AMD critique le DLSS, et préfère jouer sur le SMAA et le TAA

Et préfère se concentrer sur le SMAA et le TAA.

Ce que donne le DLSS dans un cas idéal.

Chez AMD, on a pas l’intention d’investir dans le DLSS de NVIDIA, solution propriétaire des verts. Sasa Marinkovic, directeur du marketing d’AMD, a en effet déclaré « nous examinons les méthodes qui sont largement mises en œuvre dans les jeux d’aujourd’hui, et qui fonctionnent d’ailleurs exceptionnellement bien sur Radeon VII. Notre priorité est donc de regarder du côté du SMAA et TAA et non des technologies propriétaires ».

À lire aussi :
Enquête exclusive sur le DLSS de NVIDIA : upscaling ou pas ?
Metro Exodus : nos premiers tests du ray tracing et du DLSS

Le concurrent a parlé

Les rouges n’attaquent pas le DLSS sur sa faible pénétration du marché actuel, mais bien sur le plan technique. Ils comparent la qualité d’image et les performances du DLSS avec une image à résolution native, améliorée via TAA. Selon eux, SMAA et TAA fonctionnent aussi bien sans « les artefacts d’image causés par l’upscaling du DLSS ».

Bien sûr, AMD s’exprime en tant que concurrent. Toutefois, les représentants de l’entreprise ont déclaré qu’ils pourraient, en théorie, développer une solution similaire au DLSS via un cadre GPGPU. Nish Neelalojanan, chef de produit de la branche Gaming, parle des implémentations potentielles de type DLSS, notamment le machine learning, à travers d’autres infrastructures logicielles telles que WindowsML et DirectML. Il ajoute que pour l’upscaling, « quelques-uns des filtres disponibles avec WindowsML, fonctionnent vraiment bien avec certaines de nos cartes Radeon ».

Comparaisons DLSS TAA (dans un cas idéal sous 3DMark Port Royal)