Intel Core i7-4960X : les premiers benchs d'Ivy Bridge-E

Avertissement : l'aperçu qui suit est basé sur un exemplaire de développement du Core i7-4960X. Intel n'a pas été impliqué dans la rédaction de cet article ; en fait, depuis la publication de notre aperçu des processeurs Haswell, la firme a commencé à nous exclure de certaines discussions. Gageons que les répercussions seront du même acabit cette fois-ci...

L'institut Gartner a récemment publié des chiffres indiquant que les ventes d'ordinateurs avaient chuté de 11 % (!) au deuxième trimestre de cette année, une évolution principalement attribuée au remplacement des machines d'entrée de gamme par les tablettes. Wall Street n'est guère optimiste quant aux perspectives d'avenir du PC.

Pourtant, les vendeurs avec lesquels nous avons eu l'occasion de discuter nous ont confié qu'ils assistaient à un regain manifeste d'intérêt pour les configurations de jeu ultra-rapides, intérêt alimenté par l'efficacité redoutable de certains processeurs et architectures graphiques. S'il est donc quelque peu difficile de s'enthousiasmer outre mesure à propos des machines de milieu de gamme, les amateurs de performances n'ont en réalité que l'embarras du choix en matière de composants.

Mais tout cela n'a rien de neuf pour ceux qui suivent de près les évolutions récentes du monde de l'informatique. Il y a deux ans et demi, les processeurs Intel basés sur l'architecture Sandy Bridge offraient déjà d'excellentes performances à moins de 100 watts. L'architecture suivante, Ivy Bridge, a encore légèrement amélioré ces performances, mais a surtout fait chuter la consommation à 77 watts maximum. Et plus récemment encore, l'architecture Haswell a ajouté quelques points de pourcentage aux chiffres de performance, certes en faisant remonter la consommation maximale à 84 watts.

Si vous remplacez un vieux Core 2 ou un Phenom II par une configuration sur mesure à 3000 euros, il va sans dire que vous pouvez vous attendre à des sensations fortes, aussi progressives les évolutions des deux ou trois dernières générations puissent-elles sembler sur papier. Pour ceux qui, comme nous, travaillent au quotidien avec ces composants, la différence est moins perceptible.

Le fait est que, pour les testeurs, les Sandy Bridge étaient intéressants, les Ivy Bridge un peu moins et les Haswell… et bien, disons que ce n'est pas sans raison que nous avons intitulé notre article consacré à leur lancement Core i7-4770K Haswell : tout ça pour ça ?.

Nous savons tous sur quoi se concentre Intel : le marché mobile, où, d'après les Gartner et consorts, les ordinateurs d'entrée de gamme se font dévorer tout cru par les tablettes. Dans le contexte actuel, dépenser 300 € dans un Core i7-4770K et 200 € dans une carte-mère LGA 1150 compatible juste pour aller un tantinet plus vite que le voisin peut sembler assez vain.

Si, il y a un an et demi, vous vous étiez offert un Core i7-3930K (un processeur auquel nous avons décerné, fait exceptionnel, notre Best Of Award dans l'article Intel Core i7-3930K And Core i7-3820: Sandy Bridge-E, Cheaper), vous disposez encore aujourd'hui d'une machine des plus correctes qui, potentiellement overclockée à 4,5 ou 4,6 GHz, reste capable de battre un 4770K dans bon nombre d'applications multithreadées. Et vous auriez la même carte-mère, une X79. Par conséquent, sachant que l'architecture Ivy Bridge-E demeure compatible avec les sockets LGA 2011, vous avez aujourd'hui votre première vraie occasion d'acheter quelque chose de plus rapide que ce que vous possédez déjà.

Ivy Bridge-E : l'heure des présentations a sonné

Pour l'instant, il semblerait que la sortie des processeurs Ivy Bridge-E soit prévue pour le mois de septembre. Plusieurs modèles sont attendus, mais nous n'avons encore vu que les spécifications techniques de deux d'entre eux : le Core i7-4960X et le Core i7-4820K. Les premières fuites indiquaient que le 4960X serait un hexacore tandis que le 4820K serait un octocore. Il paraîtrait qu'un Core i7-4930K serait également prévu, mais nous ne savons encore rien de celui-ci.

Sous bien des aspects à l'exception de l'architecture proprement dite, les Ivy Bridge-E ressemblent aux Sandy Bridge-E : les améliorations concernent essentiellement les performances par cycle et touchent les cores, le cache et le contrôleur mémoire, un peu comme ce que nous décrivions dans notre article Test Ivy Bridge Intel Core i7-3770K : un bon cru ?. Bien entendu, la grosse différence est l'absence de mise en avant de la partie graphique : sur les Ivy Bridge-E, l'essentiel réside dans l'amélioration des cores, l'accélération du contrôleur mémoire, qui passe à 1866 MT/s au lieu de 1600, la prise en charge officielle du PCI Express 3.0 (pour rappel, les Sandy Bridge-E ne pouvaient officiellement monter que jusqu'à 8 GT/s) et une gravure en 22 nm.

On conserve les 40 lignes PCI Express, divisibles en autant de ports que nécessaires, ce qui autorise les configurations CrossFire et SLI à quatre voies. Pas de changement non plus en ce qui concerne le nombre de canaux du contrôleur mémoire (quatre), mais la bande passante grimpe à 59,7 Go/s contre 51,2 Go/s précédemment. Et enfin, les Ivy Bridge-E sont compatibles avec les cartes-mères X79 Express, qui commencent toutefois à accuser leur âge. La bonne nouvelle est que si vous possédez une carte-mère de ce type, le seul composant à remplacer est le processeur. La mauvaise est que son chipset ne propose que deux ports SATA 6 Gbit/s, ne gère pas l'USB 3.0 en natif et n'offre pas les nouvelles fonctionnalités telles que le SATA Express, qui fera son apparition sur les chipsets de la série qui accompagneront les processeurs Haswell début 2014.


Core i7-4960X
Core i7-4820K
Core i7-3970X
Nom de code
Ivy Bridge-E
Ivy Bridge-E
Sandy Bridge-E
Fréquence de base
3,6 GHz
3,7 GHz
3,5 GHz
Turbo Boost maximum
4 GHz
3,9 GHz
4 GHz
PCI Express
8 GT/s
8 GT/s8 GT/s
TDP
130 W
130 W
150 W
Nombre de cores
6
4
6
Cache L3 partagé
15 Mo
10 Mo
15 Mo
Débit mémoire max
DDR3-1866
DDR3-1866
DDR3-1600
Socket
LGA 2011
LGA 2011LGA 2011

Comme nous l'écrivions plus haut, le Core i7-4960X sera un processeur à six cores doté de 15 Mo de cache L3 partagé. Cela constituera sans doute une déception pour tous ceux qui espéraient que la gravure en 22 nm permettrait à Intel de doter plus facilement ses puces de huit ou douze cores mais, à supposer que le fondeur décide de demander environ 1000 € pour ce nouveau processeur, il faut avouer qu'il n'y avait, commercialement parlant, guère de raison pour qu'il nous offre un processeur plus complexe que cela alors que le Xeon E5-2687W, un octocore, coûte déjà la bagatelle de 1900 €. Si vous comptez remplacer votre Core i7-3970X, vous pouvez donc vous attendre, tout simplement, à une fréquence de base revue à la hausse de 100 MHz, une fréquence Turbo Boost maximale inchangée (4 GHz) et une série de petites améliorations..

Le Core i7-4820K est un peu plus intéressant sur le plan des spécifications techniques. Conscient du fait que personne ne voudrait d'un 3820 quad-core à coefficient multiplicateur verrouillé, Intel a décidé de débloquer ce dernier. Cela reste un quad-core équipé de 10 Mo de cache L3 basé sur une architecture et monté sur une carte-mère de la génération précédente, mais peut-être la connectique PCI Express étoffée, la bande passante mémoire, le cache L3 et la possibilité d'overclocking suffiront-ils pour donner au 4820K une place aux côtés du Core i7-4770K, basé sur l'architecture Haswell.  

Curieusement, les deux Ivy Bridge-E prévus sont dotés d'un plafond thermique de 130 watts, un chiffre étrange quand on se rappelle que le passage du Sandy à l'Ivy Bridge avait débouché sur un processeur plus complexe assorti d'un TDP considérablement revu à la baisse dû en grande partie à l'abandon de la gravure en 32 nm au profit du 22 nm. Ici, l'évolution de la finesse de gravure est identique mais ne s'accompagne d'aucun accroissement de la complexité et pourtant, le plafond thermique reste inchangé par rapport aux Core i7-3960X et 3930K. Il s'agit d'un élément à garder à l'œil ; peut-être la consommation sera-t-elle la meilleure arme des Ivy Bridge-E.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
4 commentaires
    Votre commentaire
  • La dernière phrase de la conclusion est-elle un geste de bonne volonté pour faire plaisir à Intel, par rapport au contexte exposé dans la première phrase de l'intro?
    -1
  • Pourquoi avoir brider les CPU sandy bridge ??? Pour le profit bien sur :P
    0
  • bla bla j'aime intel
    0
  • bla bla j'aime pas intel
    0