Test : Lian Li DK-04X, la table pour gamers parfaite ?

La marque Lian Li n’est pas à son premier coup d’essai puisque la DK-04 est la seconde table gaming du fabricant et qu’une troisième est déjà en préparation. Sur la DK-04X, Lian Li n’a pas seulement écouté les critiques et les propositions d’amélioration des utilisateurs, il a aussi ajouté une fonctionnalité à laquelle peu d'usagers auraient songé et pourtant terriblement pratique. On pense ici au réglage de la hauteur de la table au millimètre près avec mémorisation des préférences. La table s’adapte ainsi à toutes les tailles, que l’on soit junior, géant ou lilliputien, ou tout simplement désireux d’alterner de temps en temps position assise et debout (votre dos vous dira merci). Mais commençons par le commencement…

La naissance d’une table

Ce n’était pas notre première visite de l’usine Lian Li, mais cette fois, c’était pour un heureux événement. Un peu avant le lancement de la Computex 2016, nous avons pu assister à la fabrication de notre propre table. À la différence de la DK-02X que nous avions aussi testée, ce modèle est construit assez différemment et est livré entièrement monté.

Le bâtiment administratif de Lian Li à Keelung. La production est en face. Le bâtiment administratif de Lian Li à Keelung. La production est en face.

Certains composants, comme le moteur pour régler la hauteur de la table, les plaques en aluminium ou les câbles sont produits par d’autres fabricants.

Tout débute avec un puissant laser à refroidissement à eau qui permet un découpage extrêmement précis des plaques d’aluminium.

Si une grande partie du travail est réalisé par une Amada EMK 3510NT, une machine entièrement automatisée dotée d’un grand nombre d’outils différents regroupés dans une sorte de barillet de revolvers et qu’elle peut dégainer en un instant, certaines étapes sont aussi réalisées à la main comme le pliage et l’emboutissage à froid de certaines plaques à l’aide d’une presse.  

Une fois que les pièces ont pris leur forme définitive, elles sont nettoyées consciencieusement puis leur surface est traitée pour donner l’effet souhaité. Les pièces sont ensuite assemblées, les composants électriques fixés, câblés et testés. Dernière étape, la table est soigneusement empaquetée pour résister aux à-coups du voyage.

Un bon gamer est un gamer musclé

Le seuil, c’est avant ou après la marche ? Cette question ayant mené à une discussion intéressante avec le livreur, c’est avec beaucoup d’huile de coude qu’il a fallu déplacer cette masse d’aluminium et de papier (58 kg tout de même) jusqu'à sa place finale. Le problème était moins le poids que la difficulté à manier un bloc pareil. La table en elle-même ne pèse que 53 kg, ce que nous qualifierons de viril, mais correct.

Un problème avec l’élévateur ? Les chemins sont parfois semés d’embûches… Un problème avec l’élévateur ? Les chemins sont parfois semés d’embûches…

En en appelant parfois au diable (l’outil), parfois au Bon Dieu, mais surtout à l’aide d’un bataillon de curieux, nous sommes finalement parvenus à installer la table exactement là où nous le voulions. Ouf !

Malgré le long voyage, la table n’a pas une griffe. Le carton était donc assez robuste pour non seulement traverser la moitié du globe, mais aussi tenir quinze jours entiers une fois reconverti en maison par les enfants. Le test de l’emballage est en tout cas passé avec bravoure.

Évidemment, ce serait un peu idiot de monter quelque chose dans cette table juste pour dire qu’elle n’est pas vide. Pour faire honneur à cet écrin d’exception, il ne fallait rien de moins qu’un duo de GeForce 1080 en SLI accompagné d’un processeur Intel Core i7 6950X survitaminé à 4,3 GHz, le tout bien watercoolé comme il se doit.

Nous ne serions pas fidèles à nous-mêmes si nous avions choisi la solution de facilité avec blocs de refroidissements à eau, tuyaux, réservoir et pompe. Non, ce serait trop facile, alors nous avons décidé de rendre tout cela encore plus intéressant en ajoutant une petite expérience de notre cru qui fera toute la différence. Nous en dirons plus à la page suivante.

Caractéristiques techniques et spécificités

Avant de passer au montage des composants, il nous faut encore patienter un peu et présenter la table en détail. Les images ci-dessous montrent une table beaucoup fine que la version précédente avec des proportions plus harmonieuses. L’ergonomie a aussi été revue avec un pied élargi pour garantir une bonne stabilité quelle que soit la hauteur choisie.

La table mesure 120 cm de large pour 75 cm de profondeur et une hauteur ajustable allant de 67,5 à 116 cm. Ce n’est donc pas une table de chevet. La plaque en verre trempé est massive et relativement lourde, mais se laisse plus facilement ôter que sur le modèle précédent. Voici sous forme de tableau le récapitulatif des caractéristiques techniques :

ModèleDK-04 X
CouleurNoir
Dimensions
1200 mm (largeur)
685 mm ~ 1175 mm (hauteur)
750 mm (profondeur)
Poids maximum recommandé
Jusqu'à 100 kg
Matériaux
Corps en aluminium
Pieds en acier
Dessus en verre trempé
Poidsenv. 53 kg
Baies pour
lecteurs et HDD
1x 5.25" externe
8x 3.5" ou 2.5" HDD en interne sur cadres
2x 2.5" HDD interne
Slots PCI
8
Formats supportés
E-ATX
ATX
Micro-ATX
Ventilateurs
4 x 120 mm à l’avant
4 x 120 mm à l’arrière
Ports
4x USB 3.0 / HD Audio
Compatibilité

Longueur maximale des cartes graphiques : 320 mm
Hauteur maximale du ventirad : 140 mm
1 radiateur de 480 mm de long et 60 mm d’épaisseur
2 radiateurs de 240 mm de long et 60 mm d’épaisseur
Régulateur LED RGB
3 molettes, une pour chaque couleur primaire
Divers
Touches de réglage de la hauteur de la table,
affichage digital de la hauteur, 4 réglages préprogrammés
Alimentation électrique
Format ATX, 25 cm de profondeur au maximum
Prix
env. 1500 euros

Premières impressions flatteuses

La hauteur ajustable est bien sûr la grande attraction sur cette table, mais la réactivité laisse un peu à désirer. En effet, une fois que l’on a ôté le doigt du bouton, le moteur s’arrête tout en douceur, dépassant le point où on voulait que la table s’arrête. Au début, il faut s’y reprendre à plusieurs fois pour obtenir la hauteur souhaitée. L’alimentation électrique du moteur consomme en veille environ 0,5 W ; il faudra débrancher la prise pour ceux que cela dérange, car il n’y a pas d’interrupteur.

L’alimentation électrique du moteur réglant la hauteur de la tableL’alimentation électrique du moteur réglant la hauteur de la table

Quatre boutons permettent d’enregistrer des hauteurs prédéfinies. Un écran numérique indique en centimètres et à la virgule près la hauteur actuelle.

Il faudra faire particulièrement attention à la longueur des câbles utilisés pour éviter que ceux-ci ne soient arrachés si on remonte trop la table. Les ventilateurs fournis ne sont pas mauvais, mais il faudra mieux les remplacer pour obtenir un système plus silencieux. À ce niveau de prix, ce serait bête d’économiser là-dessus.

La plaque de montage de la DK-04 remplace le boîtier sur la DK-02X. Cette plaque est plus facile à extraire et simplifie aussi le montage. Un autre avantage est qu’on peut faire facilement disparaître les câbles en dessous du cadre.

La surface de montage pour le radiateur principal est inclinée à 45°, ce qui n’est pas idéal pour le flux d’air, mais représente tout de même un bon compromis entre design et efficacité. Nous avons retiré les cadres de maintien des disques durs puisque nous n’utilisons que des SSD et que l’on a besoin de libérer de la place pour le réservoir.

À l’avant, on retrouve les sorties habituelles (quatre USB 3.0 et les I/O audio HD) et les boutons de mise en marche et de reboot, mais aussi trois emplacements pour les molettes de régulation des bandes LED.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
    Votre commentaire
  • Clavus
    Ca fait quand même cher pour un bureau + un boitier PC
    0
  • Panoramix
    A mon avis, la lumière bleu sous les yeux devant l'écran doit plutôt être gênant.. c'est juste joli...
    0