiasing, Eyefinity et accélération vidéo

Radeon HD 6970 et 6950 VS GeForce GTX 570 et 470
Par , Florian Charpentier

Connectivité : des sorties alléchantes

En matière de jeu, il est logique d’opter pour la carte offrant les meilleures performances, le moins de bruit et la meilleure fiabilité. Et pourtant, cela fait maintenant plus d’un an que nous utilisons une carte graphique AMD dans l’ordinateur qui nous sert à écrire ces lignes. Pourquoi ? Pour l’Eyefinity.

Avant cela, nous avions une Nvidia Quadro NVS, ce qui signifiait qu’il nous fallait une deuxième machine pour jouer. Cette carte professionnelle avait tout de même l’avantage de nous permettre d’utiliser quatre écrans en simultané, alors que la Radeon HD 5850 qui lui a succédé n’en acceptait plus que trois ; aujourd’hui, avec les Radeon HD 6800 et 6900, nous pouvons ressortir le quatrième moniteur du placard. Les HD 6970 et 6950, comme les deux cartes de la série 6800 avant elles, sont équipées de cinq sorties vidéo : deux mini-DisplayPort 1.2, une HDMI 1.4a et deux DVI (une single-link et une dual-link). Sur les cinq, il est possible d’en utiliser jusqu’à quatre simultanément, pour autant que deux soient des DisplayPort.

À l’avenir, nous pourrons même brancher directement six écrans sur ces cartes, ce qui rendra les éditions spéciales Eyefinity 6 (plus chères) inutiles : en 2011, il sera en effet possible de relier six écrans aux deux sorties DisplayPort 1.2, soit en les connectant en série, soit via un hub multi-stream. Ce n’est pas pour tout de suite, mais c’est à ne pas perdre de vue.

Antialising : AMD met au point son propre CSAA

Avec les Radeon HD 6800, AMD avait lancé l’antialiasing morphologique, un filtre basé sur DirectCompute permettant d’activer l’AA même dans les jeux ne le prenant pas en charge de manière native.Aujourd’hui, la société ajoute l’Enhanced Quality Anti-Aliasing (EQAA), une technologie améliorant le MSAA en lui ajoutant 16 échantillons de couverture par pixel.

Pour comprendre ce que cela signifie, il faut prendre un peu de recul : lorsqu’on applique du supersampling à une image, chaque échantillon (sample) se compose d’une nuance de couleur, de données de couleur/z/stencil et d’une couverture. En gros, c’est comme si la carte effectuait le rendu dans un buffer taille maxi puis coupait au filtrage. Le multisampling permet de réduire la baisse de performances qu’introduit cette opération en séparant les échantillons de nuance de couleur des données de couleur et de la couverture ; le traitement s’effectue donc sur moins d’échantillons de nuance, mais ne fait aucun compromis en matière de couleur/z/stencil ni de couverture.

L’EQAA, la version AMD du CSAA de Nvidia, sépare quant à lui la couverture de la couleur/z/stencil, ce qui réduit la bande passante nécessaire et par conséquent la baisse de performances engendrée par l’antialiasing. À en croire AMD, ce système autorise une meilleure séparation des couleurs que celui de Nvidia ; si les résultats sont pour l’instant plus ou moins équivalents, nous devrions assister à une différenciation des deux résultats à l’avenir.

Accélération vidéo : UVD3

Les Radeon HD 6900 sont équipées de la même unité de décodage vidéo que les 6800, à savoir l’UVD3, ce qui signifie que l’accélération du MPEG-4 ASP et du pipeline MPEG-2 est prise en charge, de même que le Multiview Video Coding, une modification du H.264/MPEG-4 AVC facilitant la lecture stéréoscopique. Au final, on se retrouve donc avec une prise en charge matérielle des Blu-ray 3D via HDMI 1.4a.

AMD se retrouve donc à peu près au même niveau que Nvidia. Notons toutefois qu’Intel est actuellement en train de préparer quelque chose qui devrait prendre les deux entreprises par surprise… nous devrions pouvoir vous en dire plus d’ici quelques semaines.