Accueil » Test » Acer XG270HU : que vaut FreeSync ?

Acer XG270HU : que vaut FreeSync ?

2 : Emballage, ergonomie et accessoires 3 : Interface utilisateur et calibration 4 : Luminosité et contraste 5 : Échelle de gris et gamma 6 : Couleurs et gamut 7 : Angles de vue, uniformité, réactivité et input lag 8 : Conclusion

Introduction

L’annonce de G-Sync a suscité beaucoup d’enthousiasme, cette technologie promettant d’éliminer les effets de tearing. Seule l’activation de la v-sync permettait de résoudre ce problème auparavant, mais bien souvent aux prix d’effets secondaires comme une baisse de performances, micro saccades et input lag étant donné que la carte graphique doit alors conserver les images en mémoire tampon en attendant que le moniteur termine son cycle de rafraîchissement.

Image 1 : Acer XG270HU : que vaut FreeSync ?

Avec une dizaine de moniteurs G-Sync désormais en vente, on pourrait presque parler d’embarras du choix, sauf que la technologie de NVIDIA est propriétaire et nécessite donc une GeForce pour être utilisée. La réponse d’AMD, FreeSync, a été annoncée peu après G-Sync mais il aura fallu beaucoup plus de patience pour voir les premiers moniteurs compatibles débarquer sur le marché. Ceci étant dit, on peut désormais profiter des jeux sans tearing  ni input lag supplémentaire grâce aux technologies de rafraîchissement variable chez AMD comme NVIDIA.

Grâce à son XL2730Z, BenQ a été le premier constructeur à proposer un moniteur FreeSync il y a quelques semaines. Il s’agit d’un modèle haut de gamme (environ 700 euros) qui contraste avec l’Acer XG270HU que nous testons aujourd’hui : ce dernier fait l’impasse sur la réduction du flou de mouvement, les ports USB et divers modes jeux pour être proposé à un tarif bien plus accessible. A l’heure où nous écrivons ces lignes, l’Acer XG270HU est disponible pour 477 euros.

Pour mémoire, FreeSync (alias Adptative-Sync au sein du standard DisplayPort 1.2a) permet d’adapter la fréquence de l’écran au débit d’images de la carte graphique. Étant donné que ce débit varie sans cesse, chaque image est intégralement générée en un seul cycle de rafraîchissement, éliminant ainsi le tearing au passage. Le résultat est censé être très proche de ce que propose G-Sync, si ce n’est le fait que FreeSync fait partie des spécifications DisplayPort et ne nécessite donc aucun ajout matériel. Dans le cas du XG270HU, la fréquence s’étend de 30 à 144 Hz : on peut donc profiter de FreeSync jusqu’à 30 ips.

Au-delà de FreeSync, le XG270HU a tout du moniteur 27 pouces orienté jeux. Il propose une dalle TN AU Optronics 144 Hz en QHD (2560×1440) ainsi qu’un rétroéclairage assuré par des bandes de LED blanches à alimentation constante qui n’engendrent donc pas de scintillement. Nous avons déjà abordé au cours de précédents tests l’intérêt de ne pas utiliser le PWM (pulse width modulation) pour le rétroéclairage : même au-delà de 20 000 cycles par seconde, certains d’entre nous peuvent percevoir du scintillement. L’alimentation constante élimine donc toute gêne potentielle à ce niveau.

Autre fonctionnalité qui mérite d’être soulignée, la présence de couleurs d’une profondeur de 8 bits en natif. En effet, des moniteurs ayant le même positionnement employaient autrefois une dalle 6 bits alliée à la technologie FRC (Frame rate control) pour se synchroniser aux signaux 8 bits provenant de l’ordinateur. Si le phénomène de banding qui en résulte a quasiment été éliminé par des traitements vidéos de qualité, mieux vaut maintenir la même profondeur de couleurs sur toute la chaine de rendu.

Les qualités et défauts du TN font depuis longtemps l’objet de débats sans fin. Le fait est que la plupart des moniteurs orientés jeux utilisent des dalles TN qui font fuir bon nombre d’entre nous, a fortiori depuis qu’Acer a annoncé son XB270HU : ce moniteur est le premier à proposer une fréquence de 144 Hz avec une dalle IPS, en QHD pour ne rien gâcher. Nous l’attendons avec impatience au labo.

Le XG270HU testé aujourd’hui a de belles qualités sur le papier, à commencer par un prix attractif. Reste toutefois à vérifier si Acer n’a pas fait de compromis sur la qualité de l’image pour proposer un moniteur FreeSync à moins de 500 €.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Emballage, ergonomie et accessoires
  3. Interface utilisateur et calibration
  4. Luminosité et contraste
  5. Échelle de gris et gamma
  6. Couleurs et gamut
  7. Angles de vue, uniformité, réactivité et input lag
  8. Conclusion