Accueil » Test » Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d’élite pour GTX 1080 et 1070

Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d’élite pour GTX 1080 et 1070

2 : Montage et protocole de test
 3 : Températures et analyse infrarouge 4 : Nuisances sonores et conclusion

Présentation, accessoires et brevets

Les systèmes tout-en-un de watercooling pour carte graphique sont pratiques et faciles à installer, mais ils présentent en général des inconvénients par rapport à un système en boucle ouverte. Alphacool tente de réconcilier les deux mondes avec des produits extensibles et préremplis à destination des débutants.

Watercooling tout-en-un, mais ouvert !

Le Alphacool Eiswolf GPX-Pro, c’est quoi ? C’est un radiateur de dissipation destiné aux GeForce GTX 1080 et 1070 de référence, avec un waterblock qui intègre une pompe. Y sont reliés deux tuyaux ouverts, avec des embouts de fixation très faciles à assembler, et le tout est prérempli de liquide de refroidissement. C’est une solution pour les débutants, ou ceux qui ne souhaitent plus trop bricoler. La version AiO ajoute l’autre partie de la boucle : un radiateur et son ventilateur.

Comme nous souhaitons tester le plus vite possible comment un tel système se comporte par rapport à une solution de watercooling fermée, nous avons décidé de reproduire ce que propose le système tout-en-un Alphacool Eiswolf GPX-Pro 120 AiO en assemblant nous même les différents composants disponibles au détail pour la GeForce GTX 1080. La seule différence étant que nous utilisons un radiateur de 24 cm plutôt que de 12 cm. Qui sait, peut-être qu’un Alphacool Eiswolf GPX-Pro 240 AiO débarquera plus tard sur le marché !

Image 1 : Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d'élite pour GTX 1080 et 1070

Nous combinons donc un bloc de refroidissement NexXxoS GPX-N 1080Pro-M01, prérempli et qui intègre une pompe, ainsi que deux tuyaux avec embouts de connexion, avec un radiateur NexXxos ST30 de 24 cm lui aussi prérempli, avec tuyaux et embouts intégrés.

Image 2 : Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d'élite pour GTX 1080 et 1070

Ce bloc de refroidissement est adapté aux PCB de référence de NVIDIA pour les GeForce GTX 1080 et GTX 1070. Lorsqu’on ouvre la boite, on constate que tout est déjà en place : le radiateur et la pompe sont montés ensemble, et la pompe est reliée aux tuyaux préremplis. Comme la pompe n’est que vissée au radiateur, il est possible de la réutiliser lorsqu’on achète une nouvelle carte graphique. Il suffit de changer la plaque de dissipation, et pas tout le système.

Image 3 : Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d'élite pour GTX 1080 et 1070

Le guide de montage est accompagné pads thermiques, vis, lamelles, écrous, un mini-tournevis, une clé hexagonale, un tube de pâte thermique et bien sûr une plaque arrière. Cette dernière ne sert pas seulement à faire joli, elle joue aussi un rôle actif dans la dissipation, comme nous allons le voir.

Image 5 : Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d'élite pour GTX 1080 et 1070

Alphacool Eiswolf 120 GPX Pro

151€ > AquaTuning

Comparaison avec le système AiO de Corsair sur la Sea Hawk

Pour avoir un point de comparaison pertinent, nous avons décidé de monter ce système sur la carte MSI GeForce GTX 1080 Sea Hawk que nous avons testée il y a peu, afin de voir si notre système avec un radiateur plus imposant offre un réel avantage par rapport à la solution hybride air-eau présente sur la carte originale.

Entre les deux modèles, il y a cependant une différence de taille, puisque le refroidissement Corsair sur la Sea Hawk utilise un radiateur de 12 cm, alors que nous recourrons à un radiateur de 24 cm. Nous utilisons un tel radiateur, car c’est celui que la grande majorité des acheteurs acquerra, si on en croit les chiffres de vente et les listes de best-sellers des revendeurs. Nous faisons donc d’une pierre deux coups puisque nous allons d’une part, étudier dans quelle mesure un plus gros radiateur impacte les performances, et d’autre part, vérifier que l’absence d’un refroidissement à air actif ne pose pas de problème.

Image 6 : Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d'élite pour GTX 1080 et 1070 « Le donneur d’organes »: GeForce GTX 1080 Sea Hawk de MSI.

En ce qui concerne les nuisances sonores, on oppose d’un côté les deux ventilateurs de la Sea Hawk (un ventilateur radiateur de 12 cm tournant à 1200 tr/min et un ventilateur radial de 9 cm tournant à 1100 tr/min et plus), face à deux ventilateurs de radiateurs Alphacool tournant à 1000 tr/min. En fait, les ventilateurs fournis par Alphacool sont des Bionic eLoop de chez Noiseblocker dont on a changé la couleur et le nom.

Image 7 : Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d'élite pour GTX 1080 et 1070

Ces ventilateurs sont donc à la base prévus pour un tout autre usage que le refroidissement sur radiateur. Ils manquent donc de pression statique, mais comme on l’a bien souvent vu, ce n’est pas un gros handicap sur les radiateurs de moins de 4,5 cm d’épaisseur et dont l’espace entre les lamelles n’est pas trop étroit.

Pompe inversée, une histoire de brevet

Avant de passer à la description de la pompe, nous devons faire une digression pour mieux comprendre l’approche d’Alphacool. Vous avez surement entendu les échos de guerres des brevets menées au pays des breveteurs patentés, les USA ? En tant que fabricant, il est donc primordial de se démarquer pour ne pas être accusé de violer des brevets.

Ces derniers temps, Asetek, pionnier des solutions All-in-One sur les systèmes de watercooling, et fournisseur de nombreuses autres marques, se montre très pointilleux sur le respect des brevets qu’il possède, ce qui pose de nombreux problèmes aux autres fabricants sur ce marché.

Pour éviter les embrouilles, Alphacool a donc tout simplement décidé de construire une pompe qui fonctionne à l’envers ! Le rotor du moteur est donc inversé et on a affaire à une pompe en « reverse-flow », qu’on pourrait donc aussi appeler « aspirateur », si ça ne prêtait pas à confusion. La pompe, au lieu de pousser l’eau froide vers les microcanaux, aspire l’eau réchauffée et l’expulse direction du radiateur. Observons ci-dessous comment Alphacool explique pourquoi son système est différent dans son brevet.

Image 8 : Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d'élite pour GTX 1080 et 1070Image 9 : Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d'élite pour GTX 1080 et 1070

Le dessin droit montre assez clairement comment ce système de pompe-aspiration fonctionne. L’avantage de ce système est qu’il cause bien moins de turbulences dans l’eau, et donc moins de bruit. De plus, cela permet de diminuer la formation de minuscules bulles qui peuvent faire glouglouter le système, pour encore moins de bruit.

L’inconvénient, c’est une moindre efficacité. On va donc voir comment Alphacool a géré le compromis entre refroidissement et nuisances sonores.

Sommaire :

  1. Présentation, accessoires et brevets
  2. Montage et protocole de test

  3. Températures et analyse infrarouge
  4. Nuisances sonores et conclusion