Accueil » Actualité » Des Blu-ray de 125 Go pour la 4K Ultra HD ?

Des Blu-ray de 125 Go pour la 4K Ultra HD ?

Image 1 : Des Blu-ray de 125 Go pour la 4K Ultra HD ?Un BDXL de 100 Go

Samsung a annoncé, au CES, que des Blu-ray adapté aux contenus 4K Ultra HD allaient arriver dans un futur assez proche. Les films seraient proposés sur des BDXL, c’est-à-dire des disques Blu-ray pouvant contenir 100 ou 128 Go de données. Ces derniers sont déjà disponibles pour les ordinateurs de bureau et quelques lecteurs de Blu-ray de salon sont même capables de les lire.

Les BDXL intègrent 3 ou 4 couches de données (contre 1 ou 2 avec les Blu-ray classiques), et les couches ont une capacité de stockage un peu plus élevée que les Blu-ray classiques. Dans les BDXL 3 couches, on a 33 Go par couche (100 Go au total) alors que les versions 4 couches ont une capacité maximale de 128 Go (32 Go par couche).

Une question de codec

Le principal problème vient du codec qui sera utilisé. Le H.264, déjà utilisé dans la majorité des Blu-ray, est utilisable pour encoder de la vidéo en Ultra HD (3 84 x 2 160), mais il est assez peu performant dans cette définition. Il a par contre l’avantage d’être très bien supporté par les puces de décodage actuelles. Deux autres codecs sont aussi en lice : le H.265 (HEVC) et le VP9 de Google. Le principal problème, c’est que les deux codecs, même s’ils ont efficaces, nécessitent de nouvelles puces de décodage.

Actuellement, on risque de se retrouver avec les mêmes problèmes qu’à l’arrivée du Blu-ray et du HD DVD. À l’époque, certains lecteurs intégraient un processeur haut de gamme pour décoder la vidéo (Toshiba utilisait des Pentium 4 dans certains lecteurs), ce qui posait des problèmes de consommation, de bruit et de performances. De même, les premiers Blu-ray n’utilisaient pas le H.264 mais bien le MPEG2, peu adapté aux vidéos en FullHD, et les premiers films sortis en Blu-ray sont donc assez perfectibles actuellement…

Dans la pratique, il va falloir attendre la fin de l’année pour avoir le fin mot de l’histoire, mais nous sommes certains d’une chose : il va falloir tout racheter…