Accueil » Actualité » Intel au CES 2020 : Projet Athena, Tiger Lake et Xe DG1

Intel au CES 2020 : Projet Athena, Tiger Lake et Xe DG1

Au CES 2020, Intel révèle son premier GPU dédié, le Xe DG1, et s’attarde sur le successeur d’Ice Lake, sur fond d’appareils au design innovant.

Face à AMD en plein ordre de bataille, avec ses APU Ryzen 4000 ou encore son Threadripper 3990X à 64 coeurs/128 threads, Intel a joué la carte de la discrétion au CES 2020. L’essentiel de sa conférence d’à peine une heure s’est joué autour des technologies qui font la vitrine de son savoir-faire. Comme le tracking 3D en temps réel des athlètes, pour les JO de 2020, l’intelligence artificielle au service de la voiture autonome ou encore le stockage et l’acheminement des données réseau. 

Image 1 : Intel au CES 2020 : Projet Athena, Tiger Lake et Xe DG1

À ce titre, Intel officialise le déploiement du codec SVT-AV1, une utilisation commerciale du standard AV1. Le développement a été fait conjointement avec les équipes de Netflix et on devrait donc profiter massivement de ce codec en streaming. Il offre un taux de compression supérieur de 35% à H.265 et permet ainsi de réduire l’utilisation de bande passante. C’est la concrétisation d’un projet open-source qui a mobilisé tous les géants du domaine.

Image 2 : Intel au CES 2020 : Projet Athena, Tiger Lake et Xe DG1

Projet Athena : vers des machines plus autonomes et connectées

En marge de ces vitrines technologiques, Intel s’est fendu d’une démonstration plus concrète autour de son Projet Athena. Pour rappel, il s’agit de plancher sur les successeurs des ultrabooks et de moderniser leur concept inauguré en 2011. Intel veut des machines plus autonomes, quitte à réinventer fondamentalement leur forme. Vingt-cinq appareils ont déjà été validés et cinquante nouveautés devraient encore débarquer au cours de l’année.

Image 3 : Intel au CES 2020 : Projet Athena, Tiger Lake et Xe DG1

Parmi les appareils présentés, on retrouve l’Acer Swift 3 ou encore le HP Elite Dragonfly, un PC hybride ultrafin créé à partir de matériaux recyclés, qui se targue d’une autonomie de plus de 20 heures. Au rang des nouveautés, Intel et ses partenaires ont présenté le Lenovo Yoga Slim 7 (… disponible 350 $ moins cher avec un Ryzen 7 4800U) ou encore la dernière révision du ThinkPad X1 Carbon, un 14 pouces Quad HD. Des châssis ultrafins, très séduisants, essentiellement réservés à une frange d’utilisateurs professionnels.

Image 4 : Intel au CES 2020 : Projet Athena, Tiger Lake et Xe DG1

Mais c’est surtout une nouvelle spécification dans le Projet Athena, ouvrant la porte aux appareils multi-écrans, qui paraît la plus alléchante. Elle inaugure des PC aux formats vraiment exotiques et innovants, comme le ThinkPad X1 Fold déjà révélé précédemment, à l’écran pliable. Mais là où Lenovo embarque un écran de 13,3 pouces, Intel présente aujourd’hui un prototype de plus grande ampleur : sa machine s’articule autour d’un écran pliable de 17,3 pouces, au format 4:3. Une fois plié, il reprend ainsi les dimensions d’un PC portable conventionnel. Un autre prototype de Dell, le Duet, s’articule autour de deux écrans qui peuvent se combiner en un seul.

Autre marché que gagne le Projet Athena : les Google Chromebooks. Intel annonce ainsi l’arrivée des Athena Chromebooks en présentant deux premières références, l’Asus FlipBook et le Samsung Galaxy Chromebook. Ils gagnent sérieusement en luxe : la machine de Samsung s’articule ainsi autour d’un écran Oled 4K de 13,3 pouces et devrait avoisiner les mille euros dans sa configuration la plus simple, au premier trimestre 2020.

Image 5 : Intel au CES 2020 : Projet Athena, Tiger Lake et Xe DG1

Processeurs Tiger Lake, iGPU Xe et GPU Xe DG1

Sous-titrée “la mobilité, redéfinie”, la gamme des CPU Tiger Lake correspond au successeur direct d’Ice Lake, c’est-à-dire aux processeurs mobiles en 10 nm+. Nouveau niveau d’optimisation oblige, les Tiger Lake profitent ainsi d’une gravure en 10 nm++ ce qui pourrait bien se traduire par des fréquences plus élevées. Des rumeurs parlent ainsi de 4 GHz sur les quatre coeurs d’un premier échantillon, et de 4,3 GHz sur un seul coeur. Le Core i7-1065G7 de génération Ice Lake se “contente”, quant à lui, de 3,9 GHz sur un coeur et de 3,5 GHz sur l’ensemble de ses coeurs.

Image 6 : Intel au CES 2020 : Projet Athena, Tiger Lake et Xe DG1

Les Tiger Lake combinent des coeurs CPU Willow Cove avec le nouvel iGPU de l’architecture Xe. À travers une évocation très rapide, Intel parle de performances graphiques doublées par rapport à l’iGPU Gen11. Tiger Lake supporte également Thunderbolt 4 et le Wi-Fi 6. La plupart des prototypes et des machines présentées dans le cadre du Projet Athena tournaient sous Tiger Lake.

Image 7 : Intel au CES 2020 : Projet Athena, Tiger Lake et Xe DG1

En toute fin de séance, le “one more thing” surprend à peine : Intel lève officiellement le voile sur son premier GPU dédié, le Xe DG1. Il repose sur la même micro-architecture que l’iGPU intégré aux Tiger Lake, mais il se voit ici débridé et déporté sous forme de GPU autonome. De quoi alimenter, à moyen terme, une nouvelle série de cartes graphiques, en marge de l’offre d’AMD et de Nvidia. Sur scène, Intel s’est toutefois contenté d’une mini-démo d’un GPU DG1 intégré à un PC portable, sans en révéler les caractéristiques exactes, autour de courts extraits de Destiny 2. Difficile, dans ces conditions, de se rendre compte du véritable gain de performances. Rendez-vous en juin 2020 pour découvrir ce que le GPU a dans le ventre.

Un regret : pas un mot, au cours de la conférence, sur Comet Lake, ni plus globalement sur les CPU des PC fixes. Est-ce un marché qu’Intel a totalement abandonné à AMD ?