Accueil » Actualité » Un petit rover à base de Raspberry Pi inspiré par la NASA

Un petit rover à base de Raspberry Pi inspiré par la NASA

Libre à vous de l’envoyer ensuite sur d’autres planètes.

Image 1 : Un petit rover à base de Raspberry Pi inspiré par la NASA

L’été dernier, les ingénieurs du Jet Propulsion Laboratory de la NASA ont construit un robot mobile planétaire, baptisé Open Source Rover Project. Leur but : permettre aux étudiants, amateurs et autres passionnés de fabriquer le leur. En effet, ce robot utilise des pièces du commerce et un Raspberry Pi en guise de cerveau. Au total, l’engin coûte moins de 2500 dollars. Finalement, ce robot s’est révélé plutôt populaire, même auprès des gens qui travaillent actuellement pour l’agence spatiale américaine !

À lire aussi : Diapo : 55 projets géniaux créés avec un Raspberry Pi

Plein de possibilités

Parmi ses émules, le Dr Jamie Molaro, chercheuse à l’Institut des sciences planétaires. Elle s’intéresse principalement à l’étude de la surface des corps rocheux et glaciaires sans air tels que les comètes, les astéroïdes et les lunes en orbite autour de la Terre, de Jupiter et de Saturne. Elle a fabriqué son robot, surnommé PARSLEE (pour Planetary Analog Remote Sensor and Lil Electronic Explorer) en l’adaptant à ses besoins.

Image 2 : Un petit rover à base de Raspberry Pi inspiré par la NASA

Selon la chercheuse, la construction du robot est assez simple. Les instructions s’avèrent détaillées et explicites. Son modèle custom, inspiré de Curiosity, embarque une caméra GoPro et un Kestrel 833. Ce dernier mesure la température, la pression, l’altitude, la vitesse du vent et l’humidité. Elle lui a également adjoint un sismomètre Raspberry Shake, une carte Raspberry Pi et une carte microSD préprogrammée. Le capteur enregistre l’activité, convertit les signaux analogiques en signaux numériques puis enregistre les données sur des serveurs Raspberry Shake.

Pour l’instant, Jamie Molaro teste son robot sur Terre dans des environnements extrêmes, mais espère l’utiliser pour étudier les types de processus actifs à la surface d’autres planètes. Ainsi, dans quelques années, peut-être que PARSLEE s’envolera vers d’autres horizons.