Accueil » Test » Radeon Vega : un point chaud mystère, des cartes mal montées ?

Radeon Vega : un point chaud mystère, des cartes mal montées ?

2 : Nos solutions

Un point chaud sur certaines cartes

Image 1 : Radeon Vega : un point chaud mystère, des cartes mal montées ?Une chose est claire, nous avions bien senti le coup avant même le lancement des cartes graphiques Radeon RX Vega d’AMD, grâce à nos informations. Dans cette actualité, nous expliquions la panique des fabricants face à un montage trop complexe, particulièrement au niveau de la pression du dissipateur sur le GPU et sa mémoire HBM, à cause de packages différents, et d’un support (interposer) qui surélève la puce par rapport au PCB. Aujourd’hui, après avoir testé presque une vingtaine de Vega, nous pouvons confirmer qu’il est préférable de vérifier soi-même le montage de sa carte graphique… Notre testeur Igor Wallossek explique pourquoi.

Après avoir testé plus de 18 Radeon RX Vega, (certaines plusieurs fois, pour évaluer les améliorations apportées par le constructeur), il nous est apparu un certain nombre de problèmes récurrents, et nous avons pu aussi en discuter avec des contacts ingénieurs de l’industrie. La manière d’appliquer la pâte thermique, son degré de viscosité, mais aussi la manière d’opérer pour fixer le système de refroidissement au PCB, ainsi que la pression nécessaire, jouent en effet un rôle central dans l’apparition de points chauds, et surtout sur la stabilité de la carte. 

Le mystérieux point chaud, ou comment surchauffer au repos

Confronté à de nombreuses reprises à des arrêts brutaux et inexplicables causés des problèmes de refroidissement, nous avons démonté un nombre important de cartes et comparé les différences de performance obtenues en effectuant un remontage dans un ordre différent, et différentes méthodes d’application de la pâte thermique. La quantité de pâte utilisée joue d’ailleurs un rôle crucial, comme nous le verrons plus tard. Mais commençons avec un graphique illustrant le problème auquel nous étions confrontés sur certaines cartes.

Les ventilateurs de toutes les cartes réagissent à la mesure de la température que l’on peut aussi lire dans Wattman et GPU-Z comme étant la « température GPU ». Nous avons pourtant eu affaire à des cartes qui, malgré une température GPU annoncée très basse, avec parfois même les ventilateurs à l’arrêt, souffraient d’arrêts d’urgence. Alors d’où peut venir ce comportement curieux ?  Voici les résultats obtenus lors de nos mesures sur une de ces cartes à problèmes :

Image 2 : Radeon Vega : un point chaud mystère, des cartes mal montées ?

Outre le capteur GPU et celui de la mémoire HBM2, il existe également un capteur pour le point chaud mystérieux (hotspot), sans qu’on sache exactement où il se trouve. Nous soupçonnons sa présence entre l’interposer et le package du GPU, plutôt du côté des deux blocs de mémoire HBM2.

À cause du montage du package, il peut se créer un espace sous l’interposer. Si la pression n’est pas assez importante, il peut se créer localement une accumulation de chaleur, qui n’est que partiellement retranscrite par la sonde de température GPU. Nous avons pu mesurer un point chaud montant à 106°C, et même 110°C en test de torture, juste avant l’activation de l’arrêt d’urgence !

Mais ces températures extrêmes peuvent aussi avoir lieu au repos quand les ventilateurs sont à l’arrêt. Certains constructeurs, de peur qu’un pourcentage trop important de cartes ne soit affecté par ce problème de montage délicat, ont tout simplement décidé de supprimer le mode semi-passif. Mais c’est masquer les symptômes plutôt que de traiter le mal… Une vraie solution se fait attendre.

Image 3 : Radeon Vega : un point chaud mystère, des cartes mal montées ?

La photo ci-dessus montre une carte Vega assemblée sur une chaîne de montage. On constate que la couche homogène de pâte thermique peut se craqueler, de sorte que la surface de contact avec le bloc de refroidissement est inégalement répartie. Ce problème existe même avec une pâte thermique appropriée, et en quantité suffisante. D’autres facteurs jouent ici un rôle, comme la surface plus ou moins lisse du GPU, mais aussi la main humaine responsable du montage final du dissipateur… Du coup, le problème peut arriver de manière assez aléatoire, selon certains exemplaires, comme nous avons pu le constater à plusieurs reprise.

Sommaire :

  1. Un point chaud sur certaines cartes
  2. Nos solutions