Accueil » Comparatif » Comparatif : 28 SSD externes portables testés, lequel choisir ?

Comparatif : 28 SSD externes portables testés, lequel choisir ?

Conjuguant la rapidité propre à ce type de supports avec un aspect ultra-compact, les SSD externes sont des solutions de stockage alléchantes pour les grands nomades. Mais quelle connectique faut-il privilégier ?

Quel SSD portable choisir ?

À mi-chemin entre les disques durs externes et les classiques clés USB, les SSD externes portables reprennent le meilleur de ces deux mondes : la capacité de stockage des premiers et la résistance des seconds, tout en offrant un format compact et des débits particulièrement intéressants. D’abord confidentiel, le marché s’est aujourd’hui considérablement ouvert. De 120 Go à 2 To et avec un très large assortiment de connectique (USB 3.0, Thunderbolt, USB 3.1, USB 3.2 Gen 2, USB 3.2 Gen 2×2…), il est plus difficile que jamais de bien choisir. Pour ne pas vous tromper et y voir plus clair, suivez le guide !

Les meilleurs SSD externes du moment

Image 2 : Comparatif : 28 SSD externes portables testés, lequel choisir ?

Samsung X5 1 To (Thunderbolt 3)

Le plus rapide

384,88€ > Amazon
Verdict :

Indubitablement le modèle le plus rapide de notre comparatif grâce à sa connectique Thunderbolt 3 et son interface interne NVMe, le Samsung X5 offre des performances sans commune mesure avec les SSD en USB 3.0/3.1. Doté d’un design agréable, il est en revanche plutôt cher et souffre d’un problème de surchauffe qui l’oblige à réduire sa vitesse en écriture. Mais si votre machine dispose d’un tel connecteur et si vous êtes à la recherche de performances extrêmes, c’est un support quasi sans équivalent sur le marché.

plus
Capacité 1 To (existe aussi en 500 Go et 2 To)
Interface Thunderbolt 3
Dimensions 119 x 62 x 19,7 mm
Poids 150 g
Garantie 3 ans
Image 2 : Comparatif : 28 SSD externes portables testés, lequel choisir ?

Western Digital WD_Black P50 2 To

Le support hautes performances

449,99€ > Amazon
Verdict :

Enchâssé dans une belle et solide coque au look “industriel”, le WD_Black P50 s’impose tout d’abord comme l’un des disques les plus robustes de notre sélection. C’est aussi le seul modèle à adopter une interface USB 3.2 Gen 2×2. Pour les (rares) cartes mères compatibles, TRX40 ou X299, c’est donc l’occasion de profiter de débits faramineux tutoyant les 2000 Mo/s. Estampillé “game drive”, il présente ainsi un grand intérêt pour les joueurs les plus exigeants, qui souhaitent déporter les centaines de giga-octets de leur ludothèque sur un support externe, sans pour autant tirer les débits vers le bas.

plus
Capacité 2 To (existe aussi en 500 Go et 1 To)
Interface USB 3.2 Gen 2×2
Dimensions 118 x 62 x 14 mm
Poids 113 g
Garantie 5 ans
Image 2 : Comparatif : 28 SSD externes portables testés, lequel choisir ?

Seagate FastSSD 1 To

Le bon compromis en USB

179,99€ > Amazon
Verdict :

Ses performances le placent dans le haut du panier, juste derrière les modèles en Thunderbolt 3 ou USB 3.2 Gen 2×2. Attention toutefois à bien activer le cache en écriture sur ce modèle USB 3.1 Type-C, compatible UASP. Dans le cas contraire, les performances en écriture s’effondrent. Au déballage, pensez également à le reformater en NTFS, le système de fichiers exFAT ne lui rendant pas particulièrement justice ! On apprécie par ailleurs le look de l’unité, fine et carrée, qui renvoie une grande impression de solidité et de professionnalisme.

plus
Capacité 1 To (existe aussi en 250 Go, 500 Go et 2 To)
Interface USB 3.1
Dimensions 94 x 79 x 9 mm
Poids 81,6 g
Garantie 3 ans
Image 2 : Comparatif : 28 SSD externes portables testés, lequel choisir ?

SanDisk Extreme Portable SSD 250 Go

Le compact le plus rapide

79,99€ > Amazon
Verdict :

S’il est un peu moins rapide que le G-Drive Mobile SSD R et que le Sony External SSD SL-EG5, le SanDisk Extreme Portable SSD est en revanche plus compact que le premier, et plus facile à trouver que le second. Ses performances sont, dans l’absolu, très intéressantes. Cerise sur le gâteau, il est résistant à l’eau et à la poussière (IP55).

plus
Capacité 250 Go (existe aussi en 500 Go, 1 To et 2 To)
Interface USB 3.1 Gen2
Dimensions 96 x 50 x 9 mm
Poids 40,8 g
Garantie 3 ans
Image 2 : Comparatif : 28 SSD externes portables testés, lequel choisir ?

WD My Passport Wireless SSD 500 Go

Le plus original

279,99€ > Amazon
Verdict :

S’il fait partie des modèles les plus rapides de notre comparatif (il embarque un SanDisk X600 en SATA), le My Passport Wireless SSD de Western Digital est surtout sans conteste le plus original, et le plus complet. En plus de servir de SSD externe classique, il fait en effet également office de Powerbank et de point d’accès Wi-Fi. Il est en outre doté d’un lecteur de cartes mémoires et pourra vider automatiquement le contenu d’un appareil branché en USB. Un véritable couteau suisse !

plus
Capacité 500 Go (existe aussi en 250 Go, 1 To et 2 To)
Interface USB 3.0
Dimensions 135 x 135 x 30 mm
Poids 440 g
Garantie 2 ans

Indice de performances Tom’s Hardware

Afin de classer les SSD externes de notre sélection, il nous a fallu mettre au point un indice global des performances : celui-ci est basé sur les résultats des tests de chacun des modèles en tenant compte de leurs performances en accès séquentiels et aléatoires, en lecture et en écriture. L’ensemble est ensuite rapporté en pourcentage des performances atteintes par le modèle le plus rapide, ce qui nous donne un indice global sur 100.

Indice Tom’s Hardware (sur 100)

Image 11 : Comparatif : 28 SSD externes portables testés, lequel choisir ?

Interface

Les plus luxueux et véloces modèles de notre sélection cachent, sous leur boîtier, un pur SSD au format NVMe, tandis que les disques les plus classiques embarquent, comme les modèles internes, de la mémoire flash NAND (le plus souvent MLC ou TLC, parfois SLC). Un point commun : ces supports de stockage externe utilisent majoritairement une interface USB 3.0 ou 3.1 Attention toutefois, certains (rares) modèles sont limités à de l’USB 2.0, ce qui aura forcement un impact négatif sur les performances. Notons également que quelques modèles de SSD portables utilisent une interface Thunderbolt 3. Ces derniers, particulièrement rapides, ne seront hélas pas compatibles avec tous les ordinateurs…

Nous avons également retenu dans notre sélection le WD_Black P50, le seul modèle disposant d’une interface USB 3.2 Gen 2×2 avec un débit théorique de 20 Gb/s. Là encore, il vous faudra une carte mère spécifique (TRX40 du côté d’AMD ou X299 chez Intel) pour profiter de telles performances. Gigabyte propose toutefois une carte d’extension PCIe pour greffer une telle fonctionnalité à n’importe quel tour. Mais qui peut le plus, peut le moins : de telles unités assurent une compatibilité descendante et savent s’accommoder d’un débit de 10 Gb/s en USB 3.2 Gen 2, voire en-deçà.

Capacité

Si la majorité des SSD externes se cantonnaient encore à un espace de 250 ou 500 Go, l’année dernière, pour ne pas voir leur tarif s’envoler, ils se déclinent désormais fréquemment en des modèles de 1 ou 2 To. De quoi disposer d’un espace phénoménal, dans un écrin toujours aussi réduit ! Les SSD internes ont profité d’une évolution similaire, avec des prix au gigaoctet toujours en baisse. Choisissez donc votre support en fonction de vos besoins et de votre budget. Attention toutefois si vous convoitez un support de petite capacité : dans ce cas les performances sont souvent en retrait par rapport aux capacités plus élevées.

Performances

Un SSD externe sera principalement utilisé pour transférer des fichiers (films, photos, documents ou fichiers audio) d’un ordinateur à un autre : plus le SSD sera performant et rapide, moins vous passerez de temps à copier les données. Dans cette optique, les performances en lectures et écritures séquentielles seront donc, en temps normal, un peu plus importantes que les performances en accès aléatoires, surtout avec de gros fichiers.

Notons au passage que certains constructeurs, pour améliorer les performances en écriture de leurs SSD, utilisent une partie (quelques Go) des cellules de mémoire flash MLC/TLC comme de la mémoire SLC, avec 1 bit par cellule réellement utilisé. C’est par exemple le cas de Samsung avec se technologie TurboWrite.