Cette technologie d’AMD pourrait révolutionner les performances des smartphones

La FSR d’AMD assiste déjà nos PC et donne aussi un coup de pouce à la Switch dans un jeu comme No Man’s Sky. L’entreprise souhaiterait déployer largement sa techno sur smartphones en collaborant avec Samsung mais également, plus étonnant, Qualcomm.

Samsung smartphone jeu
© Samsung

AMD s’est lancée depuis quelques mois sur le marché des smartphones via un partenariat avec Samsung ; il a débouché sur l’Exynos 2200, un SoC doté d’un GPU sous architecture RDNA. L’entreprise dirigée par Lisa Su souhaiterait renforcer sa position sur ce secteur : pas exclusivement avec du hardware, mais aussi avec du software, en y apportant sa technologie de mise à l’échelle, la FSR (FidelityFX Super Resolution).

C’est l’information – présentée comme exclusive – partagée par l’auteur du compte Twitter Tech_Reve. Il écrit : « Exclusif : AMD, Samsung et Qualcomm ont décidé de collaborer pour développer la technologie “FidelityFX Super Resolution (FSR)” afin de concurrencer le DLSS de NVIDIA, et il est prévu que la technologie FSR soit implémentée à l’avenir dans le Galaxy de Samsung, parallèlement au ray tracing ».

L’auteur suggère donc que la FSR pourrait être déployée sur le segment mobile avec les prochains smartphones de Samsung, à savoir les Galaxy S24 ; ce pour les modèles armés de l’Exynos 2400, prochaine itération après l’Exynos 2300 avorté, mais aussi du Snapdragon 8 Gen 3, version surchargée d’IA officialisée il y a quelques jours. Comme sur PC, la FSR viendrait en soutien du GPU, principalement dans les scénarios impliquant du ray tracing.

À vrai dire, cette suggestion n’est pas très surprenante. Contrairement au DLSS de NVIDIA, réservé aux GeForce RTX, la FSR d’AMD est compatible avec une large gamme de GPU, y compris concurrents. Autrement dit, sa prise en charge par des puces mobiles tels que les Snapdragon (et à plus forte les Exynos) ne serait sûrement pas très complexe à mettre en œuvre. De fait, la FSR sert déjà pour une console portable pourtant équipée d’une puce NVIDIA, la Nintendo Switch : la technologie aide notamment la console dans le jeu No Man’s Sky.

La FSR, une solution plus universelle que le DLSS

Samsung et AMD sont officiellement partenaires ; le support du FSR par les futurs Exynos n’est sûrement qu’une question de temps. Cependant, concernant les Snapdragon, Qualcomm a développé sa propre techno d’upscaling appelée Snapdragon GSR. D’ailleurs, la société utilisait la FSR 1.0 dans ses comparaisons. Précisons au passage qu’Apple a également la sienne, MetalFX.

Au sujet du ray tracing, tous les SoC haut de gamme des smartphones offrent désormais une prise en charge matérielle : Exynos 2200, Snapdragon 8 Gen 2, Dimensity 9200. Seul le Tensor G3 de Google fait exception. À l’instar de ce que nous observons sur le marché des PC, où la FSR / le DLSS deviennent vite indispensables dès que le ray tracing entre en jeu, cette même nécessité risque de se faire ressentir sur le segment mobile.

Enfin, à propos de l’idée de « concurrencer le DLSS », elle est infondée pour le moment : étrange de concurrencer une entreprise sur un terrain où elle est absente… Comme indiqué ci-dessus, le DLSS impose des cœurs Tensor et n’est disponible que sur du matériel de la marque ; or, jusqu’à présent, l’entreprise ne propose pas de SoC pour smartphones. En mai dernier, un rapport du DigiTimes a toutefois suggéré l’intégration future de GPU NVIDIA au sein de puces Mediatek. Reste qu’en l’état, la principale intégration attendue du DLSS, en dehors des GeForce, concerne la Switch 2.

👉 Vous utilisez Google News ? Ajoutez Tom's Hardware sur Google News pour ne rater aucune actualité importante de notre site.

Votre Newsletter Tom's Hardware

📣 Souscrivez à notre newsletter pour recevoir par email nos dernières actualités !