GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Introduction

Depuis le lancement de la GeForce GTX 970, les GeForce GTX 760 et 770 se trouvaient coincées dans une sorte de no man’s land commercial : la GTX 770 était bien trop chère par rapport à la nouvelle venue et la GTX 760 faisait pâle figure par rapport à ses concurrentes, en particulier la Radeon R9 285 (voir notre comparatif de 136 cartes graphiques). Il était temps que Nvidia vienne introduire une carte de type Maxwell afin de faire le pont entre la GeForce GTX 750 Ti (150 €) et la GeForce GTX 970 (350-400 €). En lançant aujourd’hui sa nouvelle GeForce GTX 960 c’est exactement ce qu’a fait la firme au caméléon.

La remplaçante de la GeForce GTX 760 a failli se faire attendre : cela fait près d’un an que Nvidia a lancé l’architecture Maxwell. Elle avait entamé les hostilités par le milieu de gamme inférieur, avec les GeForce GTX 750, avant de continuer sept mois plus tard en renouvelant son haut de gamme, les GeForce GTX 780 et 780 Ti laissant la place aux GTX 970 et 980.

Durant tout ce temps, la GeForce GTX 760 a eu bien du mal à trouver sa place face à la surpuissance des Radeon R9 280 et 285. Aujourd’hui, nous allons donc voir si l’arrivée du tout nouveau GPU GM206 va enfin permettre aux aficionados du milieu de gamme de respirer.

Image 1 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

On a longtemps cru que la GeForce GTX 960 contiendrait une version bridée du GM204 des GTX 970 et 980. Ce n’est pas le cas : le GM206 est une puce entièrement neuve et considérablement plus compacte que le GM204.

Les caractéristiques de la GeForce GTX 960 sont exactement celles d’une GTX 980 que l’on aurait coupée en deux : 2 blocs GPC (Graphics Processing Clusters), 8 modules SMM (Streaming Multiprocessors), 1024 cores CUDA, 256 unités de chargement/stockage, un bus mémoire de 128 bits, 64 unités de textures, 32 unités ROP, 8 moteurs PolyMorph, 2 back-enbds de rendu, 2 contrôleurs mémoire de 64 bits et 1 Mo de cache L2 partagé.

Image 2 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

En dépit de sa taille réduite, le GM206 bénéficie de toutes les améliorations qui avaient été apportées au GM204 : chaque module SMM contient 96 Ko d’espace d’adressage partagé destiné aux tâches GPGPU, 2 x 24 Ko de cache L1/textures (un pour deux blocs de cores CUDA), etc.

De base, la GeForce GTX 960 est cadencée à 1126MHz (comme la GTX 980), un chiffre qui peut grimper à 1178MHz en mode Boost (soit 38MHz de moins que la GTX 980). Elle est dotée de 2 Go de mémoire GDDR5 à 1750 MHz, ce qui revient à 7 GT/s effectifs. Mais que vaut la GeForce GTX 960 par rapport à la GTX 760 qu’elle remplace et à l’AMD Radeon R9 285 à laquelle elle fait directement concurrence ?


GeForce GTX 760
GeForce GTX 960
Radeon R9 285
Cores shader
1152
1024
1792
Unités de texture
96
64112
ROP
32
32
32
Finesse de gravure
28 nm28 m
28 nm
Fréquence cores
980/1033 MHz1126/1178 MHz
Max. 918 MHz
Fréquence mémoire
1502 MHz GDDR5
1752 MHz GDDR5
1375 MHz GDDR5
Bus mémoire
256 bits
128 bits
256 bits
Bande passante mémoire
192,2 Go/s
112,2 Go/s
176 Go/s
TDP
170 W
120 W
190 W
Connecteurs d’alimentation
2 x 6 broches
1 x 6 broches
2 x 6 broches
Prix courant
200-260 €
219 €
(offres de lancement à 199 €)
230-290 €

L’élément qui saute immédiatement aux yeux est le bus mémoire de la GeForce GTX 960 : limité à 128 bits, il n’affiche qu’une bande passante brute de 112,2 Go alors que la GTX 760 et la Radeon R9 285 sont toutes deux dotées d’un bus 256 bits offrant respectivement 192,2 et 176 Go de débit potentiel. Nvidia affirme que le moteur de compression des couleurs qui équipe la GTX 960, lequel en est à sa troisième génération, est suffisamment efficace pour permettre à la nouvelle carte de tirer son épingle du jeu malgré l’anémie relative de sa bande passante mémoire. Au vu de ce que dont sont capables les GeForce GTX 970 et 980, nous aurions tendance à accorder le bénéfice du doute à la firme. Il est malgré tout possible que le bus mémoire constitue un goulet d’étranglement à haute résolution ; c’est un point que nous garderons à l’esprit lors des benchmarks.

Autre point à ne pas oublier : ce bus moins cher à fabriquer pourrait également permettre à Nvidia de se montrer plus flexible sur le plan tarifaire, chose que semble déjà indiquer le prix public recommandé de la GTX 960, fixé à 219 € avec d’ores et déjà des offres de lancement à 199 €. Pour rappel, le prix de lancement de la GeForce GTX 760 tournait plutôt autour des 250 €.

Le TDP interpelle également. Nous savions déjà que l’architecture Maxwell était la plus efficace sur le segment des cartes graphiques desktop ; la GeForce GTX 960 ne fait pas exception à la règle. Son TDP de 120 watts à inférieur de 50 watts à celui de la GTX 760 qu’elle remplace et de 70 watts à celui de la Radeon R9 285. Un simple câble PCIe à 6 broches lui suffit, de même qu’une alimentation de 450 watts. Un vrai poids plume.

Enfin, la GTX 960 compte certes moins de cores CUDA et d’unités de textures que la GTX 760, mais elle compense en partie par une fréquence plus élevée. Nos comparatifs précédents nous ont clairement montré que l’architecture Maxwell était la championne du rendement et de l’optimisation des ressources ; a priori, tout semble donc indiquer que la nouvelle venue sera à même de tenir tête à son ancêtre et à sa concurrente côté AMD.

Accélération du décodage vidéo H.265 (HEVC)

L’un des plans sur lesquels le nouveau processeur GM206 tient la dragée haute au GM204 est celui du moteur vidéo. Si les GeForce GTX 970 et 980 gèrent bien l’encodage vidéo en H.265 (HEVC), seule la GeForce GTX 960 prend en charge son décodage. Avec sa capacité à accélérer la lecture des vidéos 4K, sa faible consommation et sa prise en charge native du contenu HDCP 2.2 via l’interface HDMI 2.0, elle s’annonce donc d’ores et déjà comme un excellent choix pour les média centers. 

Mis à part les améliorations précitées, la GeForce GTX 960 offre les mêmes fonctionnalités que les GeForce GTX 970 et 980 :compatibilité DirectX 12, prise en charge de VR Direct, Voxel Global Illumination (VXGI), Multi-Frame Sampled Anti-Aliasing (MFAA) et Dynamic Super Resolution (DSR). Si tout cela ne vous dit rien, nous ne pouvons que vous recommander de (re)lire notre article GeForce GTX 980 et GeForce GTX 970 : les Maxwell pour joueurs arrivent.

Image 3 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Il convient de noter que les derniers pilotes publiés par Nvidia confèrent la fonction DSR non seulement aux cartes Maxwell mais également aux anciennes GeForce de type Fermi et Kepler. Bien qu’elle ne soit pas particulièrement utile dans les jeux les plus gourmands, la DSR est une option intéressante pour ceux qui apprécient les titres ayant un framerate très élevé, par exemple les MOBA comme League of Legends ou DOTA 2. Dans ce genre de cas de figure, la DSR améliore la qualité graphique sur les écrans 1080p.

Image 4 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Nous avons également hâte d’essayer le MFAA de la GeForce GTX 960. Il s’agit d’une fonction dont disposaient déjà techniquement les GeForce GTX 970 et 980, mais il a fallu attendre l’arrivée des pilotes 344.75 en novembre dernier pour pouvoir en profiter. Cette technologie est exactement ce qu’il faut pour compenser une bande passante mémoire exigüe ; la GeForce GTX 960 devrait donc en profiter pleinement.

Nvidia ne nous a cette fois-ci pas fourni de carte de référence, préférant confier intégralement ce lancement à ses partenaires. Nous allons donc passer en revue les différents modèles disponibles pour l’occasion.

Les cartes testées

Asus GTX 960 Strix DirectCU II OC

EVGA GTX 960 SuperSC ACX 2.0

Gainward GTX 960 Phantom OC

Galax/KFA² GTX 960 EX OC

Gigabyte GTX 960 Gaming G1

Remarque : le nouveau BIOS 86.06.0D.00.76, utilisé pour les benchmarks de ce comparatif, n’est pas installé sur les premiers lots de cartes graphiques Gigabyte commercialisées. Vous pourrez toutefois le télécharger sur le site du fabricant après le lancement.

Gigabyte GTX 960 WindForce OC

inno3D GTX 960 iChill

Palit GTX 960 Super JetStream

Zotac GTX 960 AMP! Edition

Configuration et protocole de test

Cet article marque la première utilisation de la nouvelle plateforme de référence Tom’s Hardware, une machine parée pour l’avenir et basée sur un Intel Core i7-5930K overclocké à 4,2GHz, ce qui devrait nous permettre d’éliminer tout goulet d’étranglement lié au processeur dans nos benchmarks orientés « jeux ».

Comme à notre habitude, nous nous efforçons de sélectionner du matériel graphique aussi représentatif que possible du parc installé. Pour ce test, cela signifie que nous comparons la GeForce GTX 960 à la GeForce GTX 760 qu’elle remplace ainsi qu’à la GeForce GTX 770, qui arrive en fin de vie. Côté AMD, nous avons sélectionné la principale concurrente de la GTX 960, à savoir la Radeon R9 285X, mais également la R9 280X. Enfin, nous avons aussi inclus la GeForce GTX 970 et la Radeon R9 290X afin de voir ce que vaut la nouvelle venue par rapport aux cartes de la gamme supérieure.

Notez que cette fois encore, Nvidia ne nous a pas fourni de GTX 960 de référence, ce qui signifie que nous avons dû composer avec une ASUS Strix GeForce GTX 960 overclockée en usine. Si nous sommes quelque peu déçus de ne pouvoir vous faire part des résultats qu’auraient obtenu une carte de référence, il convient de rappeler que la plupart des modèles overclockés en usine sont à peine plus chers que la carte de base (la différence est souvent de l’ordre d’une dizaine d’euros à peine). En l’état, l’ASUS Strix est représentative des autres cartes overclockées en usine et proposées à prix correct.

Nous avons testé une série de jeux récents et populaires en deux résolutions : 1920×1080 (1080p ou Full HD) et 3840×2160 (Ultra HD ou 4K). La résolution 4K équivaut à quatre écrans 1080p. Notez que les moniteurs 4K deviennent de plus en plus populaires, notamment grâce aux modèles à moins de 500 € tels que l’Asus PB298Q.

Image 5 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Contrairement aux écrans de première génération, qui nécessitaient la répartition du flux vidéo sur deux entrées HDMI, ce 28″ est capable d’afficher 3840×2160 pixels à 60 Hz via un simple câble DisplayPort 1.2. Pour plus d’infos sur cet écran, consultez notre article Asus PB287Q 28-Inch 4K Monitor Review: Ultra HD For $650 (en anglais).

Dans les jeux, nous nous sommes efforcés d’opter pour des réglages avec lesquels la GeForce GTX 960 était censée pouvoir composer aux résolutions précitées. Néanmoins, dans bien des cas, elle s’est avérée incapable de tourner correctement en 4K au niveau de détail le plus faible ; par contre, elle a toujours permis d’afficher des graphismes corrects en 1080p.


Configuration de test
Processeur
Intel Core i7-5930K (Haswell-E), 3,5/3,7GHz, hexacore, LGA 2011, 15 de cache L3 partagé, Hyper-Threading activé, overclocké à 4,2 GHz
Carte-mère
MSI X99S XPOWER AC (LGA 2011-v3). Chipset : Intel X99 Express. BIOS v1.5
Réseau
Contrôleur Ethernet Gigabit intégré
Mémoire
Crucial Ballistix DDR4-2400, 4 x 4 Go, 1200MHz, CL 16-16-16-39 2T
Cartes graphiques
EVGA GeForce GTX 970
1050/1178MHz GPU, 4 Go de GDDR5 à 1753MHz (7012 MT/s)

Nvidia GeForce GTX 770
1046/1085MHz GPU, 2 Go de GDDR5 à 1752MHz (7008 MT/s)

ASUS Strix GeForce GTX 960
1253/1317MHz GPU, 2 Go de GDDR5 à 1800MHz (7400 MT/s)

Nvidia GeForce GTX 760
980/1033MHz GPU, 2 Go de GDDR5 à 1502MHz (6008 MT/s)

AMD Radeon R9 290X
1000MHz GPU, 4 Go de GDDR5 à 1250MHz (5000 MT/s)

AMD Radeon R9 280X
850/1000MHz GPU, 3 Go de GDDR5 à 1500MHz (6000 MT/s)

AMD Radeon R9 285
918MHz GPU, 2 Go de GDDR5 à 1375MHz (5500 MT/s)
SSD
SSD Samsung 840 Pro  256 Go, SATA 6 Gbit/s
Alimentation
Be Quiet! Dark Power Pro 10, 850 W, ATX12V, EPS12V
OS et pilotes
OS
Microsoft Windows 8 Professionnel x64
DirectX
DirectX 11
Pilotes graphiques
Cartes GeForce : Nvidia 347.25 Beta
Cartes Radeon : AMD Catalyst Omega14.12

Benchmarks
Middle-Earth: Shadow of Mordor
Version 1.0.1806.18, benchmark intégré
Arma III
Version 1.38, 30 s, Fraps, « Infantry Showcase »
Battlefield 4
Version 1.3.2.3825, benchmark THG personnalisé, 90 s
Assassin’s Creed Unity
Benchmark THG personnalisé, 60 s
ThiefVersion 1.7, benchmark intégré
Alien: Isolation
Benchmark intégré
Far Cry 4
Version 1.01, benchmark THG personnalisé, 30 s, Fraps

Résultats dans les jeux

Battlefield 4

Battlefield 4 est l’un des benchmarks que nous utilisons le plus fréquemment ; avec le débarquement prochain de Battlefield: Hardline, basé sur le même moteur graphique (Frostbite 3), il est plus pertinent que jamais.

L’Asus Strix GTX 960 gratte quelques images/s à la Radeon R9 285 de référence et donne un résultat très jouable en 1080p avec le niveau de détails réglé sur Ultra. Lorsque nous passons en 4K et abaissons le niveau de détails sur Moyen, la GTX 960 parvient à se maintenir systématiquement au-dessus des 30 images/s, mais se fait légèrement devancer par la Radeon R9 285.

Assassin’s Creed Unity

Essayons maintenant Assassin’s Creed Unity. Ce jeu nécessite une configuration incroyablement musclée ; voyson si la GeForce GTX 960 parvient à s’en tirer.

Même au niveau de détails le plus faible et en 1080p, l’Asus GTX 960 passe à grand peine la barre des 30 images/s de moyenne, avec quelques creux à 26 images/s en charge. La Radeon R9 285 tire un peu mieux son épingle du jeu, mais affiche cependant elle aussi un framerate minimal inférieur à 30 images/s.

Le moteur n’est clairement pas optimisé pour la 4K : nous avons droit à l’équivalent vidéoludique d’une présentation PowerPoint (des saccades, des saccades et encore des saccades) dès que l’on adopte cette résolution. Même la GeForce GTX 970 et la Radeon R9 290X sont incapables d’atteindre les 30 images/s de framerate minimal.

Far Cry 4

En 1920×1080 avec les détails élevés, l’Asus Strix GTX 960 ne descend pas sous les 54 images/s et prend une légère avance sur l’AMD Radeon R9 285. Lorsqu’on passe en 4K, par contre, ni l’une ni l’autre ne permet de jouer dans de bonnes conditions, même avec les détails au minimum.

Middle-Earth: Shadow of Mordor

Middle-Earth: Shadow of Mordor, un titre édité par Monolith, a été la bonne surprise de l’automne 2014.

En 1080p avec les détails en Ultra, GTX 960 overclockée en usine d’Asus se maintient en permanence au-dessus des 40 images/s ; elle se laisse toutefois légèrement devancer par la Radeon R9 285.

En 4K avec le niveau de détails réglé sur Moyen, l’écart se creuse : la Radeon permet toujours de jouer, mais la GTX souffre de baisses de régime gênantes.

Thief

Thief n’a pas été encensé par la critique, ce qui ne l’empêche pas de jouir d’une certaine popularité. Il a surtout l’avantage de nous permettre de voir l’API Mantle d’AMD en action.

Toutes les GeForce souffrent un peu dans ce titre, à l’exception de la GTX 970 qui s’en sort très bien. Cela n’empêche pas l’Asus Strix GTX 960 d’afficher un framerate minimal de 40 images/s en 1920×1080 avec les détails réglés sur Very High. Mieux encore : en 4K avec les détails faibles, elle se paie même le luxe de passer devant la Radeon R9 285.

Nous n’avons toutefois pas pu tester l’API Mantle à cette résolution, car elle fait planter le jeu.

En 1080p avec les détails en Ultra, l’Asus Strix GTX 960 prend une avance notable sur la Radeon R9 285. En 4K avec des réglages visuels personnalisés, par contre, le retour à la réalité est assez brutal.

Alien: Isolation

Notre dernier benchmark « gaming » est le jeu de survival horror Alien: Isolation.

En Full HD avec les détails à fond, aucune des cartes testés ne descend sous les 58 images/s et la GeForce GTX 960 permet de jouer de manière bien plus fluide que la Radeon.

En 4K avec les détails légèrement réduits, les deux cartes graphiques se valent : elles peinent toutes deux à maintenir leur framerate au-dessus de 30 images/s dans les passages les plus lourds.

MFAA

Le MFAA, ou Multi-Frame Anti-Aliasing, est une technologie d’anticrénelage qui fait appel à des grilles d’échantillonnage qui varient avec le temps et les associent à un filtre de moyennage visant à obtenir une approximation des résultats générés par le MSAA, beaucoup plus lourd en termes de calculs. Par exemple, combiner le MSAA 2x avec le MFAA résulte en ce que Nvidia appelle le MFAA 4x, un résultat qui, selon la firme, est comparable au MSAA 4x mais avec des performances considérablement réduites.

La faiblesse du MFAA réside dans le fait que son filtre fonctionne mal en cas de mouvements brusques de la caméra, mais en pratique, ce n’est pas vraiment un problème car on ne remarque pas les artefacts d’aliasing lorsque le décor défile rapidement.

Image 6 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

D’après nos tests, le MFAA 4x est plus joli que le MSAA 2x et, selon, équivalent au MSAA 4x en termes de qualité visuelle. Nous n’avons d’ailleurs pas remarqué de dégradation de l’image lors des mouvements rapides ou brusques. Par contre, comme vous pourrez le constater sur les captures d’écran ci-dessus, le MFAA ajoute un peu de bruit aux bords des objets. Bref, ce n’est pas parfait, mais il y a tout de même de fortes chances pour que les joueurs apprécient. Quid des performances, cependant ?

À ce niveau, les résultats sont impressionnants et font du MFAA une technologie qui apporte une véritable valeur ajoutée aux cartes GeForce, d’autant que, alors qu’à l’origine, seule une poignée de jeux le prenaient en charge, il est maintenant géré par tous les titres DirectX11 compatibles avec le MSAA (selon les dires de Nvidia, et à l’exception de Dead Rising 3, Dragon Age 2 et Max Payne 3). Le seul problème est qu’un grand nombre de jeux récents font plutôt appel à des techniques d’anti-aliasing basées sur le post-processing, comme le FXAA ou le SMAA. Nous avons été surpris de constater que, dans notre batterie de benchmarks, seul Battlefield 4 utilisait le MSAA 4x aux niveaux de détails que nous avons testés. Il n’en reste pas moins que le MFAA est une technologie que les joueurs souhaitant combiner qualité d’image et framerate élevé apprécieront.

Performances des cartes partenaires Nvidia

Comparatif des performances

Nous avons testé séparément chacun des cartes graphiques présentées dans ce comparatif, mais les résultats publiés ne disent pas tout. Au final, ce que nous tenons réellement à savoir est ce qu’elles valent en situation réelle, dans un jeu. Au vu du temps disponible, il ne nous a malheureusement pas été possible de tester chacune d’entre elles dans tous les titres de notre batterie de benchmarks, raison pour laquelle nous avons opté pour un test unique sous Battlefield 4. Pour faire bonne mesure, nous avons également comparé les cartes graphiques de cet article à quelques-unes testées précédemment. Pour rester juste, nous avons aussi opté pour des modèles overclockés en usine.

Full HD (1920 x 1080)

Soyons réalistes : il est fortement recommandé aux joueurs qui achètent une carte de cette catégorie de jouer en Full HD. Au vu de la faiblesse des écarts que l’on peut déceler entre la plupart des cartes répertoriées sur le graphique ci-dessous, il apparaît rapidement que toutes les GeForce GTX 960, à l’exception de celles dont les fréquences sont les plus basses et de la carte de référence émulée, font légèrement mieux que la GeForce GTX 760, ainsi que les AMD Radeon R9 280 et 285. Par contre, les nouvelles Nvidia restent loin derrière les plus grosses AMD Radeon R9 280X et HD 7970, même lorsque celles-ci sont à fréquence de base.

Image 7 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Ultra HD (3840 x 2160)

Il est toujours surprenant de voir à quel point les « vielles » GeForce GTX 760 mangent le mur à plus haute résolution. La faute incombe bien entendu à leur bus mémoire, bien trop étroit pour ce type de charge. Les GeForce GTX 960 ne font toutefois guère mieux. Certes, la compression des textures aide probablement, mais il ne s’agit pas de la panacée. Conséquence directe de cet état de fait, l’AMD Radeon R9 285 laisse les nouvelles Nvidia sur le carreau… enfin, si l’on peut considérer 38 images/s comme étant un framerate jouable (ce qui n’est pas vraiment le cas). Bref, ces résultats sont certainement intéressants dans l’optique d’une comparaison, mais il faut en pratique une carte graphique bien plus musclée pour jouer en 4K.

Image 8 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Verdict partiel

L’écart de performances entre la GeForce GTX 960 la plus rapide et la plus lente testées aujourd’hui est d’à peine 8 pour cent ! Sans grande surprise, la plus véloce est celle qui dispose de la fréquence Boost la plus élevée, quoiqu’en dise GPU-Z : au final, tout ce qui compte réellement, ce sont les performances dans les jeux. Ce qui est une bonne nouvelle pour la Gigabyte GTX 960 Gaming G1 et son nouveau BIOS.

Consommation de chaque GeForce GTX 960


Model
Idle
Gaming
Torture
Power Target
Nvidia GTX 960 Reference (Emulated)
10W
85W119W
120W
Asus GTX 960 Strix OC
7W
100W
144W
130W
Gainward GTX 960 Phantom OC
7W
100W
133W
140W
Galax/KFA² GTX 960 EX OC
11W
90W
119W
120W
Gigabyte GTX 960 WindForce OC11W
97W
165W
160W
Gigabyte GTX 960 Gaming G1
15W
108W
170W
160W
inno3D GTX 960 iChill
9W
98W
162W
160W
Palit GTX 970 Super JetStream
10W
108W
133W
140W


Asus GTX 960 Strix

Gainward GTX 960 Phantom OC

Galax/KFA² GTX 960 EX OC

Gigabyte GTX 960 WindForce OC

Gigabyte GTX 960 Gaming G1

inno3D GTX 960 iChill

Palit GTX 960 Super JetStream

Consommation sur trois générations

Comparons la consommation au repos, en jeux puis en pleine charge pour les 3 dernières générations de cartes graphiques.

Globalement, Nvidia Boost 2.0 semble fonctionner. Toutes les GeForce GTX 690 que nous avons testé ont fait une excellent travail sur la base de leur fréquence. Au repos, les modèles basées sur un design à 5+1 phases consomment en moyenne 3 à 10 watts de plus que leurs concurrents, mais ils sont également moins sujets à la résonance des condensateurs pouvant parfois être très audibles.

Image 9 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Image 10 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Image 11 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Temperatures et photos infrarouges


Modell
Idle
Gaming
Open Bench Table
Gaming
Closed case

Torture
VRM
Asus GTX 960 StriX OC
32°C
56°C
58-60°C
61C
88-95°C
Gainward GTX 960 Phantom OC
34°C
62°C67-69°C72°C91-97°C
Galax/KFA² GTX 960 EX OC
37°C
62°C
64-66°C
66°C
90-94°C
Gigabyte GTX 960 Windforce OC35°C
60°C
64-65°C
69°C
87-91°C
Gigabyte GTX 960 Gaming G1
36°C
64°C
66-68°C
70°C
78-82°C
inno3D GTX 960 iChill
32°C
45°C
47-51°C
55°C
94- 109°C
Palit GTX 960 SuperJetstream
35°C
63°C
63-64°C
67°C
97°C-103°C


Asus GTX 960 Strix

Image 12 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Image 13 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Gainward GTX 960 Phantom OC

Image 14 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Image 15 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Galax/KFA² GTX 960 EX OC

Image 16 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Image 17 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Gigabyte GTX 960 WindForce OC

Image 18 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Image 19 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Gigabyte GTX 960 Gaming G1

Image 20 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Image 21 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

inno3D GTX 960 iChill

Image 22 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Image 23 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Palit GTX 960 Super JetStream

Image 24 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Image 25 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

Bruit


Image 26 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?


ActionDescription
Switching Points
<T-ON>Fan On by Temperature (℃)69 (Nvidia Default)
62 (Gigabyte GTX 960 WindForce OC)
<T-OFF>Fan Off by Temperature (℃)43 (Nvidia Default)
<P-ON>Fan On by Power (W)60 (Nvidia Default)
<P-OFF>Fan Off by Power (W)32 (Nvidia Default)

Model
Idle
Gaming Loop
Torture
Asus GTX 960 StriX OC
Fan Off
33.6 dB(A)
35.8 dB(A)
Gainward GTX 960 Phantom OC
Fan Off33.6 dB(A)
35.9 dB(A)
Galax/KFA² GTX 960 EX OC
Fan Off35.1 dB(A)
36.2 dB(A)
Gigabyte GTX 960 WindForce OCFan Off33.4 dB(A)
35.8 dB(A)
Gigabyte GTX 960 Gaming G1
Fan Off34.4 dB(A)
34.6 dB(A)
inno3D GTX 960 iChill
Fan Off35.3 dB(A)
36.4 dB(A)
Palit GTX 960 Super JetStream
Fan Off36.2 dB(A)
36.6 dB(A)


Conclusion

Avant de parler de la GeForce GTX 960 proprement dit, il est probablement utile de récapituler les résultats des benchmarks en 1080p (nous n’aborderons pas ceux en 4K car cette résolution est clairement trop élevée pour les cartes graphiques de cette catégorie). Il convient de garder à l’esprit le fait que nous n’avons pas eu de carte de référence à tester pour ce lancement : le modèle qui représente les performances de la GeForce GTX 960 est une Asus Strix, une carte overclockée en usine (+135 MHz tout de même) et, surtout, disposant d’un TDP de 140 watts, ce qui est nettement plus élevé que les 120 watts de référence.

Image 27 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

En moyenne, l’Asus Strix GTX 960 affiche des performances supérieures de 5 % à celles de la Radeon R9 285 ; elle est donc un peu plus proche de la GeForce GTX 770 que de la 760. Une GTX 960 de référence aurait été plus lente que celle d’Asus et donc légèrement moins véloce qu’une Radeon R9 285, sans pour autant cesser de se montrer concurrentielle.

On trouve des Radeon R9 285 entre 230 et 290 € sur internet, ce qui est nettement plus élevé que les 199 € demandés en offre de lancement pour la GeForce GTX 960 (ou même que les 210 € que devraient coûter la plupart des modèles overclockés en usine). Les performances moyennes des deux cartes sont toutefois si proches qu’il va falloir trouver d’autres critères pour les démarquer. La principale différence réside dans les rendements : la GeForce GTX 960 est plus efficace que la Radeon, ce qui constitue du pain béni pour les possesseurs de boîtiers compacts. L’autre grand facteur de différenciation est la technologie MFAA, qui est propre à Nvidia et qui accroît l’anti-aliasing tout en ayant moins d’incidence sur les performances que le MSAA. Vient enfin un point qui nous étonne toujours : la popularité croissante de l’enregistrement des parties de jeu vidéo. Les amateurs de cette pratique se tourneront sans nul doute vers les cartes GeForce : la technologie ShadowPlay de Nvidia offre en effet une solution exceptionnelle dans la mesure où elle n’a pratiquement aucun effet négatif sur les performances.

Image 28 : GeForce GTX 960 : révolution dans le milieu de gamme ?

La technologie d’enregistrement de jeu vidéo d’AMD, nommé GVR et passant par l’utilitaire Raptr n’est pas aussi performante, même si elle est considérablement supérieure à Fraps. Nvidia a également l’avantage de proposer la prise en charge des écrans compatibles G-Sync, mais il convient de mentionner que les écrans compatibles freeSync, la technologie concurrente d’AMD, ne devraient pas tarder à arriver sur le marché. Les joueurs de MOBA apprécieront ce que la technologie DSR (présente sur les cartes GeForce) peut faire pour eux en termes de qualité visuelle, mais une fois encore, AMD a trouvé la parade avec le VSR, lancé il y a peu. Et il y a bien entendu l’API AMD Mantle à prendre en considération ; si seulement plus de titres étaient capables d’en profiter…

Nous sommes des puristes des performances : à ce titre, il est plutôt rare que nous recommandions une carte graphique pour ses fonctionnalités. Mais si le rapport performances/consommation est pour vous un point important, la GeForce GTX 960 est un excellent choix. Si vous aimez enregistrer vos exploits en ligne, Nvidia ShadowPlay est à l’heure actuelle votre meilleure option. Et le MFAA de Nvidia est un formidable moyen de bénéficier d’un anti-aliasing de qualité sans pour autant voir les performances tomber en chute libre. Certes, aucune des fonctionnalités précitées ne perturbent autant le statu quo que l’avait fait le tarif agressif de la GeForce GTX 970, mais elles rendent la GTX 960 très intéressante par rapport à la Radeon R9 285 d’AMD. Et quand on sait que l’on peut acquérir un modèle overclockées en usine pour 210 €, il y a encore moins de raisons d’aller chercher ailleurs.

Avantages :

– Consommation fortement réduite
– Exclusivités GeForce attrayantes (Shadowplay et MFAA)
– Modèles overclockés en usine à peine plus chers que les cartes de références
– Prix attractif (199 € en offre de lancement)

Inconvénients :

– Carte de référence très proche de la GeForce GTX 760 qu’elle remplace

Verdict :

Une carte de milieu de gamme bien pensée qui va enfin permettre au grand public de jouir des avantages de l’architecture Maxwell en termes de consommation et de fonctionnalités et qui va remplacer les derniers modèles à base de puce Kepler

👉 Vous utilisez Google News ? Ajoutez Tom's Hardware sur Google News pour ne rater aucune actualité importante de notre site.

Votre Newsletter Tom's Hardware

📣 Souscrivez à notre newsletter pour recevoir par email nos dernières actualités !