Accueil » Actualité » 2 Go de RAM dans un smartphone, bientôt la limite

2 Go de RAM dans un smartphone, bientôt la limite

Image 1 : 2 Go de RAM dans un smartphone, bientôt la limite

Un problème différent de celui du PC

Dans le monde des smartphones, on a des systèmes qui pourraient être (très) facilement portés en 64 bits et des appareils qui sont équipés de plus en plus de mémoire, mais pas de processeurs 64 bits. Sur PC, dans les années 2000, les processeurs 64 bits sont arrivés bien avant que les PC soient couramment équipés de 1 ou 2 Go de RAM, et les OS ont suivi nettement plus tard.

Hier, LG a annoncé un nouveau smartphone, l’Optimus LTE2. Ce modèle qui se destine à la Corée du Sud n’est pas très important pour les Français, mais il a une particularité : c’est le premier smartphone doté de 2 Go de RAM. En l’espace de quelques années, on est passé de 192 Mo de RAM sur le premier smartphone Android (HTC Dream en 2008) ou 128 Mo de RAM sur le premier iPhone en 2007 à 1 Go de RAM en moyenne sur les smartphones et les tablettes Android (512 Mo sur les iPhone et 1 Go sur le dernier iPad).

Cette inflation de la quantité de mémoire pose le même problème que sur PC il y a quelques années : on arrive à la limite. Les SoC ARM sont tous basés sur des puces 32 bits (Cortex A9, Cortex A8, Krait, etc.) et il n’y a pas vraiment de solutions à court terme, contrairement à la situation des années 2000 quand AMD et Intel sont passés au 64 bits.

Le problème principal vient d’ARM directement : si le jeu d’instructions ARMv8 est 64 bits, la société n’a pas annoncé de processeurs compatibles. Applied Micro a annoncé un CPU compatible, mais il est dédié au monde des serveurs. Les deux prochains cores d’ARM, le Cortex A7 et le Cortex A15, sont toujours des puces ARMv7 et 32 bits, même s’il y a quelques modifications. ARM utilise en fait la même technique qu’Intel en son temps : le PAE (ici le LPAE). Le processeur reste 32 bits mais le bus d’adressage est capable de travailler sur 40 bits (1 To de mémoire) et la mémoire est segmentée en zones de 4 Go (la limite du 32 bits) pouvant être attribué à un processus. Cette solution a plusieurs défauts (notamment la vitesse) mais c’est — malheureusement — la seule disponible actuellement.

Comme on le voit, les smartphones vont devoir se limiter pendant quelques années à 2 ou 3 Go de RAM…