Accueil » Actualité » AMD FEMFX : la gestion de la physique des jeux optimisée pour les CPU multi-cores

AMD FEMFX : la gestion de la physique des jeux optimisée pour les CPU multi-cores

Les processeurs ont de plus en plus de coeurs, pourquoi ne pas en profiter pour optimiser la gestion de la physique dans les jeux ?

Image 1 : AMD FEMFX : la gestion de la physique des jeux optimisée pour les CPU multi-cores

A l’époque des processeurs mono ou dual core, la gestion de la physique des jeux représentait une charge de travail conséquente en matière de calculs. Les processeurs étaient tellement à la peine pour simuler, de manière la plus réaliste possible, les interactions physiques que des cartes accélératrices dédiées sont apparues sur le marché. Qui se rappelle des cartes PPU d’AGEIA pour accélérer l’API PhysX ?

La techno PhysX de NVIDIA passe open-source, compatible avec les GPU AMD

Une bibliothèque destinée aux gros CPU

Mais avec la démocratisation des processeurs multi-cores et le nombre de plus en plus élevé de coeurs, les moteurs physiques ont à disposition une puissance de calcul bien plus importante que jadis. Reste encore à optimiser ces moteurs pour le multi-threading. AMD vient donc de proposer CPU FEMFX, une bibliothèque de gestion de la physique des matériaux déformables, lourdement optimisée pour le multi-threading.

Concrètement, AMD utilise la méthode des éléments finis (FEM, d’où le nom) pour calculer les interactions physiques et le comportement dynamique entre différents corps et objets. Le constructeur donne quelques exemples comme la déformation du métal, la flexibilité du bois, l’élasticité de certains matériaux ou encore les chocs et rebonds.

GPUOpen oblige, AMD FEMFX est open source. Le code est donc disponible sur GitHub en licence MIT X11. Le constructeur fournit également des plug-ins pour le logiciel d’animation 3D Houdini et le moteur Unreal Engine, ainsi que des exemples de codes. La démarche d’AMD n’est bien entendu pas innocente, le constructeur proposant des CPU avec de plus en plus de coeurs. Une chose est sure : Havok et Bullet n’ont qu’à bien se tenir !

Source : GPUOpen