Se connecter / S'enregistrer

Modélisation 3D et gravure laser feraient passer les vinyles à la HD

Par - Source: Digital Music News | B 17 commentaires
Thèmes :

Les puristes vous le diront : aucun format numérique ne transmet l'émotion de la musique comme un disque vinyle. Alors imaginez ce que donnerait un vinyle HD, qui ne serait plus fabriqué comme dans les années 60 mais avec les technologies du 21e siècle ?

Les sillons d'un vinyl HD modélisés en 3D.Les sillons d'un vinyl HD modélisés en 3D.

Cela donnerait un vinyle "HD", toujours analogique, mais capable de restituer un signal deux fois plus fidèle, enregistrant un volume 30 % plus élevé et offrant une capacité de stockage 30 % plus grande. En outre, ce vinyle HD serait lisible par toutes les platines passées et présentes, même si, pour bénéficier de ses avantages, il faudrait acquérir de nouvelles platines adaptées. Un rêve éveillé ?

Et le vinyle devint un disque laser

D'après l'entreprise autrichienne Rebeat, c'est tout à fait possible. Car la plupart des limites techniques du vinyle viennent de son processus de fabrication. Actuellement, on utilise un disque maître, sur lequel une pointe en diamant vient physiquement graver les sillons. La vitesse, la précision et l'amplitude du mouvement de ce diamant ne sont pas infinies. Rebeat propose de remplacer le diamant par un laser. Celui serait piloté par ordinateur et graverait des sillons préalablement créés et optimisés par modélisation 3D. 

En plus des gains en qualité audio, ce procédé rendrait aussi la fabrication d'un vinyle plus écologique, moins coûteuse et plus rapide. Rebeat a déposé un brevet dans l'Union européenne pour sa technologie et espère mettre les premiers produits sur le marché d'ici trois ans.

Commentaires
Interroger un expert

Votre question aux experts de la catégorie Les news : vos réactions du forum

Exemple : Android, ordinateur portable, usb, disque dur

Cette page n'accepte plus de commentaires
  • stratic , 17 mars 2016 10:46
    "des sillons préalablement créés et optimisés par modélisation 3D" : Là c'est un peu dérangeant non ?

    Ça implique un ré-encodage numérique en entrée!

    Comment peut on ensuite prétendre restituer la qualité originelle analogique si on choisi de la perdre dès le départ ?

    L'idée du laser au lieu d'une pointe diamant est bonne. L'optimisation des sillons par la modélisation 3D, beaucoup moins. Comment peut on optimiser ce que l'on doit considérer d'une fidélité parfaite: la source d'entrée ? Quelque chose de "parfait" ne peut pas être optimisé. Il ne peut qu'être dégradé.
  • pch57000 , 17 mars 2016 11:17
    le vinyle : des crachouillis, des interruptions, des sauts, moi j'appele pas ca de la qualite, mais de l'a-peut-pres.
    c'est sur qu'avec laser et 3D, comme on peut faire du bon, on peut aussi faire de l'a-peut-pres
  • -1 Masquer
    magellan , 17 mars 2016 11:41
    Citation :
    le vinyle : des crachouillis, des interruptions, des sauts, moi j'appele pas ca de la qualite, mais de l'a-peut-pres.
    c'est sur qu'avec laser et 3D, comme on peut faire du bon, on peut aussi faire de l'a-peut-pres

    +1. Le "le vinyl c'est mieux que le CD" ça n'est que du fantasme d'amateur qui se croit éclairé! On a beau marteler que le numérique, même si la compression peut effectivement poser des soucis, sera nécessairement plus précis qu'une méthode de lecture telle que celle de ce support.
    Ca a son charme, certes, mais ça n'est pas du tout à la hauteur d'un support à lecture numérique (quelque soit le procédé de lecture d'ailleurs).
  • Afficher les 17 commentaires.
  • DJ_Syrius , 17 mars 2016 12:50
    Citation :
    "des sillons préalablement créés et optimisés par modélisation 3D" : Là c'est un peu dérangeant non ?

    Ça implique un ré-encodage numérique en entrée!


    Je vois pas où serait le "ré-encodage" puisque l'ensemble de la chaîne de production musicale est numérique aujourd'hui. Donc la modélisation 3D serait fait à partir du fichier master sortie du studio de mastering.
  • magellan , 17 mars 2016 13:48
    Citation :
    Citation :
    "des sillons préalablement créés et optimisés par modélisation 3D" : Là c'est un peu dérangeant non ?

    Ça implique un ré-encodage numérique en entrée!


    Je vois pas où serait le "ré-encodage" puisque l'ensemble de la chaîne de production musicale est numérique aujourd'hui. Donc la modélisation 3D serait fait à partir du fichier master sortie du studio de mastering.

    Et dire que j'ai raté le coup du réencodage... Mais il y en a potentiellement un, cela dépend essentiellement du taux d"échantillonnage appliqué au fichier audio final.

  • matthieu lamelot , 17 mars 2016 14:44
    Certains enregistrements sont encore analogiques, mais en effet, la plupart du temps, tout devient numérique dans la prod.
  • magellan , 17 mars 2016 16:37
    Et puis se souvenir de deux choses
    - Echantillonnage et multipistes en studio
    - Echantillonnage et stéréo pour le CD...
    Cela pose forcément des questions sur le format final cible sur le fameux "nouveau' support...
  • Papounet17000 , 17 mars 2016 17:45
    Je vois que certains n'ont jamais écoutés de maxi 45 tours '(disque de 30 cm de discothèque).

    J'ai gardé tout les mien et je peux dire qu'aucun CD n'égalisent l'écoute de ces maxi 45 tours.
  • magellan , 17 mars 2016 18:21
    C'est ARTIFICIEL. la dynamique perçue sur les disques n'est PAS qualitative, elle est bêtement... VOLONTAIRE.
    http://www.son-video.com/Conseil/Pourquoi-vinyle-musicalite.html

    La pleine dynamique d'un orchestre ne peut pas être assumée par la cellule phono. Ce support ne permet que 60 dB de dynamique pour presque 100 dB pour le CD et plus encore sur le SACD. Pour reproduire fidèlement le message, les ingénieurs du son doivent donc utiliser une compression de la dynamique pour permettre la gravure sur vinyle. Cette compression était particulièrement soignée pour remonter les détails dans les passages faibles, maîtriser les fortés... Les ingénieurs du son qui enregistrent de la musique classique travaillent avec la partition d'orchestre sous les yeux, notant avec le producteur chaque passage. Le réglage d'un compresseur-limiteur est très délicat, certains ingénieurs du son viennent en studio avec leur propre rack contenant les préamplis micros et les compresseurs.

    Si un ingé son est un goret qu ne fait pas son boulot sur support CD, ça ne fait pas du CD un support inférieur au vinyl.
  • job31 , 17 mars 2016 18:24
    @ Papounet17000
    Alors tu dis forcément la vérité :o 
    Moi je peux affirmer qu'avec mon gros DAC je pulvérise bien des platine vinyles...
  • magellan , 17 mars 2016 18:29
    :rofl:  tu y vas fort. :D 
  • DJ_Syrius , 17 mars 2016 20:09
    Le vinyl à un son vintage et flatteur contrairement au cd qui est plus neutre. Ca plait ou ça plait pas mais techniquement le cd a plus de dynamique et bande passante.
  • magellan , 18 mars 2016 10:29
    C'est pourtant élémentaire à comprendre concernant la technologie qui est utilisée
    - Linéarité: vinyle en tête, car en lecture analogique il n'y aura pas de "gap" (comprendre de rupture de lecture compensée par un algo numérique), et le résultat sera forcement plus "chaleureux" que celui issu d'un CD
    - Dynamique: CD forcément grand vainqueur étant donnée ses caractéristiques de restitution.
    - Précision du signal: CD vainqueur au titre que l'analogique ne saura pas reproduire des fréquences en dessous d'un certain seuil, tout comme au-dessus d'un autre. En numérique on peut "tout" (entre guillemets évidemment) reproduire, mais ce sera alors le lecteur et la conversion en analogique pour l'amplification qui fera la différence.

    A l'écoute
    - CD vainqueur de par son procédé de lecture qui, en principe, ne souffre pas de la contamination comme le microsillon
    - Pérennité: le vinyle a prouvé sa durabilité, le CD démontre, hélas, qu'il s'oxyde et périme finalement plus vite que prévu.
  • job31 , 18 mars 2016 14:04
    Pérennité : un vinyle ça s'use à l'usage :o 
  • Aarteleis , 21 mars 2016 14:16
    Citation :
    Je vois que certains n'ont jamais écoutés de maxi 45 tours '(disque de 30 cm de discothèque).

    J'ai gardé tout les mien et je peux dire qu'aucun CD n'égalisent l'écoute de ces maxi 45 tours.


    Allez, je peux me marrer 5 minutes ?

    Un maxi 45 n'est qu'un 45 tours d'un diamètre supérieur permettant d'enregistrer une durée supérieure... Pour ce qui est de la qualité... Ben c'est la même qu'un 45 tours normal.

    Du coup, là, c'est le pire argument de mauvaise foi que j'ai pu entendre sur la supériorité des disques vinyles sur les supports numériques.
  • magellan , 21 mars 2016 14:27
    Citation :
    Citation :
    Je vois que certains n'ont jamais écoutés de maxi 45 tours '(disque de 30 cm de discothèque).

    J'ai gardé tout les mien et je peux dire qu'aucun CD n'égalisent l'écoute de ces maxi 45 tours.


    Allez, je peux me marrer 5 minutes ?

    Un maxi 45 n'est qu'un 45 tours d'un diamètre supérieur permettant d'enregistrer une durée supérieure... Pour ce qui est de la qualité... Ben c'est la même qu'un 45 tours normal.

    Du coup, là, c'est le pire argument de mauvaise foi que j'ai pu entendre sur la supériorité des disques vinyles sur les supports numériques.

    Disons qu'il y a une seule chose qui soit un peu "vraie" dans le raisonnement, c'est que ces fameux maxi de boite de nuit étaient conçus et masterisés pour améliorer le plus possible la qualité audio des morceaux... mais sorti de ça, c'est effectivement un aspect hors sujet sur la qualité initiale du vynile face au CD
  • Aarteleis , 21 mars 2016 17:14
    Disons que le maxi 45, avec ses sillons plus espacés, permet d'avoir une dynamique plus importante que le simple 45 tours, celle-ci impliquant une augmentation de la largeur des sillons, mais bon, ça reste du vinyle.

    Après, pour en revenir à la problématique de l'encodage soulevée par stratic, je serais curieux de voir le brevet. A mon avis, pour obtenir quelque chose de correct, il ne doit surement pas être question d'une conversion analogique/numérique, mais plutôt une conversion analogique/vectorielle, qui permet d'obtenir des courbes lisses, et non pas en escalier comme on peut en avoir en enregistrement numérique.