Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Le LaserDisc c'est fini !

Par - Source: Akihabara News | B 27 commentaires

Alors le LaserDisc a été remplacé il y a déjà quelques années par le DVD (et que ce dernier a déjà un successeur en marche), Pioneer vient seulement d'annoncer l'arrêt de la production de ses derniers lecteurs, les DVL-919, DVK-900 et DVL-K88.

Un format analogique

Le LaserDisc utilise des disques, similaires aux CD, de 30 cm de diamètre, qui contiennent de la vidéo analogique et du son en analogique ou en numérique (certains LaserDics contiennent une bande-son en Dolby Digital 5.1 ou en DTS, comme les DVD). La résolution d'un LaserDisc PAL est de 576 x 450, contre 720 x 576 sur un DVD. Gros avantage du LaserDisc, l'image n'est pas compressée et il n'y a donc pas de macroblocs qui apparaissent comme sur les premiers DVD, à un moment où la compression MPEG2 était mal maîtrisée. De plus, en CAV (la meilleure méthode de codage), les arrêts sur image sont parfaits, ce qui n'est ni le cas des VHS ni des DVD dans la majorité des cas. Gros désavantage du LaserDisc, il n'est possible de stocker qu'entre 30 et 60 minutes par face, ce qui nécessite l'utilisation de disques double-face et ces derniers sont encombrants.

En pratique, il n'y a plus eu de sorties majeures en LaserDics depuis l'année 2000 et le format n'a jamais dépassé plus de quelques pour cent de parts de marché (environ 10 % au Japon).

Commentaires
Interroger un expert

Votre question aux experts de la catégorie Les news : vos réactions du forum

Exemple : Android, ordinateur portable, usb, disque dur

Cette page n'accepte plus de commentaires
  • chewbacka55 , 14 janvier 2009 12:42
    Bon ba les amis, vous savez ce qu'il vous reste à faire: achetez vous tous une console philips CDI 450 xd ça va prendre encore plus de valeur...:D 
  • Anonyme , 14 janvier 2009 13:06
    euuh j en ai jamais vu moi -____-

    il est enorme ... on dirait une roue
  • Dams , 14 janvier 2009 13:19
    On en voyait surtout dans les karaokés :) 
  • Afficher les 27 commentaires.
  • Anonyme , 14 janvier 2009 13:21
    J'ai encore mon lecteur Pioneer chez moi, qui d'ailleurs fonctionne toujours à merveille, c'était un bon format à l'époque de sa sortie, mais c'est vrai que c'était pas pratique de devoir se lever pour changer de face en plein film.....

    Je ne pensais pas que c'était toujours fabriqué.
  • turlupin en ptard , 14 janvier 2009 13:37
    Citation :
    ce qui nécessite l'utilisation de disques double-face et ces derniers sont encombrants.
    Pas plus que les simple face, je ne vois vraiment pas ce qui te fait écrire ça.
    Par ailleurs je ne connais aucun LaserDisc simple face, par contre une bonne partie des films que je possède dans ce format requièrent deux disques au lieu d'un seul.
    C'est sans doute de ça que tu voulais parler.
    Certains titres que je possède en LD n'ont fait l'objet d'aucune édition en DVD (à prix décent), du coup j'ai toujours mes lecteurs LD (un Pioneer et un Sony autoreverse) pour en profiter.
    Et l'absence de compression est appréciable sur des titres comme La Ronde ou Les enfants du Paradis.
  • bobby130 , 14 janvier 2009 13:48
    Je ne pense pas que cela prendra de la valeur.
    Dommage car je viens juste d'un acheter un sur eBay.
    Mais il est vrai que je ne pensai pas que cela était toujours fabriqué !!!
  • NicolBolas , 14 janvier 2009 14:02
    "qui contiennent de la vidéo analogique et du son en analogique ou en numérique"

    Video analogique ?!? Sur un disque optique numérique ?!! C'est quoi cette blague ?
  • dandu , 14 janvier 2009 14:12
    C'est pas une blague, c'est de l'analogique lu en numérique, dans le sens ou il n'y a pas de compression, c'est équivalent à la technique utilisée sur les VHS.
  • turlupin en ptard , 14 janvier 2009 14:14
    Le format LaserVision comportait effectivement un son analogique contrairement au LaserDisc.
    Les disques sont semblables physiquement mais il y a 2 normes partiellement compatibles, certains lecteurs acceptaient les deux normes d'autres uniquement l'une des deux.
  • Anonyme , 14 janvier 2009 14:39
    C'est pas de l'analogique lu en numérique, mais de l'analogique lu en analogique. Le fait d'utiliser un laser au lieu d'une pointe ou d'une tête magnétique pour la lecture n'implique pas nécessairement lecture numérique.
  • Anonyme , 14 janvier 2009 15:14
    Dire qu'il est analogique car il n'y a pas compression ne veut rien dire.

    Le support est numérique point !

    Les sources sont peut etre analogiques mais ca n'a rien à voir avec le support de diffusion.
  • dandu , 14 janvier 2009 15:19
    Citation :
    Dire qu'il est analogique car il n'y a pas compression ne veut rien dire.

    Le support est numérique point !

    Les sources sont peut etre analogiques mais ca n'a rien à voir avec le support de diffusion.


    Non, mais ça lit pas des 1 et des 0, ça a rien de numérique, c'est des sillons comme sur les disques vinyles :D 
  • Anonyme , 14 janvier 2009 15:23
    Je me suis planté il s'agit visiblement d'une lecture analogique. Je suis sur le cul.
  • mandagor , 14 janvier 2009 15:44
    haaaa que de souvenir de ces disques. j'avais pas mal de live de concert sur ce format qui était d'une qualité remarquable par rapport aux vhs.

    je savais pas non plus que ça se fabriquait toujours...
  • daam , 14 janvier 2009 16:50
    DanduNon, mais ça lit pas des 1 et des 0, ça a rien de numérique, c'est des sillons comme sur les disques vinyles


    tout s'explique alors car les trucs analogiques stockés sur des supports numériques
    c'est pas gagné ;) 

    du coup effectivement, c'est plus dur de compresser :D 
  • bastien95 , 14 janvier 2009 17:32
    Les jeux de la gamecube étaient des laserdiscs :

    voir cette page

    :D 
  • maxix , 14 janvier 2009 19:03
    Depuis quand le CAV est une technique de codage? C'est une caractéristique d'une vitesse de lecture variable!
  • turlupin en ptard , 14 janvier 2009 19:04
    Citation :
    C'est pas de l'analogique lu en numérique, mais de l'analogique lu en analogique. Le fait d'utiliser un laser au lieu d'une pointe ou d'une tête magnétique pour la lecture n'implique pas nécessairement lecture numérique.
    Citation :
    Non, mais ça lit pas des 1 et des 0, ça a rien de numérique, c'est des sillons comme sur les disques vinyles :D 
    Citation :
    Je me suis planté il s'agit visiblement d'une lecture analogique. Je suis sur le cul.

    Pour résumer :

    Laservision = video analogique (en FM) + son analogique (en FM aussi)

    Laserdisc = video analogique (en FM) + son numérique (44 kHz 16 bits, comme le CD)

    Pour l'anecdote : les Laserdiscs dans leur version CAV ont été utilisés dans des systèmes de montage virtuel comme Ediflex et Montage.
    Les avantages étaient l'accès ultra-rapide aux rushes (pas de rembobinage comme avec les cassettes), une qualité d'image bien meilleure et sans dégradation pendant tout le montage, un arrêt sur image parfait et une fiabilité des lecteurs théoriquement supérieure comparée à celles des lecteurs de cassettes utilisés auparavant (U-Matic, BVU ou VHS).
    Les inconvénients étaient essentiellement le prix de revient de cette solution (coût de fabrication des disques de rushes, prix des lecteurs spéciaux asservis sur un time-code) et la faible capacité unitaire de chaque face (30 mn en CAV) qui compliquaient la gestion des rushes.
    Ce qui a tué ces solutions de montage est l'arrivée des premiers systèmes stockant les rushes sur disques durs.
  • dandu , 14 janvier 2009 20:00
    maxixDepuis quand le CAV est une technique de codage? C'est une caractéristique d'une vitesse de lecture variable!


    Oui, ben justement ici, quand on travaille en CAV c'est pas codé sure le disque de la même façon qu'en CLV, d'oû des résultats différents.
  • geek_du_44 , 14 janvier 2009 20:48
    j'ai jamais connu çà...
Afficher plus de commentaires