Le comparatif ultime de 87 pâtes thermiques sur CPU et GPU

Protocole : quatre tests différents

Le choix de quatre configurations différentes nous permet de répondre à des demandes exprimées sur le forum, comme la prise en compte de la pression exercée par le dissipateur. Nous faisons délibérément l’impasse sur l’overclocking extrême à l’azote liquide pour privilégier des cas représentatifs d’un usage au quotidien : kits de watercooling préassemblés qui devraient garantir une température inférieure à 60°C, dissipateurs haut de gamme avec plaque de renfort sensés exercer une forte pression et enfin dissipateurs « box » (pour illustrer une faible pression). Ces derniers laissent les processeurs dépasser les 60 °C (AMD) voire 80°C (Intel).

Suivant sa viscosité et sa composition, une pâte thermique ne sera pas adaptée pour toutes les situations, ni recommandée pour n’importe qui. Cette mise en garde vaut également pour le changement d’un dissipateur GPU.

Voyons d’abord les trois configurations de tests pour évaluer les pâtes thermiques.

Configuration n°1: watercooling
Dissipateur
Corsair H80i
Ventilateur
Modèle d'origine, alimenté en 7 Volts sans modulation
CPU
AMD FX-8350
Carte mère
Asus 990FX Sabertooth
Configuration n°2: dissipateur avec plaque de renfort (vissée)
Dissipateurbe quiet! Shadow Rock
VentilateurModèle d'origine, vitesse réglée à 70% 
CPU
Intel Core 2 Quad Q6600 (stepping Q0) @ 2,66 GHz
Carte mèreGigabyte UP45-UD3LR
Configuration n°3: Intel Box (fixations pointes à pression)
DissipateurIntel Boxed Cooler
VentilateurModèle d'origine, vitesse réglée à 80%
CPU
Intel Core 2 Duo E6850
Carte mèreGigabyte UP45-UD3LR

Tester les pâtes thermiques sur un GPU

Ce sujet a quelque chose de délicat. Pour des raisons de sécurité, nous avons exclus les produits conducteurs en électricité, de même que les pâtes de type métal liquide. Étant donné que les GPU n’ont pas de capsule et permettent donc l’installation d’un dissipateur à même le die, il était hors de question de risquer un court-circuit.

Précisons que nous avons utilisé une carte graphique pas vraiment dernier cri, au motif qu’elle s’est montrée pratique pour ce genre de tests : son dissipateur ne nécessite que quatre vis et son ventilateur peut être réglé à régime constant. De plus, elle tolère probablement des températures plus élevées qu’un modèle récent : difficile de se faire à l’idée de condamner une GTX Titan en testant des pâtes thermiques. Cependant, la taille de son GPU comme la température en surface sont restées comparables à celles des cartes actuelles en milieu de gamme.

Configuration n°4: tests GPU
DissipateurZalman GPU cooler
VentilateurModèle d'origine (Zalman), vitesse réglée à 80%
GPU
AMD Radeon HD 4850
Autres composants
Voir configuration n°1

Protocole, cycles et durée des tests

Le protocole de test mérite d’être détaillé : étant donné que les sondes thermiques numériques intégrées aux processeurs récents donnent des valeurs Tcore non calibrées, nous avons procédé à l’ancienne, c’est-à-dire en positionnant une sonde thermique sous la capsule du processeur. Les CPU réunis pour ce comparatif disposant encore de capsules soudées, les températures devraient être assez précises. Par ailleurs, nous précisons l’écart entre température du boitier et température ambiante, vu que cette dernière n’a pas été aussi constante que souhaité faute de climatisation.

S’agissant de la carte graphique, nous avons utilisé la température rapportée par le GPU : les valeurs n’étaient pas influencées par les faibles changements de température ambiante.

Conditions de test
Température ambiante
Environ 22°C (constance relative de 21,4 à 22,7 °C)
Résultats des tests CPU
Moyenne en °C des températures relevées
(écart entre température ambiente et valeur rapportée par la sonde sous la capsule)
Résultats des tests GPURapportés en °C d'après la sonde intégrée au GPU
Cycles de test CPU
1 rodage de 4 heures, suivi d'une pause de 2h minimum
4 séries de mesures d'une heure chacune, espacées d'une heure de pause
16 heures de test minimum par pâte thermique et dissipateur
Cycles de test GPU1 rodage de 4 heures, suivi d'une pause de 2h minimum
2 séries de mesures d'une heure chacune, espacées de 30 minutes de pause
8h30 de test minimum par pâte thermique et dissipateur
Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
9 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • FORETG
    Hello,
    dommage qu'il n'y ait pas des kits AIO avec Pad comme les Kraken et leur Pad.
    Suis-je hors sujet ?
    0
  • Dannix
    Merci pour ce sujet!
    0
  • cbeny38
    Une petite mise à jour de mise en garde indiquant que la coolaboratory liquid pro (pas l'ultra) :
    - a tendance à souder les 2 parties entre elles,
    - est à proscrire sur un rad constitué d'autre chose que de cuivre pur, d'or ou d'argent
    serait bien.

    http://www.octeam.fr/forum/hardware/coollaboratory-liquid-pro-mise-en-garde-!!!/
    0
  • vincezeboss
    "Une pâte très performances" oui mais attention c'est très danger si vous en mettez trop ! En plus c'est très difficulté à appliquer donc bon :)
    0
  • drainlife
    Pourquoi ne pas ajouter un test avec le rad/CPU tout les deux polis et donc sans pâte thermique ?
    Car à une époque c'était censé être le plus performant, mais fallait s'amuser à polir, donc utiliser plusieurs grains et bien faire attention...
    Donc, connerie ou c'est plus utile ?
    0
  • Olivier_52
    Mmm moi y a un truc que je comprend pas on nous disent qu'il faut changer de pâte thermique tous les 2-3ans ! J'ai un sandy bridge la pâte thermique est installé depuis 2011. Big lol j'ai aucune différence de température depuis 6ans ... bon comparatif sinon
    0
  • magellan
    @Olivier: cela dépend notoirement de la qualité et du type de pâte thermique. Certaines ne vieillissent pas spécialement, d'autres perdent inexorablement leurs qualités. C'est le cas avec la pâte thermique intégrée sur les ventirads d'origine (Intel par exemple). Ces pâtes semblent s'assécher et finissent par perdre tant en efficacité qu'en terme de résistance. En gros, elles s'effritent et au démontage on se retrouve parfois face à une sorte de "poudre" compacte qui s'en va au moindre contact.

    Mais tu as raison sur un point: c'est tributaire de la qualité de pâte thermique en question.

    Les pads thermiques sont logés à la même enseigne. Certaines CG tombaient en panne à cause du vieillissement des pads qui rendaient la dissipation aléatoire au bout d'un an ou deux d'usage.
    0
  • ratideluxe
    Pouvez vous m'aidez svp , je cherche a savoir si la Thermal Grizzly Conductonaut est compatible avec le rad DARK ROCK PRO 3
    Merci d'avance
    0
  • ratinox
    Dans la même veine que CBENY38.
    J'ai acheté la Thermal Grizzly Conductonaut pour un ventirad à petit profil Shadow Rock LP de Be Quiet.
    Une fiche en rouge à l'intérieur du paquet indique que la pâte thermique est incompatible avec des surfaces de contact du ventirad en aluminium, ce qui est mon cas. Cela semble détériorer l'élu.
    Faites attention.
    0