Accueil » Dossier » La 2D sous Windows : surprise !

La 2D sous Windows : surprise !

2 : Windows : une souris qui sert de lave vitre ? 3 : Les limites de la 2D : un espace confiné et de nombreuses fenêtres 4 : 2,5D et le mythe de l’accélération matérielle 2D 5 : Windows XP : 2D à l’ancienne et limites de WM_PAINT 6 : Windows Vista : de vrais progrès et l’art de l’omission 7 : Windows 7 : retour du fils prodigue 8 : L’accélération 2D fait défaut aux Radeon HD 5000 sous Windows 7 9 : Radeon HD 5870 contre GTX 285 sous Windows 7 10 : Tests 2D (suite) 11 : Conclusion de la première partie

Introduction

Toutes les cartes graphiques ne sont-elles pas égales en 2D ?

Image 1 : La 2D sous Windows : surprise !Depuis le lancement de Windows 7 il y a quelques mois, les deux constructeurs de cartes graphiques ont lancé de nouveaux GPU ainsi que des pilotes compatibles. Il a coulé suffisamment d’eau sous les ponts pour que soient réglées les difficultés techniques inhérentes à tout nouveau système d’exploitation (lesquelles ont fort heureusement été beaucoup moins nombreuses par rapport à Vista), ce qui nous a permis d’exécuter bon nombre de benchmarks sans souffrir de biais.

Alors que la 3D est plus que jamais au centre de la scène, nous nous sommes demandés s’il ne serait pas instructif de faire un point sur une composante de l’affichage graphique que l’on tient pour acquise au quotidien sans trop y penser, à savoir la 2D. Cette piste de réflexion n’est pas venue d’une illumination du genre « ajoutons à la suite de tests quelque chose qui n’a pas posé problème depuis l’époque où le RAMDAC impactait significativement les performances » comme on le verra plus loin.

Bien que la réactivité de la GUI (interface graphique utilisateur) Windows constitue notre première intérêt (c’est un des points sur lesquels 7 est salué par rapport à Vista), il nous a fallu reconnaitre malgré nous que la supposée « refonte graphique » de Windows 7 n’a rien de novateur. Par rapport à Windows XP (et même Vista), ATI et NVIDIA ne sont pas encore vraiment parvenus à optimiser les graphismes 2D sous Windows 7 ne serait-ce qu’en ce qui concerne la toute nouvelle implémentation de la GDI (interface des dispositifs d’affichage) que l’API nécessite. En effet, ce que l’on connaît sous le terme « graphismes 2D » va au-delà d’une belle palette de couleurs, des effets de dégradés sur les objets (blending) ou encore des menus animés et ombres portées (drop shadows) : les développeurs doivent mettre les mains dans les pixels, lignes, courbes, rectangles polygones et autres « graphismes primitifs » comme on les appelle parfois.

Note préliminaire

Bien que nous ayons attaché beaucoup d’importance à ne pas jouer sur un registre émotionnel, les pro-ATI ou pro-NVIDIA auront peut-être besoin de lire ce qui suit en redoublant d’attention. Ayant eu nous-mêmes du mal à croire aux résultats de nos propres tests et dans l’intérêt de tous, cet article a été préparé avec minutie et sans contrainte de temps afin d’être aussi objectif que possible comme le protocole de test inédit peut en témoigner. D’autre part, le but était aussi d’avoir une portée aussi large que possible : outre les joueurs, cet article est une contribution et une aide à tout utilisateur se servant d’un PC pour travailler.

Notons que pour le moment, travailler en 2D sous Windows 7 peut s’avérer pénible dans certains cas : nous avons par exemple eu du mal à générer des graphismes vectoriels, effectuer des rendus plus ou moins complexes en CAO, ou même jouer à des titres 2D en qualité graphique élevé avec une Radeon HD 5870. Au-delà du constat, il est intéressant d’analyser la source du problème pour le comprendre autant que possible.

Théorie et pratique

Vu que nous sommes probablement une majorité à manquer d’informations en ce qui concerne l’implémentation et le comportement de l’accélération 2D sous Windows depuis XP jusqu’à Seven, nous avons choisi de séparer cet article en deux parties pour vraiment faire le tour de la question. Ainsi, nous verrons aujourd’hui le contexte et les aspects techniques des graphismes en 2D de manière à ce que l’on puisse avoir une base commune lorsqu’il s’agira d’interpréter les tests et résultats. En parlant de tests, nous sommes allés jusqu’à développer notre propre benchmark (qui sera disponible au téléchargement). Les deux parties se veulent donc être informatives, accessibles et utiles autant que faire se peut.

Commençons par les bases du graphisme en 2D.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Windows : une souris qui sert de lave vitre ?
  3. Les limites de la 2D : un espace confiné et de nombreuses fenêtres
  4. 2,5D et le mythe de l’accélération matérielle 2D
  5. Windows XP : 2D à l’ancienne et limites de WM_PAINT
  6. Windows Vista : de vrais progrès et l’art de l’omission
  7. Windows 7 : retour du fils prodigue
  8. L’accélération 2D fait défaut aux Radeon HD 5000 sous Windows 7
  9. Radeon HD 5870 contre GTX 285 sous Windows 7
  10. Tests 2D (suite)
  11. Conclusion de la première partie