Accueil » Comparatif » Comparatif : quel est le meilleur clavier gamer ?

Comparatif : quel est le meilleur clavier gamer ?

Aussi incontournable pour les joueurs qu’un bon écran ou une souris réactive, le clavier épouse de nombreuses formes et caractéristiques. Pour le choisir à bon escient, plongez dans notre sélection des meilleurs claviers gamer !

Périphérique absolument indispensable à l’utilisation d’un ordinateur, le clavier est devenu depuis déjà de nombreuses années l’un des partenaires les plus importants du gamer, à côté de sa souris voire pour certains de son écran, de son casque ou de son fauteuil, mais là n’est pas la question. Le fait est que la plupart des constructeurs de claviers ont senti le vent tourner et plutôt que de chercher à plaire aux entreprises, le gamer est devenu une cible privilégiée. D’innombrables modèles fleurissent chaque année, voire chaque mois et il n’est pas toujours évident de s’y retrouver.

Image 1 : Comparatif : quel est le meilleur clavier gamer ?
Crédits : Engadget

Choisir son clavier gaming impose de faire le tri parmi de nombreuses options, des accessoires plus ou moins dispensables et des fonctionnalités en veux-tu en voilà. Plus important, cela signifie surtout de se pencher sur le form-factor du produit, la technologie embarquée par le constructeur et même les caractéristiques précises des switchs utilisés. Êtes-vous plutôt en faveur des claviers pleine largeur avec au moins 105 touches ou un modèle compacttenkeyless – voire très compact sera-t-il plus à votre goût ? Dans le même ordre d’idées, visez-vous plutôt la discrétion de contacteurs silencieux ou la réactivité des meilleurs modèles mécaniques ? Enfin, la question du prix ne manquera évidemment pas de se poser, les tarifs variant du simple au quintuple.

Image 2 : Comparatif : quel est le meilleur clavier gamer ?

Notre sélection des meilleurs claviers gaming

HyperX Alloy Core RGB : le petit prix à membranes

Image 3 : Comparatif : quel est le meilleur clavier gamer ?

Vous aurez vite l’occasion de vous en rendre compte, nous ne sommes pas de fervents adeptes des contacteurs à membranes dans l’optique d’un clavier de jeu. Ainsi, l’HyperX Alloy Core RGB est même le seul représentant de cette technologie que nous avons décidé de retenir. La raison en est simple : nous ne voulions pas faire une impasse complète et, avec ce produit, HyperX garde un prix léger tout en proposant un haut niveau de finition. La technologie membrane n’est pas suffisamment réactive à notre goût, mais cela reste correct et le silence qui l’accompagne est bien agréable. Notons la présence d’un rétroéclairage RGB qui est intégré avec goût et que le logiciel maison permet d’ajuster aux envies de chacun. Mention spéciale pour les diverses touches multimédias et, surtout, pour le mode gaming qui autorise la désactivation des touches Windows pour éviter les maladresses. Associé à un anti-ghosting efficace et n-key rollover, cela assure au Alloy Core RGB un comportement gaming plus que correct.

ON AIME
✅ Tout petit prix
✅ Finitions de qualité
✅ Anti-ghosting, touches multimédias, mode gaming
✅ Discrétion des contacteurs à membranes

ON N’AIME PAS
❌ Peu d’accessoires, logique compte tenu du prix
❌ Faible réactivité de la technologie membranes
❌ Pas de repose-poignet

Spirit of Gamer Xpert-K500 : un “méca” à petit prix

Image 4 : Comparatif : quel est le meilleur clavier gamer ?

Après avoir retenu un modèle à membranes à moins de 55 euros et alors que nous avons clairement indiqué notre préférence pour les claviers gaming mécaniques, il nous fallait trouver un produit de qualité dans les mêmes eaux. Le Spirit of Gamer Xpert-K500 fait l’objet d’une promotion très intéressante, même s’il fait l’impasse sur certaines fonctions de notre Hyper X. Il compense cependant par la présence de vrais contacteurs mécaniques donc, à la fois plus réactifs lors de nos sessions de jeu… mais aussi nettement plus bruyants. Rien de catastrophique à ce niveau, mais il vaut mieux le savoir et aussi le préciser à votre entourage : si le PC est dans le salon, cela peut gêner. Pour le reste, rien de particulier à signaler dans la mesure où, compte tenu du prix ça n’a rien de surprenant, ce modèle assure l’essentiel, mais sans fioriture. La construction paraît sérieuse et les finitions très correctes, mais on regrette que le repose-poignets soit finalement un peu étroit. Même chose, si le rétroéclairage est bien présent, il manque d’un peu de personnalisation. Reste qu’en intégrant 11 touches multimédias et en autorisant le blocage des touches Windows, Spirit of Gamers a assuré l’essentiel. Ah oui, n’oublions évidemment pas l’anti-ghosting et un key rollover qui concerne l’ensemble du clavier. Un modèle relativement basique, mais réactif et peu coûteux.

ON AIME
✅ Rapport qualité / prix favorable
✅ Switchs réactifs
✅ Confort au rendez-vous
✅ Mode gaming, anti-ghosting, n-key rollover

ON N’AIME PAS
❌ Contacteurs Victory Brown bruyants
❌ Peu d’options côté rétroéclairage
❌ Peu d’accessoires, là aussi question de prix

Cooler Master SK622 : compact, précis, réactif

Image 5 : Comparatif : quel est le meilleur clavier gamer ?

Sur notre précédente sélection, nous avions retenu le SK621 de Cooler Master, l’un des meilleurs claviers compacts de sa génération. Depuis, Cooler Master a encore amélioré sa recette avec le SK622 qui reprend toutes les qualités de son prédécesseur, mais ajoute des touches plus hautes, plus agréables, plus confortables. Parmi les qualités du SK621 que nous retrouvons sur ce modèle, il y a bien sûr et avant toute chose son format : à moins de 30 centimètres de long, le « 60% » est particulièrement pratique pour qui n’a pas beaucoup de place sur son bureau ou préfère garder la souris très proche. Cooler Master a également conservé le poids plume de son précédent modèle même si on est tout petit peu plus lourd : 446 grammes, c’est encore très simple de l’emporter partout avec soi. Pour ne rien gâcher, il fonctionne d’ailleurs en filaire (USB) ou en sans-fil (Bluetooth) et profite là d’une autonomie assez remarquable de plus de 30 heures. Enfin, Cooler Master a changé de switchs et de keycaps avec ce modèle. Pour les switchs, il a opté pour des TTC KS32 qui ne souffrent d’aucune critique : leur course est courte – cela peut surprendre – et la réactivité en profite beaucoup. Enfin, soulignons le travail réalisé sur le rétroéclairage du clavier qui lui donne un petit côté science-fiction alors que la structure ouverte est davantage maîtrisée que sur le SK621 : on a moins l’impression de « fuites » de lumière sur les côtés.

ON AIME

✅ Compacité remarquable
✅ Contacteurs TTC K32 Red précis et réactifs
✅ Autonomie de plus de 30 heures
✅ Au choix, filaire ou sans-fil (Bluetooth)
✅ Finitions de haut niveau, câble tressé détachable
N-Key rollover et anti-ghosting intégral

ON N’AIME PAS

❌ Un rétroéclairage pas parfaitement homogène
❌ Seulement 65 touches, plus petites que la normale

Corsair K60 RGB Pro Low Profile : tout fin, tout discret

Image 6 : Comparatif : quel est le meilleur clavier gamer ?

Trop souvent, les claviers gaming sont relativement gros, imposants et manquent de finesse. Pour disposer de quelque chose de plus « compact », il faut nécessairement se tourner vers les produits tenkeyless ou encore plus compacts, mais il est difficile de trouver un modèle pleine largeur, performant et peu encombrant. C’est justement le credo de ce K60 RGB Pro Low Profile pour lequel Corsair a mis les petits plats dans les grands… même si cela implique un tarif plutôt élevé de plus ou moins 150 euros. Pour ce prix, on dispose d’une structure ouverte dite frameless en aluminium brossé. L’élégance est au rendez-vous mêlant noir de la base et touche plus « légère » du reste du produit. Pleine largeur, il occupe pratiquement 45 centimètres sur le bureau en largeur, mais sa profondeur reste contenue et son poids est très faible pour un tel modèle : à peine 820 grammes. Pour ne rien gâcher, Corsair lui associe les excellents contacteurs Cherry MX Low Profile Speed : ils sont très réactifs, leur course est courte et ils répondent parfaitement aux sollicitations. De plus, low profile, ils permettent des touches plus fines qui assurent un confort de saisie et de jeu assez remarquable. Petit regret, Corsair n’a pas jugé bon d’utiliser des plastiques PBT, plus durables, ou d’intégrer de port USB pass-through, il y avait pourtant la place.

ON AIME

✅ Structure en aluminium brossé d’une rare élégance
✅ Format pleine largeur, clavier relativement compact
✅ Rétroéclairage efficace et largement personnalisable
✅ Excellents contacteurs Cherry MX Low Profile Speed
✅ Remarquable confort de frappe

ON N’AIME PAS

❌ Tarif relativement élevé, surtout pour des touches ABS
❌ Pas d’USB pass-through, peu d’innovations

Roccat Pyro : un excellent clavier mécanique polyvalent, à moins de 100 euros

Image 7 : Comparatif : quel est le meilleur clavier gamer ?

Dans la large gamme du constructeur allemand Roccat, le Pyro s’impose comme une excellente entrée en matière pour profiter d’un clavier mécanique pleine taille, solide et confortable. Il s’articule autour d’un design proche de celui du Magma, avec une plaque supérieure en aluminium brossé qui garantit une grande robustesse et une stabilité à toute épreuve (1,1 kg sur la balance). Elle s’inscrit dans un cadre en plastique aux contours arrondis, le signe d’un certain « adoucissement » de son positionnement pour embrasser une cible plus large que le seul public des joueurs. Cette polyvalence, le Pyro le doit notamment au choix de contacteurs linéaires TTC Red, avec une distance d’activation de 2 mm et une sensibilité de 45 g – c’est l’équivalent des Cherry MX Red. Ils se montrent précis et réactifs pour la saisie, avec un grand confort grâce aux keycaps mattes, tout en offrant un parfait maintien pour les sessions de jeux. Pour se démarquer, Roccat compte également sur la présence de sa molette de volume que l’on peut paramétrer pour d’autres usages via le logiciel Swarm, pratique et bien pensé. Un logiciel qui intervient bien entendu sur le rétroéclairage et qui permet aussi de paramétrer l’excellente fonction EasyShift[+] : elle autorise l’attribution d’une fonction secondaire à chaque commande. Pratique. Enfin, macros, rétroéclairage largement paramétrable et anti-ghosting / n-key rollover complètent un tableau remarquable qui fait du Pyro l’un des modèles au meilleur rapport qualité/prix actuel.

ON AIME
✅ Le rapport qualité/prix
✅ Le niveau de finition et la qualité des matériaux
✅ Le confort, avec des touches au revêtement mat
✅ La molette de volume, pratique et ergonomique
✅ Les switchs TTC, réactifs et agréables
✅ Logiciel Swarm et fonction EasyShift[+]

ON N’AIME PAS
❌ Pas de port USB passthrough
❌ Switchs un peu « clicky »
❌ Repose-poignets en plastique ABS …
❌ … avec des ergots en plastique pour son maintien, et non un contact aimanté

Razer Huntsman Elite : réactivité de “l’opto-mécanique”

Image 8 : Comparatif : quel est le meilleur clavier gamer ?

Tutoyant les 190 euros, le Huntsman Elite est un des modèles les plus chers de l’écurie Razer. Il justifie toutefois son tarif par des fonctionnalités avancées qui nous ont poussé à le retenir dans cette sélection. Commençons par le haut niveau de finition dont il fait preuve. Là, Razer dispose d’une excellente réputation qui n’est pas démentie. Notons que la structure frameless du clavier est toutefois assez différente de celle retenue par Roccat avec des touches “normales” et un aspect finalement moins “ouvert”. Le rétroéclairage est ainsi davantage orienté que sur le Vulcan et nous pouvons parier que Razer divisera moins les joueurs. Sur un plan plus technique, il nous faut souligner l’utilisation de contacteurs plus originaux que de coutume. C’est d’ailleurs en partie pour cela que nous avons retenu ce modèle. Razer exploite effectivement des modèles baptisés “opto-mécaniques”. Dans le principe, on retrouve donc un faisceau lumineux pour activer le contacteur. Razer évoque une plus longue durée de vie et une meilleure réactivité. Pour notre part, nous n’avons pas noté de défauts particuliers avec ces switchs qui rejoignent les meilleurs passés entre nos mains. On apprécie par exemple leur distance d’activation assez courte, mais on regrette en revanche les nuisances sonores générées, au niveau des Cherry les plus “clicky”. Dans un autre registre, on regrette également que l’utilisation de deux ports USB pour alimenter le Huntsman Elite et son rétroéclairage ne permette même pas d’avoir un port USB passthrough sur le clavier. Heureusement, cela n’enlève rien aux multiples avantages d’un clavier remarquable d’efficacité.

ON AIME
✅ Qualité de fabrication irréprochable
✅ Rétroéclairage particulièrement élégant
✅ Excellente frappe, contacteurs réactifs
✅ Molette latérale bien pratique
✅ Large personnalisation via Razer Synapse

ON N’AIME PAS
❌ Plus de 200 euros et même pas de port USB passthrough
❌ Encombrement important, surtout avec le repose-poignets
❌ Clavier épais, repose-poignets vivement conseillé
❌ Plus bruyant que la moyenne

SteelSeries Apex Pro : une élégance rare pour jouer avec style

Image 9 : Comparatif : quel est le meilleur clavier gamer ?

Chez SteelSeries, la gamme Apex est relativement large. Si d’autres déclinaisons meilleur marché sont d’ores et déjà disponibles (Apex 3, Apex 5 ou Apex 7) et que d’autres arriveront peut-être ultérieurement, il y a cependant bien peu de chances que le fabricant danois sorte un modèle plus ambitieux que le Pro. Il faut dire que ce produit est déjà à plus ou moins 230 euros ! Pour justifier un tel tarif, SteelSeries s’appuie sur plusieurs éléments à commencer par ces fameux switchs Omnipoint. Il s’agit de permettre aux joueurs les plus exigeants de définir l’activation de chaque touche individuellement. Ainsi, via le logiciel SteelSeries, l’activation est réglable de 0,4 à 3,6 millimètres. De fait, en fonction des besoins, on peut définir une course plus courte pour certaines touches. Notons toutefois que le constructeur n’a pas intégré ses Omnipoint à toutes les touches, mais à “seulement” 62 d’entre elles, les plus importantes pour les joueurs. Pour les autres, des contacteurs Red plus classiques, mais déjà de très bonne facture ont été utilisés. À l’usage, la réactivité est parfaite, le confort excellent. L’autre innovation majeure est la présence d’un écran OLED sur lequel on peut faire apparaître de multiples informations. Là, nous sommes plus circonspects, même si certains joueurs y trouveront sans doute leur compte. Afin de conserver un format “court”, nous ne détaillerons pas tous les autres éléments de l’Apex Pro, mais sachez que la finition est exemplaire et que les nuisances sonores sont globalement contenues. Nous apprécions la présence d’un port USB passthrough et d’une petite molette configurable bien pratique. Notez aussi qu’une version “compacte” (tenkeyless) existe. Elle est un peu moins chère, mais fait une croix sur quelques fonctionnalités afin de préserver votre espace de travail.

ON AIME
✅ Le châssis en aluminium, robuste et élégant
✅ Switchs Omnipoint convaincants et paramétrables
✅ Excellente qualité de frappe, réactivité exemplaire
✅ Logiciel SteelSeries Engine 3 pratique et accessible
✅ Configuration aisée de macros
✅ Port USB passthrough
✅ Existe aussi en version compacte

ON N’AIME PAS
❌ Tarif extrêmement élevé
❌ Écran OLED pas indispensable
❌ Switchs Omnipoint sur 62 touches seulement
❌ Câble non détachable

Asus ROG Claymore II : la Rolls du clavier gaming, le tarif qui va avec

Image 10 : Comparatif : quel est le meilleur clavier gamer ?

Chez Asus, Republic of Gamer rassemble les produits les plus haut de gamme, destinés aux joueurs les plus ambitieux, les plus fortunés aussi. Logiquement ce ROG Claymore II fait suite au premier clavier, sorti il y a un peu plus de quatre ans. Asus en conserve les principaux atouts et, en particulier, cette possibilité de détacher le pavé numérique. De fait, lorsqu’il est fixé, on dispose d’un clavier standard que l’on peut réduire au format tenkeyless – ou TKL pour les intimes – en détachant cet accessoire. Mieux, il est maintenant possible de le replacer de l’autre côté afin de satisfaire certains utilisateurs gauchers et Asus livre aussi un repose-poignets pour accompagner son Claymore II. Un regret toutefois, ce repose-poignets n’est « que » pleine largeur : il faudra s’en séparer en mode TKL. Pour ne rien gâcher, le Claymore II peut fonctionner en filaire – un port USB pass-through est alors opérationnel – et en sans-fil, un dongle RF 2,4 GHz se glisse sur le devant du clavier. L’élégance générale du produit est irréprochable et les keycaps sont joliment dessinées, même si à ce niveau de prix on regrette évidemment l’utilisation de plastique ABS. À quelque chose malheur est bon cependant puisque cela autorise un rétroéclairage proche de la perfection. Enfin, notons qu’Asus a opté pour de nouveaux contacteurs, des switchs maison les ROG que l’on peut choisir en red ou en blue en fonction de ses préférences. L’un dans l’autre, le Claymore II est un modèle proche de la perfection auquel on reproche finalement une seule chose : une tarification surréaliste qui le cale autour des 360 euros. Pas sûr que beaucoup de joueurs soient prêts à pareil investissement, malgré toutes les qualités du produit.

ON AIME
✅ Châssis en aluminium, excellentes finitions, touches très agréables
✅ Fonctionnement filaire ou sans-fil RF 2,4 GHz
✅ Design modulaire bien vu : pavé numérique escamotable et déplaçable
✅ Rétroéclairage absolument parfait
✅ Très bonne autonomie rétroéclairage désactivé
✅ Port USB passthrough
✅ Contacteurs ROG red / blue de très bon niveau

ON N’AIME PAS
❌ Tarif extrêmement élevé
❌ Pas de sans-fil Bluetooth
❌ Touches en plastique ABS
❌ Repose-poignets incompatible avec le mode TKL

Les claviers DIY : pour les bricoleurs… et passionnés

Image 11 : Comparatif : quel est le meilleur clavier gamer ?

Pour boucler notre sélection, nous ne vous proposons pas un modèle en particulier, mais nous mettons plutôt l’accent sur une certaine pratique – la fabrication intégrale de votre propre clavier. C’est l’assurance de disposer d’un modèle résolument personnel, dont vous calibrerez le moindre élément. L’exercice a son lot d’adeptes, qui s’échangent des tuyaux et des bons plans sur de nombreux sites ou forums spécialisés, ainsi que sous forme de tutoriels vidéo (souvent en anglais, essayez de chercher DIY keyboard). Il existe d’innombrables kits aux multiples formes, tailles et couleurs, totalement personnalisables. Vous pourrez aller jusqu’à adapter chaque touche de votre clavier (couleurs et symboles) ainsi que son rétro-éclairage. Et cette pratique se développe toujours un peu plus, en particulier depuis l’avènement de l’impression 3D.

À défaut d’illustrer plus précisément cette technique, nous vous renvoyons sur MaxKeyboard, l’un des sites de référence en la matière, où vous pourrez jusqu’à personnaliser les touches et éditer la police d’écriture vous-même. KBDFans regroupe également de nombreuses pistes pour bien démarrer. Si vous êtes intéressé par l’achat de pièces détachées, reportez-vous sur MechanicalKeyboards. Enfin, vous pourrez librement poser vos questions à d’autres passionnés sur un forum d’entraide ou sur un topic en français dans les méandres de Reddit.

Image 12 : Comparatif : quel est le meilleur clavier gamer ?

Si vous privilégiez davantage le format vidéo, vous trouverez de nombreuses chaînes spécialisées sur YouTube. Nous vous recommandons en particulier la série de ce jeune passionné américain. Si vous n’êtes pas intéressé par le DIY mais juste par les frissons de l’ASMR (mais sans l’avouer bien évidemment !) que vous procurent ces tests de claviers, ça marche aussi (oui, c’est aussi ça le plaisir des claviers mécaniques).

Comment choisir son clavier à vocation gaming ?

Contacteurs mécaniques ou à membranes ?

Image 13 : Comparatif : quel est le meilleur clavier gamer ?

Nous le disions en introduction, on peut schématiquement partager l’univers du clavier pour joueurs en deux écoles. D’un côté, les adeptes du périphérique à membranes et de l’autre, ceux des modèles dits mécaniques. Ces derniers sont et de très loin les plus nombreux. Ils expliquent leur choix par la plus grande réactivité de ces contacteurs et par un ressenti plus “physique” au moment de la frappe. De leur côté, les claviers à membranes ont pour eux des nuisances sonores bien plus faibles, pour ne pas dire nulles. Avec les progrès des deux technologies, la séparation n’est cependant plus aussi nette. Les claviers à membrane ont pas mal progressé côté réactivité, mais nous notons surtout de nettes améliorations sur le bruit des mécaniques avec des modèles beaucoup plus discrets. Une dernière chose tout de même qui pourrait faire pencher la balance : les modèles à membranes sont souvent nettement moins chers que les mécaniques.

Image 14 : Comparatif : quel est le meilleur clavier gamer ?

Du côté des claviers mécaniques, les spécialistes ont leurs préférences. Il existe de nombreuses marques d’interrupteurs, qui se déclinent en de multiples modèles. Chacun d’entre eux présente une distance d’activation, une force d’activation (45g à 120g !), et un ressenti différents, tout en dégageant des bruits parfois radicalement opposés. La marque la plus répandue, Cherry, propose plus de 12 switchs différents (pas tous disponible dans nos régions). Certains seront de type linéaires (rouge et noir), d’autres dit tactiles sans clic (marrons et blanc), et tactiles avec clic (vert et bleu). Ensuite, certains auront besoin de 45g pour activer la touche (rouge) alors que d’autres auront besoin de 60g (noir).

En France, les plus répandus sont le marron (tactile sans clic 45g), le rouge (linéaire 45g), le bleu (tactile avec clic, 50g) et le noir (linéaire 60g). La plupart se décline également en une variante silencieuse. D’autre marques existent, et certains constructeurs proposent leurs propres interrupteurs, parfois sans s’étendre sur leurs caractéristiques exactes. Il est donc évidemment compliqué de se représenter la différence sans tester, mais peut-être vaudra-t-il mieux éviter des switchs exigeant une pression de 60g et plus si vous faites du traitement de texte par exemple, pour éviter de la fatigue au niveau des doigts.

Pleine largeur, TKL ou 60% ?

L’autre question primordiale que l’on doit se poser au moment d’acheter un clavier et qui, d’ailleurs, se pose même s’il n’est pas question d’un périphérique gaming, c’est quel encombrement s’autorise-t-on ? Il existe effectivement plusieurs formats depuis le “pleine largeur” et ses 105/109 touches jusqu’aux produits les plus compacts, d’à peine 20 centimètres de large, et pas du tout adaptés aux jeux vidéo. Afin que la souris soit plus proche du clavier et que l’on ait moins à écarter les bras, les modèles TKL – ou tenkeyless – se sont généralisés. Ils sont également plus pratiques dans la mesure où leur volume et leur poids en font des accessoires aisément transportables. En revanche, il faut alors faire une croix sur le pavé numérique. Si c’est encore trop gros, des modèles 60%/75% à destination des joueurs sont apparus. Ils sont encore peu nombreux, mais moins rares qu’autrefois et nous en avons d’ailleurs retenu un dans notre sélection.

Image 15 : Comparatif : quel est le meilleur clavier gamer ?

Macros, anti-ghosting et n-key rollover

Que de termes barbares pour qui n’est pas un habitué du monde du gaming ! Derrière chacun d’eux se cache en réalité une fonctionnalité à ne pas négliger au moment de faire votre choix. Le principe des macros est très simple : généralement via un logiciel, vous choisissez une série de touches ou une combinaison qui sera ensuite affectée à une touche en particulier. Il suffira ensuite de presser ladite touche pour que la combinaison s’exécute toute seule. C’est vrai, certains assimilent cela à de la triche, mais c’est aussi diablement confortable ! Notez que quelques claviers intègrent des touches spécifiquement dédiées aux macros.

Image 16 : Comparatif : quel est le meilleur clavier gamer ?

L’anti-ghosting et le n-key rollover constituent deux fonctionnalités relativement proches dans la mesure où elles concernent l’aptitude du clavier à bien répondre aux sollicitations des joueurs. L’anti-ghosting est là pour éviter un défaut technique d’anciens claviers qui utilisaient des grilles peu évoluées pour gérer les touches. De fait, on se retrouvait parfois à activer une touche sans l’avoir pressée. Aujourd’hui, tous les claviers un tant soit peu modernes en sont équipés. Pour le n-key rollover c’est un peu différent : il s’agit de pouvoir appuyer sur plusieurs touches à la fois sans que le clavier se bloque. Un n-key rollover le permet sur toutes les touches en même temps alors qu’un 6-key rollover est une limite fréquente qui se contente des touches les plus usitées.

Quelques remarques pour finir

Vous vous en doutez, il existe quantités d’autres choses que l’on peut vouloir vérifier avant d’acheter un clavier et sans prétendre à l’exhaustivité, nous allons dresser maintenant une petite liste de ce qui nous semble intéressant sur un modèle gaming… tout en gardant à l’esprit qu’il pourrait être amené à faire pas mal de saisie également.

Ainsi, nous avons un petit faible pour les modèles doté d’un port USB passthrough. Il s’agit simplement de proposer un port USB sur le clavier afin d’autoriser le branchement d’une clé USB, voire d’une souris. Ce n’est évidemment pas indispensable, mais se révèle très pratique à l’usage et quand on y a goûté, il est difficile de s’en passer.

Image 17 : Comparatif : quel est le meilleur clavier gamer ?

Le rétroéclairage est peut-être encore plus important ou, plutôt, en plus difficile à oublier quand on en a fait l’expérience. Hélas, à ce niveau, il est très difficile de donner des conseils. Nous vous suggérons toutefois de privilégier les modèles RGB plutôt que ceux avec une couleur fixe à moins d’avoir été en mesure de tester ladite couleur. Certains claviers ne possèdent effectivement que du bleu ou du rouge par exemple. Notez également que les options de personnalisation du rétroéclairage sont souvent liées à la qualité du logiciel conçu par le fabricant du clavier.

Image 18 : Comparatif : quel est le meilleur clavier gamer ?

Peut-être un peu moins à la mode qu’il y a quelques années, les claviers gaming sans-fil existent cependant toujours. Ils doivent logiquement intégrer une batterie dont il faudra évidemment vérifier la capacité pour ne pas se retrouver à cours au plus mauvais moment. Notons que dans le cas d’une utilisation gaming, un modèle sur batterie pourra avantageusement trouver sa place dans le salon, loin de l’unité centrale. Notons aussi qu’un modèle sans-fil simplifie évidemment la transportabilité du produit et qu’il peut même disposer d’une connectique Bluetooth. L’intérêt est alors de pouvoir l’utiliser sur une plus large palette de machines comme un PC de bureau, un portable voire une tablette.