Se connecter / S'enregistrer

Faut-il remplacer le ventirad box d’un Core i7 ?

Faut-il remplacer le ventirad box d’un Core i7 ?
Par

Bien que n’étant pas majoritaires, nous sommes nombreux à préférer monter nos propres PC plutôt qu'opter pour une configuration d’assembleur. Aussi on opte le plus souvent pour un processeur en version boîte, qui est accompagné d’un dissipateur qu’Intel comme AMD considèrent suffisant. Si les processeurs entrée de gamme tendent à être vendus avec un ventirad simpliste et peu performant pour d’évidentes raisons de coût, les CPU milieu de gamme supérieur et haut de gamme ont droit à des dissipateurs corrects. Ceci étant, notre Core i7-920 overclocké permet de mesurer un écart conséquent entre son ventirad box et un Zalman CNPS 10X comme on pouvait s’y attendre.

Un investissement qui peut se justifier

Le dissipateur d’origine du Corei7-920 semble convenable de par son cœur en cuivre ainsi que le nombre et la finesse des ailettes qu’il embarque, mais il ne se destine pas pour autant aux overclockers ou à ceux qui visent une configuration aussi silencieuse que possible.

Bon nombre de marques essaient de capter tous ceux qui cherchent une solution plus efficace, plus puissante ou encore plus silencieuse parmi lesquelles Coolermaster, Akasa, Noctua, Arctic Cooling, Scythe, Spire, Thermalright, Thermaltake, Titan, Xigmatek et d’autres encore. Nous avons donc décidé de comparer le dernier dissipateur milieu de gamme chez Zalman, le CNPS 10X, pour remplacer le ventirad boîte d’un Core i7.

Voici le dissipateur box du Core i7-920. Bien qu’il dispose d’un cœur en cuivre et d’une surface d’échange respectable, n’importe quel ventirad digne de ce nom le surpassera.

Le refroidissement en quelques mots

Les ventirads ont pour tâche de dissiper la chaleur dans l’air environnant, charge ensuite aux ventilateurs et à l’alimentation d’extraire la chaleur en dehors du boîtier. Plus la surface d’échange du dissipateur est importante, mieux la chaleur se dissipe de façon uniforme. Les caloducs qui équipent maintenant la plupart des ventirads sont des tubes métalliques dont le contenu passe d’un état gazeux à un état liquide par cycles, permettant ainsi la transmission de la chaleur vers le radiateur. Si la taille d’un dissipateur ne fait pas tout, les plus performants sont plutôt massifs de sorte à maximiser la surface d’échange.

Au niveau des matériaux, le cuivre a une excellente conductivité (l’argent et surtout le diamant sont encore un cran au-dessus) mais son coût est un frein. L’aluminium offre quant à lui un compromis acceptable entre coût et conductivité.