La folle histoire du BIOS des GeForce GTX 1070 Ti...

Que faire quand vous avez dans votre équipe un sportif tout simplement trop bon ? Vous versez un peu de tranquillisant dans son thé... Quand il s’agit d’une carte graphique comme la GeForce GTX 1070 Ti, il n’y a qu’une seule solution, il faut trafiquer le BIOS pour modifier artificiellement le résultat final. C’est ce que Nvidia a tenté de faire...

Commençons par la puce graphique, qui est censée venir se loger entre les GeForce GTX 1070 et 1080. Avec 2432 shaders, la GeForce GTX 1070 Ti se place nettement au-dessus des 1920 shaders de la GTX 1070 et à peine en dessous des 2560 shaders de la GTX 1080. Il lui manque donc surtout 8 TMU pour dépasser la GTX 1080. Pour que la hiérarchie soit garantie, il faut donc ralentir la nouvelle venue d’une façon ou d’une autre. Jetons un coup d’œil au package de la puce dont nous voulons expliquer l’intitulé :

Couleur
Signification
Blanc
Identifiant du GPU
Jaune
Identifiant d'usine pour le package
A = ASE (Taiwan)
S = SPIL (Taiwan)
SCC = STATSChipPAC (Chine)
Rose
Pays d'origine
Bleu
Date de production
1734 = 2017, semaine 34
Rouge
Révision du masque
Vert
Usine
P = TSMC Fab 14

Avec ses informations de base, nous pouvons maintenant enquêter sur ce qui s’est réellement passé ces dernières semaines sur ce lancement.

Un BIOS, de nombreuses révisions

Dans le BIOS, Nvidia enregistre les fréquences de base et turbo pour neuf paliers, lesquels représentent une augmentation par rapport à la fréquence d’origine. Depuis l’avènement de la génération Pascal, ce système est aussi bien gardé que Fort Knox et il est impossible de modifier ces paramètres. Si on veut modifier la fréquence (et donc la performance finale), c’est là qu’il faut agir, et c’est là que Nvidia est intervenu.

Nous supposons que le tout premier BIOS que Nvidia a transmis aux constructeurs de cartes avait été concocté à partir d’un modèle Founders Edition. Or, la version Founders Edition de la GeForce GTX 1080 avait un problème de température, de sorte que sa performance ne pouvait jamais s’exprimer pleinement à moins de faire tourner le ventilateur au maximum. Nous avons pu observer le même phénomène sur GeForce GTX 1070 Ti FE, et c’est peut-être la raison de l’opération de modification du BIOS a postériori.