Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

Massage de tympans.

Déballage et caractéristiques techniques

Pour concevoir la NU Audio, une carte son pour PC réservée aux enthousiastes, EVGA a coopéré avec la marque Audio Note, qui jouit d’une longue expertise dans la conception de produits audio haut de gamme, plutôt que de partir d’une feuille blanche. Mais pour espérer s’imposer sur le marché malgré son prix élevé de 285 euros, la carte ne peut se permettre aucune faiblesse. Notre test détaillé effectué en laboratoire permettra de savoir si le tarif est justifié. 

Image 1 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

Image 2 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?
9/10

Audio Note, une entreprise anglaise fondée en 1991, peut se targuer d’une longue expertise dans la conception d’amplificateurs audiophiles à tubes, alliant technologies modernes et tradition. Évidemment, la NU Audio ne possède pas de tube, mais les composants montés sur le PCB n’en sont pas moins audiophiles et leur sélection a été particulièrement soignée, comme nous allons le voir dans la partie analyse du PCB.

Déballage et accessoires

La carte son est livrée avec un double adaptateur RCA pour la sortie son et un autre adaptateur jack 6,3 mm – 3,5 mm pour la sortie casque. C’est un ajout judicieux puisque la plupart des casques sur le marché sont équipés d’une prise jack 3,5 mm. On retrouve aussi une petite notice d’utilisation. Pour que la carte fonctionne correctement, il faut encore télécharger pilotes et logiciel de contrôle. 

Image 3 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

Le logiciel propriétaire est donc indispensable à la carte. Il met à jour automatiquement les pilotes. En soit c’est une bonne chose, sauf que nous avons eu quelques soucis après mise à jour avec la version Windows 10 de mai 2019 :  le programme Audio Analyzer de Right Mark ne fonctionnait plus correctement. Ce n’est pas un problème pour la carte qui fonctionne toujours, mais mes mesures ont dû être réalisées avec une version non mise à jour, ce qui cependant ne devrait pas avoir d’influence notable sur ces dernières. 

Au premier abord, la NU Audio de EVGA semble être une carte PCIe x 1 tout à fait classique. Si on observe de plus près, les trois connecteurs 12 V qui en théorie peuvent fournir jusqu’à 66 W (5,5 A) ne sont pas utilisés. Le constructeur a préféré laisser à une hypothétique carte graphique l’énergie électrique nécessaire à son bon fonctionnement. A la place, la carte est ravitaillée en courant par un simple connecteur SATA à son extrémité.

L’avantage d’une telle solution est double : d’une part, on soulage les convertisseurs de tension de la carte mère, souvent à la limite de leur capacité ; d’autre part, la carte son est ainsi mieux isolée les pics de tension générés par la carte graphique. Certes, la nécessité de brancher un câble SATA heurte un peu le sens esthétique du joueur enthousiaste et complique la gestion des câbles au sein du boitier, mais au final, c’est une sage décision.

Image 4 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

La face avant de la carte est recouverte d’une plaque métallique affichant les logos EVGA et Audio Note. Une ouverture parallélogramme révèle en outre une partie du bloc de refroidissement dédié aux convertisseurs de tension. On retrouve un design similaire à l’extrémité de la carte avec des ouvertures d’aération dans la masse en plastique. Le dessus de la carte est paré d’un autre logo EVGA, bien évidemment rétroéclairé. La couleur peut être modifiée à l’aide du logiciel dédié. On peut aussi le désactiver complètement si la mode des éclairages RVB vous énerve.  

Caractéristiques

Voici les données techniques récapitulées sous forme de tableau. Oui, certaines valeurs sont particulièrement impressionnantes, mais à ce niveau de prix on est en droit d’attendre le meilleur ! Ces valeurs n’ont en effet rien du classique effet d’annonce de campagne marketing ; elles sont bien réelles. 

Caractéristiques techniques
Audio DSPXMOS xCORE-200
Support DSD natif (jusqu’à 256 fois)
ReproductionJusqu’à 384 kHz, 32 bits (sortie stéréo)
Jusqu’à 192 kHz, 24 bits (sortie optique)
EnregistrementJusqu’à 384 kHz, 32 bits (entrée line in)
Jusqu’à 192 kHz, 24 bits (entrée micro)
EntréesLine-in stéréo au format jack 3,5 mm
Microphone au format jack 3,5 mm
Microphone via connecteur
SortiesRCA stéréo
Digitale (SPDIF 5.1)
Line-Out Front-Panel (Header)
Sortie casqueSortie Jack 6,3 mm (adaptateur 3,5 mm fourni)
Plage d’impédance : 16 – 600 Ohm 
Amplification dédiée
Max. 8 Vrms (600 Ohm)
Max. 250 mA (32 Ohm)
Rapport signal / bruit123 dB (sortie stéréo)
121 dB (entrée line in)
Éclairage RVB Modes variés y compris réagissant au signal sonore
ComposantsDAC – AKM AK4493
ADC – AKM AK5572
OP-AMP (casque) – ADI OP275 (échangeable)
OP-AMP (sortie) – ADI AD8056 (échangeable)
Condensateurs – WIMA, Audio Note (UK), Nichicon
Convertisseurs de tension – TI TPS7A47/TPS7A33 
DiversPCIe x1 Gen2
Alimentation via câble SATA

Première approche et logiciel

L’image suivante montre que le contrôleur RVB (SONIX SLED1734) n’est pas positionné sur le PCB de la carte, mais directement sous les illuminations. Nous verrons dans la partie démontage plus en détail la répartition des composants. La seconde ouverture de la coque est réservée aux sorties audio.

Image 5 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

La face arrière n’est malheureusement pas recouverte d’un film isolant. Le constructeur prétend que cela n’est de toute façon quasi jamais nécessaire, tant que la carte est positionnée au-dessus ou bien largement en de dessous de la carte graphique. Mais qu’en sera-t-il dans les mini boitiers ?  Nous verrons lors de nos mesures quel espace est possible. Le PCB est produit par Victory Giant, un fabricant partenaire de EVGA depuis de nombreuses années. 

Image 6 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

Les sorties de la carte ne sont pas pléthoriques, mais elles suffisent dans la plupart des cas. On compte deux entrées jack 3,5 mm pour Line-in et microphone. Les sorties sont plus intéressantes : les sorties RCA sont complètement séparées de la sortie casque. On retrouve aussi une sortie optique au format SPDIF. 

Nous verrons dans la partie mesure les puissances (RMS), tensions et impédances de sortie, mais sans en dévoiler trop, on peut déjà dire que la carte en impose, en grande partie grâce à ses composants de qualité. 

Image 7 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

Logiciel

Le logiciel fourni n’est pas encore complètement achevé, mais les dernières versions étaient stables et fonctionnelles. Les problèmes mentionnés plus haut avec un logiciel de mesure sont donc marginaux et il n’y a pas de raison de craindre une incompatibilité, même après la mise à jour Windows de mai. Une particularité de l’interface est qu’en plus d’une augmentation globale de l’amplification valable sur les deux canaux de sortie, on peut aussi régler de manière individuelle chaque sortie. 

Cela permet ainsi de tirer le meilleur parti des casques dont la résistance est très élevée. Cette carte est la première en son genre à être assez puissante pour griller un Beyerdynamic T1. Évidemment, c’est très fortement déconseillé, mais en théorie, la puissance est là. 

Image 8 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

L’entrée micro est très sensible et la puce Cirrus Logic embarquée produit très peu de bruit, de sorte que le signal du plus mauvais micro est encore très clair et dépourvu de bruit. Les effets surround et Nahimic sont de la partie, pour les amateurs ; c’est en tout cas inutile sur notre casque. De nombreuses autres options telles que le DSP sont aussi présentes pour ceux que ça intéresse. Les 10 bandes de l’équaliseur sont bien réparties et on peut sauvegarder le résultat final dans différents profils. 

La carte en détail

La coque de protection ôtée, on découvre un PCB multicouches recouvert d’un nombre conséquent de composants. Ceux-ci sont regroupés par fonction. L’alimentation électrique est le premier groupe identifiable. Comme évoqué plus haut, la carte ne tire pas son énergie de la carte mère.

Image 9 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

 Les blocs de refroidissement en cuivre recouvrent les circuits de conversion du courant situés à côté du connecteur SATA, lequel fournit les tensions 3,3 V et 12 V. Les pads thermiques sont particulièrement difficiles à décoller, mais ils sont efficaces. Heureusement, car certains composants chauffent après une longue période d’utilisation. 

Image 10 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

Le circuit de conversion du courant est original : le courant de la ligne 12 V du connecteur SATA est tout d’abord intensifié à 16,5 V avant d’être divisé sur deux phases. On obtient alors deux canaux 14,5 V, et sur le même principe, deux canaux 5 V. Les parties analogiques et digitales sont alimentées par des canaux différents, comme il se doit. 

L’utilisation de plusieurs condensateurs (dont des condensateurs en céramique multicouches ou MLCC) de petite taille au lieu d’autres plus gros et moins nombreux permet de réduire la hauteur des composants employés, mais profite aussi à la régularité du courant. 

Image 11 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

Les sorties sont impressionnantes, en particulier la sortie casque. En coordination avec un amplificateur opérationnel OPA275 de ADI, chacun des deux canaux possède un buffer audio LME49600, qui fait office en quelque sorte d’amplificateur de puissance. Ce circuit intégré possède une protection contre les courts circuits et fonctionne parfaitement à partir d’une impédance de 16 Ohm.  On pourrait donc en théorie brancher directement de petits haut-parleurs, puisque le signal est capable de fournir jusqu’à environ 0,3 W par canal. À l’opposé, on peut aussi brancher des casques à haute impédance, jusqu’à 600 Ohm.

Image 12 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

La sortie line out est plus modestement pourvue. L’amplificateur opérationnel est un ADI AD8056, que l’on peut remplacer si on le souhaite puisque seulement clipsé. Le signal est fourni par deux LME49724 de TI (en bas à droite sur l’image) qui font office d’amplificateurs de puissance. 

Image 13 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

Les deux sorties sont reliées à un convertisseur DAC AK4493 de Asahi Kasei Microdevices. Le rapport signal bruit et de 123 dB, (126dB en mono). C’est aussi l’une des rare cartes à supporter la restitution à 384 kHz 32 bits propre au format PCM ou la restitution DSD jusqu’à 11,29 MHz. Les condensateurs et résistances employés sont de qualité similaire, c’est à dire excellente. 

Image 14 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

L’entrée line in est équipée d’un amplificateur OPA1652 de TI, suivi d’un amplificateur THS4551 de TI avant d’arriver au convertisseur analogique digital (ADC) AKM AK5572 à 32 bits, équipé de filtre passe bas pour les basses et très hautes fréquences et générant très peu de bruit.

Image 15 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

L’entrée microphone est gérée par un circuit Cirrus Logic CS5346 dont on peut adapter la sensibilité, et qui supporte une large plage d’impédances. Il peut ainsi remplacer un préamplificateur. 

Image 16 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

La puce ASM1042 de ASMedia assure la connexion entre USB et PCIe. La carte son peut donc être utilisée comme un périphérique USB, ce qui facilite grandement son utilisation. Un contrôleur U11690 de XMOS transmet les ordres.

Image 17 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

Nous terminons ainsi notre analyse des différents groupes de composants, qui semblent très prometteurs. Mais que valent ces composants haut de gamme dans les faits ? C’est ce que notre analyse détaillée en laboratoire va révéler. 

Évaluation et mesures

Image 18 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

Mesure de la tension de sortie et de la puissance RMS

Dans cette partie, nous mesurons la tension RMS et la puissance de sortie RMS dans différents scénarios, c’est à dire avec des impédances / résistances variées. Nous avons augmenté la puissance jusqu’à ce que le bruit électronique représente environ 0,1 % du signal. Cette manière de procéder ne remplace pas une mesure de la distorsion harmonique totale (THD), mais s’en rapproche fortement. La valeur communiquée est en tout cas bien plus proche de la réalité que ce que les programmes de monitoring communiquent.  

Le constructeur garantit un bon fonctionnement à partir de 16 Ohm, mais pour nos mesures, nous commençons par 4 Ohm afin de tester la puissance de sortie. On mesure alors 320 mW pour une tension de 1,13 V, la carte fait donc un peu mieux que ses spécifications (280mA contre 250 mA). 

Image 19 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

Petite surprise si on double l’impédance : la puissance est divisée par deux ! La tension reste en effet aux environs de 1,16 V. Nous espérions une valeur plus élevée, mais il semble que la carte préfère garder des réserves pour les impédances plus importantes.

Image 20 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

En effet, à 32 Ohm, la carte montre enfin de quoi elle est capable : on mesure une puissance de 1,104 W pour une tension de 5,94 V. De quoi alimenter les casques les plus exigeants, jusqu´à vous endommager les tympans. 

Image 21 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

Avec une impédance de 250 Ohm, la tension s’élève à 7,5 V pour une puissance de sortie de 225 mW sur chaque canal. 

Image 22 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

Au-delà de 250 Ohm, la tension ne progresse plus pour éviter d’endommager les composants. La carte plafonne à 7,5 Volt RMS. C’est environ 0,5 V de moins que communiqué par le constructeur, mais cela pourrait aussi être dû aux pertes engendrées par les composants. 

Image 23 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

A 1 kOhm, la puissance diminue proportionnellement à l’impédance, puisque la tension est bridée à 7,5 V. On mesure ainsi 60 mW par canal, ce qui devrait suffire à la plupart des casques, même si les plus exigeants, comme par exemple un Beyerdynamic A20, commencent à perdre en puissance. 

Image 24 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

Influence de la carte graphique au repos et en charge

Au repos, le bruit électronique mesuré est à peine mesurable à un peu plus d’un millivolt RMS, autant dire qu’on ne le discerne absolument pas à l’oreille. 

Image 25 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

En jeu, on mesure environ 1,2 mV. Le constructeur aurait pu limiter cette influence négative en équipant la sortie d’un blindage électronique pour éviter que les ventilateurs de notre GeForce RTX placés presque côte à côte avec la carte ne viennent brouiller la sortie. Mais si ce bruit est mesurable, il reste imperceptible à l’oreille. 

Image 26 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

Mesure de la puissance de sortie et du niveau sonore

La sensibilité d’un casque est un critère primordial à considérer à l’achat, puisqu’il permet de savoir quel niveau sonore (SPL pour Sound Pressure Level) il peut atteindre à une puissance donnée. Cela dit, à un niveau sonore donné, le résultat à l’oreille peut varier en fonction des matériaux employés, de leur usure, etc. On peut considérer comme raisonnable un niveau d’écoute prolongé d’environ 85 dB. À ce niveau, il faut rajouter environ 25 à 30 dB pour la musique classique, qui a une plage dynamique particulièrement large, 12 à 18 dB en jeu et 8 à 12 dB pour de la pop. 

Le graphique suivant montre quelle puissance est nécessaire pour atteindre un niveau sonore de compris entre 90 et 115 dB. Sur le premier graphique représentant des casques bas de gamme entre 85 dB/mW et 94 dB/mW, la puissance est conséquente, et pas sûr que lesdits casques soient capables d’encaisser. Si on connaît donc l’impédance de son casque, on peut en déduire la puissance nécessaire pour atteindre le niveau sonore maximum souhaité. 

Image 27 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

Le second graphique regroupe des sensibilités plus élevées, signe d’un produit de qualité. 

Image 28 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

En résumé

La sortie casque est particulièrement impressionnante, surtout avec une impédance de 32 Ohm capable d’alimenter les casques les plus exigeants. Attention à ne pas s’endommager les tympans ! Avec des casques à forte impédance, la limitation de l’ampérage limite de possible catastrophes, et avec les casques à faible impédance, la limitation de la tension à 7,5 V protège les composants. 

L’influence de la carte mère voisine sur le signal est certes mesurable, mais imperceptible à l’oreille ; il n’y a donc pas de raison de s’alarmer.

Impression d’écoute et conclusion

Impressions d’écoute

La possibilité de changer les amplificateurs opérationnels semble être indispensable à toute carte haute de gamme de nos jours. À notre avis, c’est une mode qui n’apporte pas grand-chose, les audiophiles purs et durs se tournant de toute façon vers des solutions beaucoup plus exclusives (et onéreuses) qu’une carte son placée dans un boitier PC. Les amateurs de bons sont seront par contre plus que satisfaits de cette carte offrant une performance de premier ordre, sans avoir besoin d’aucun réglage de la part de l’utilisateur. 

La réserve de puissance de la carte est impressionnante, comme on pouvait s’en douter en lisant les caractéristiques techniques. La distorsion, même au plus haut volume, est imperceptible, et la plage dynamique est excellente. Certes, l’impédance et la tension maximales limitent tout de même la carte, mais à un niveau où les tympans et / ou le matériel sont particulièrement maltraités. 

Image 29 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

Nous avons testé la carte avec différents casques. En commandant par le confortable Beyerdynamic Amiron Home, puis en passant au vif T1, en continuant avec le GSP 600 de Sennheiser, et avec un casque gaming pour terminer, le NOZ de Roccat. Dans tous les cas, la carte n’est pas le facteur limitant puisque les casques ont un comportement similaire lorsque branchés sur l’amplificateur de contrôle A20. 

En branchant le T1 au A20 puis à la NU, on ne remarque aucune différence. Par rapport à la Xonar Essence STU d’Asus, la EVGA Nu Audio s’en sort mieux avec une dynamique plus importante. Mais la différence n’est vraiment perceptible qu’en effectuant une comparaison directe et on est à un niveau de qualité similaire.

Même dans les morceaux plus calmes, on ressent la maitrise de l’amplification, pour peu que le casque suive. Dans l’ensemble, la restitution sonore laisse pleinement s’exprimer la musique. 

Performance micro

L’entrée microphone possède un énorme potentiel d’amplification en restant à un niveau de bruit minimum, mais les voix ont tendance à être un peu métalliques. Nous avons en effet décelé que les hauts médiums et les aigus sont un peu trop mis en avant. 

Les sibilantes sont un peu trop présentes à notre goût. On entend ici la marque de la puce Cirrus Logic, qui n’est donc pas un simple préampli. Pour la restitution des voix, ce n’est pas forcément un problème, puisque cette clarté est perçue par beaucoup de manière positive. L’entrée line-in est, elle, dépourvue de cette prédominance des aigus.

Résumé et conclusion

L’EVGA NU Audio est une carte réussie. Coté gaming, elle possède tous les accessoires logiciels plus ou moins nécessaires comme le son surround, et elle a droit à son éclairage RVB, que l’on peut aussi désactiver si on n’y voit pas l’intérêt. Son look est bien sûr inspiré des dernières tendances gaming, mais on a heureusement renoncé aux accessoires inutiles. En effet, il est facile de multiplier les fonctions au final superflues et gonflant artificiellement le prix (Sennheiser et Creative savent de quoi on parle.) 

Image 30 : Test : EVGA NU Audio, la nouvelle carte son de référence ?

Sous le capot mêmes impressions positives : les finitions sont soignées et les composants bien choisis. On décèle facilement la marque de l’expertise d’Audio Note dans le design du PCB. Mais EVGA ne tombe pas non plus dans l’excès inverse en incluant des composants haut de gamme inutiles sur une carte son PC. Une carte son solide donc avec juste ce qu’il faut d’extras pour se sentir bien. 

Deux petites critiques cependant : les sorties devraient être blindées à ce niveau de prix, car à quoi servent des programmes comme Audio Analyser si dans le même temps la carte graphique voisine peut influencer le signal ? Certes, on n’entend pas vraiment les perturbations, mais elles restent mesurables. Ensuite, le caractère peu naturel de captation des voix sur l’entrée microphone aurait aussi pu être évité. 

Pour le reste, voici un produit désirable et sans défaut notable, EVGA et Audio Note ont fait du bon travail. 

👉 Vous utilisez Google News ? Ajoutez Tom's Hardware sur Google News pour ne rater aucune actualité importante de notre site.

Votre Newsletter Tom's Hardware

📣 Souscrivez à notre newsletter pour recevoir par email nos dernières actualités !