Comprendre : comment choisir sa carte mère

Malgré le fait que nous ayons tous été débutant un jour, on tend facilement à oublier dans quelle mesure on manquait de connaissances lorsque l’on s’est décidé pour la première fois à monter un PC. Quelques temps et configurations plus tard, on peut également se souvenir d’un moment presque magique : le fait de lire une palanquée de caractéristiques techniques et pour la première fois, être capable de tout comprendre. Nous publions régulièrement des tests et comparatifs de cartes mères, mais il ne faut pas pour autant oublier ceux parmi nous qui manquent de savoir-faire pour exploiter les recommandations de nos articles et les conseils proposés sur le forum.

Qu’implique donc le choix d’une carte mère ? Bien évidemment, la prise en charge d’un processeur en particulier est essentielle et là encore, nous couvrons un maximum de modèles allant des processeurs basse consommation jusqu’aux monstres overclockés nécessitant 200 Watts et plus. Ceci étant dit, la carte mère est bien plus que le composant destiné à accueillir un processeur.

Un écueil relativement courant lorsque l’on monte une configuration consiste à investir plusieurs centaines d’euros avant de s’apercevoir que certains composants ne peuvent être assemblés. Plus rarement, on peut acheter des composants qui s’assemblent, mais se révèlent incompatibles. Le problème le plus courant pour un assembleur débutant tient malheureusement  au déséquilibre entre les composants, ce qui limite artificiellement les performances.

Le choix de composants qui s’assemblent et fonctionnement bien ensemble nécessite une réflexion quant au format de la carte mère, son socket et enfin les fonctionnalités de son chipset. L’optimisation des performances passe par des subtilités au niveau de la configuration mémoire et la gestion des graphismes, tandis que du côté des fonctionnalités, l’idéal est de penser aux composants embarqués par la carte mère et/ou les cartes filles que l’on peut ajouter.

Au premier abord, cela fait beaucoup de variables à considérer, d’autant plus que les marques sont nombreuses et l’offre pléthorique. Mais c’est aussi ce qui fait la force du PC : nous avons le choix. On peut personnaliser sa configuration de manière à obtenir exactement ce que l’on voulait à la base. S’agissant des cartes mères, il suffit de quelques connaissances générales ainsi que la lecture de quelques tests pour limiter la sélection à un petit nombre de produits, tout particulièrement adaptés à ses besoins.

La carte mère à la loupe

Grâce à un circuit imprimé grand format, les fabricants de cartes mères peuvent proposer autant de fonctionnalités que possible, d’où une multitude de composants associés à considérer.

Nous avons choisi la carte mère ci-dessus pour deux raisons : ses connecteurs sont faciles à repérer et l’agencement de ses composants est caractéristique des produits haut de gamme. Les détails et fonctionnalités spécifiques dépendent de la cible visée par le constructeur, du prix de la carte mère et de quelques technologies sous-jacentes.

Sur l’exemple ci-dessus, la source d’alimentation principale vient du connecteur ATX étendu (EPS) 24 broches (n°12), tandis que l’interface processeur est gérée séparément par un connecteur (EPS12V/ATX12V) à huit broches (n°13). Parmi les cartes qui proposent plusieurs ports PCI Express 16x pour les cartes graphiques (n°4), nombreuses sont celles qui proposent un connecteur d’alimentation supplémentaire près de ces ports (n°14), mais son utilisation n’est généralement pas nécessaire.

Bon nombre de cartes mères peuvent gérer plusieurs cartes graphiques grâce aux ports PCI Express 16x supplémentaires, mais certains de ces ports peuvent être câblés en 8x voir 4x, ce qui diminue la bande passante disponible pour la communication entre la carte graphique et le reste de la configuration. Les cartes mères conçues pour une consommation minimale (ou vendues à un prix extrêmement agressif) sont souvent démunies de port graphique, sachant que l’affichage vidéo est alors confié au moteur graphique embarqué dans le die du processeur/APU.

Sous l’imposant radiateur situé à droite de la carte mère, on identifie facilement un régulateur de tension à six phases grâce aux composants qui fonctionnent en parallèle. Les cartes mères récentes utilisent généralement un certain nombre de phases à faible ampérage, afin de réguler plus efficacement la puissance en charge. Cette conception permet également de désactiver les composants qui ne sont pas sollicités. Etant donné que la capacité des composants d’un étage d’alimentation varie, il est impossible de déterminer la qualité d’une carte mère en se fiant uniquement à son nombre de phases. Pour l’anecdote, nous avons déjà vu une carte mère à 12 phases surpasser un modèle concurrent à 35 phases.

Les cartes mères à régulateur de tension numérique sont généralement dépourvues des composants vus sur l’image, ce qui force chacun de nous à lire des tests/comparatifs ou encore parcourir la documentation du constructeur afin d’avoir les caractéristiques de l’étage d’alimentation.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
6 commentaires
    Votre commentaire
  • job31
    Citation:

    Les cartes mères LGA 2011 actuellement sur le marché devraient être considérées comme étant en fin de vie étant donné qu’Intel lancera son socket LGA 2011-3 prenant en charge la DDR4 d’ici la fin de l’année.

    Pas vraiment à jour l'article...
    0
  • Col Hanzaplast
    Connecteur 24 broches en haut et alimentation en bas. Cherchez l'erreur.
    0
  • VTECmini
    Certaines fonctionnalités ne sont aussi disponibles que sur les modèles les plus chers , alors qu'elles n'ont rien à voir avec le chipset utilisé et pourrait très bien être intégrée sur les cartes d'entrées de gamme, suffisantes pour la plupart des applications (sauf O/C et hardcore gamers). Le DTS connect par exemple ne se trouve quasiment que sur les cartes à + de 100€...
    0
  • julien28260
    NON
    La carte mère n'est pas l’élément clé d'un ordinateur, vous le savez tous ici.

    La carte mère qui va te permettre de gagner 2,1% d'overclocking pour le prix d'un processeur 30% meilleur, celle qui va économiser 0,2% d’énergie sur le processeur, au même surcout qu'une alimentation qui passe de 70 à 83% de rendement sur la conso finale EDF...

    Quitte à doubler le prix pour obtenir un truc, mettez l'argent au bon endroit, pas dans la CM.

    La première CM qui est conforme aux specs de votre matos (PCI-E x16 3.0, débit DDR3, débit SATA Gigabit Eth, etc...) vous donnera 98 à 102 % de vos perfs. Elle vaut souvent moins de 75€
    0
  • julien28260
    PS : Il faudrait trouver les taux de retours en SAV pour comparer un peu les cartes mères genre "turbo custom power fusion deluxe 3000 exterminator" à 200€ et les cartes mères normales à 60€.

    A en regarder les 10 dernières années et ce qu'il en reste, je pense que le haut de gamme n'est pas là où on le croit.
    0
  • job31
    Anonymous a dit :

    La carte mère qui va te permettre de gagner 2,1% d'overclocking pour le prix d'un processeur 30% meilleur, celle qui va économiser 0,2% d’énergie sur le processeur, au même surcout qu'une alimentation qui passe de 70 à 83% de rendement sur la conso finale EDF...


    Mon 2500K prend 1Ghz de plus soit 30% :o
    Sur les proco récents qui s'oc un peu moins bien que les Sandy on est sur du + 600Mhz en palier bas, soit plus de 10%. Non négligeable non plus quand on a un usage poussé de son CPU.

    Après les 3/4 des CM hdg ne sont surement pas utilisées à fond et pourraient être en effet remplacées par des CM d'entrée de gamme sans que l'utilisateur rencontre une différence.
    0