Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Citrix XenServer 6.1 (suite)

Comparatif virtualisation : les solutions gratuites
Par

Installation et configuration

L’installation de XenServer est relativement rapide, Citrix parlant de « 10 minutes pour passer à Xen ». Tout se déroule en ligne de commande, dans un style qui n’est pas sans rappeler l’installation de certaines distributions Linux. Une fois l’installation terminée, nous avons accès à une console permettant de configurer certains paramètres (en particulier au niveau du réseau).

L’interface d’administration, baptisée XenCenter, s’installe quant à elle sur n’importe quel poste Windows. Celle-ci donne accès à un certain nombre de réglages concernant l’hyperviseur. Il est également possible de créer, modifier, migrer et supprimer des machines virtuelles, ainsi que d’accéder à un certain nombre de logs et de surveiller des paramètres comme l’occupation CPU et mémoire, les temps d’accès et les débits.

Stockage des VM

XenServer est particulièrement souple au niveau du stockage des VM puisqu’il n’impose pas son propre système de fichiers sur des systèmes de stockage mais s’appuie plus directement sur les fonctionnalités de stockage natives. Nous avons donc ici aussi créé un volume de stockage dédié sur le NAS Synology afin d'y stocker les machines virtuelles.

On notera que le multipathing iSCSI ne semble pas possible si le NAS ne possède qu'une adresse IP (configuration standard lorsque l'agrégation de liens est activée). Il a donc fallu attribuer une IP par interface sur le NAS, et par conséquent désactiver l'agrégation de liens. De plus, et mlagré l'application du patch XS61E001 censé justement corriger un problème avec le multipathing iSCSI, XenServer s'est comporté comme s'il n'utilisait qu'un seul des deux chemins iSCSI. Un comportement d'autant plus bizarre que la commande multipath –ll indiquait bien la présence de deux chemins actifs, tout comme XenCenter...

Conversion P2V et création VM

Citrix fournit une application dédiée, baptisée XenConvert(2.5), pour convertir un serveur physique en machine virtuelle. Il suffit pour cela d’installer cette application sur le serveur en question puis de se laisser guider. XenConvert se charge tout seul d’ajouter la VM au serveur XenServer. Il ne restera plus qu’à configurer les paramètres de la machine virtuelle avec XenCenter, avant de lancer celle-ci. L’installation des outils Xen sur l’OS client permettra entre autres le monitoring sous XenCenter de l’occupation mémoire et CPU…

Donnez votre avis